Lexus RC F 2020 : la magie du V8 continue d’opérer

Sur le marché depuis 2015, la Lexus RC F commence petit à petit à se faire vieillissante.

Pour 2020, de légères améliorations lui sont apportées. De très légères améliorations, devrait-on dire. Seul un œil finement aiguisé pourra les déceler.

Respect de la tradition

Bien que Lexus ne fasse pas partie du paysage automobile depuis aussi longtemps que les manufacturiers allemands auxquels elle donne du fil à retordre depuis 1989, la RC F est un coupé sport bâti selon la tradition. Oublions la suralimentation ou la turbocompression.

Le constructeur a plutôt opté pour un V8 de 5,0 L à aspiration naturelle. Développant 472 chevaux et 395 livres-pied, il s’agit d’une hausse de cinq chevaux et de six livres-pied par rapport à l’année-modèle 2019. Ce serait de vous mentir que de vous dire que cette différence est perceptible à son volant.

Cela dit, cette puissance et ce couple sont amplement suffisants. Les accélérations pourraient difficilement être plus vives! Puisque ce moteur est atmosphérique, il jouit d’une sonorité entièrement débridée. En revanche, le son dégagé à l’extérieur ne reflète pas celui entendu dans l’habitacle. On aurait préféré que Lexus laisse son gros V8 vrombir un peu plus.

Photo: Germain Goyer

Malheureusement, on n’a pas poussé le respect de la tradition jusqu’à offrir une boîte manuelle. Il faut se contenter d’une automatique à huit rapports dont l’efficacité est déconcertante. Cette dernière est inchangée pour la nouvelle année.

Confortable et conviviale sur la route, la RC F s’est montrée également très compétente sur la piste. En mode Sport +, son moteur et sa boîte de vitesses répondent rapidement. Quant à la précision de la direction, on n’a aucun reproche à lui faire. Pour le très faible pourcentage d’acheteurs qui s’élanceront sur un circuit au volant de cette voiture, l’ajout de suspensions plus fermes nous paraît essentiel. Heureusement, Lexus affirme qu’elles ont été raffermies à l’arrière.

Photo: Germain Goyer

De maigres changements

Si les améliorations sont modestes du point de vue de la puissance et du couple, on est toutefois ravis que Lexus se soit penchée sur certains détails. Par exemple, on a travaillé sur la masse totale du véhicule une tubulure d’admission et un compresseur de climatiseur de format réduit, et l’aluminium a été utilisé dans l’architecture des suspensions.

Pour 2020, la RC F jouit de la fonction départ-canon qui permet d’atteindre 96 km/h (0-60 mi/h) en 4,1 secondes. Idéale pour épater la galerie, cette fonction demeure complètement inutile pour la majorité des acheteurs de ce coupé.

On note aussi que la RC F est chaussée de nouveaux pneus. En effet, il s’agit de pneus Michelin Pilot Sport 4S exclusifs à ce modèle. Il faudra s’attendre à une facture salée lorsque viendra le temps de les remplacer.

Photo: Germain Goyer

Une fiabilité à toute épreuve

Peut-être vous fait-elle moins rêver qu’une Audi RS 5, une BMW M4 ou une Mercedes-AMG C 63 S en raison de son image qu’elle continue de bâtir. Or, la RC F jouit d’une fiabilité hors pair. Quand on débourse plus de 80 000 $ ou que l’on se lance dans une location dont les paiements mensuels s’élèvent à plus de 1 400 $, on est en droit d’avoir une voiture fiable. C’est la moindre des choses. Et c’est ce qu’offre Lexus.

Dans le plus récent palmarès des 10 marques les plus fiables de J.D. Power, Lexus monte sur la plus haute marche du podium. BMW et Audi se classent respectivement aux septième et huitième rangs.

Elle vous coûtera cher à la pompe

La RC F est propulsée par un volumineux V8. Celui-ci ne peut faire autrement que de consommer. Ressources naturelles Canada affirme qu’il consomme 15,2 L/100 km en ville, 9,5 L/100 km sur la route et 12,6 L/100 km en conduite combinée.

Un système d’infodivertissement infernal

Chez Lexus, on a joué les fins stratèges. Plutôt que de nous faire enfiler des centaines de kilomètres sur la route, on nous a conviés sur le circuit de Willow Springs sur lequel a été majoritairement réalisé notre essai. De cette manière, nous n’avions pas à utiliser le système d’infodivertissement qui nécessite carrément un diplôme en informatique pour réussir quelconque manipulation... Désagréable, mal conçu et contre-intuitif, il n’a rien pour lui!

Photo: Germain Goyer

Et si tout ça ne suffit pas…

En plus de rafraîchir modestement sa RC F pour le prochain millésime, Lexus a conçu une version encore plus radicale de son coupé. Baptisée Track Edition, elle sera on ne peut plus exclusive. En effet, il est prévu qu’à peine une dizaine d’exemplaires soient vendus au Canada.

On la reconnaît entre autres par son aileron fixe en fibre de carbone (comparativement à l’aileron actif sur la RC F ordinaire), ses jantes BBS en alliage forgé de 19 pouces et ses freins Brembo en carbone et céramique. On a aussi fait appel à la fibre de carbone dans la conception du toit, du capot et des sièges.

Dans l’atteinte des 96 km/h depuis l’arrêt, la version Track Edition retranche un dixième de seconde à la RC F.

Tout a un prix. Et celui de cette version plus radicale de ce coupé s’élève à 119 500 $.

Mise à l’essai sur piste, cette version s’est avérée plus débridée que la version conventionnelle. Autrement dit, les systèmes d’aide à la conduite étaient moins intrusifs dans la conduite. Ainsi, l’arrière-train avait tendance à décrocher plus rapidement. Pour avoir l’air d’un bon pilote à son volant, il faudra travailler un peu plus fort…

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Matchs comparatifsMatch des sportives: Un match toutes catégories
LES BELLES ET LA BÊTE Comment donner suite à un match de sportives où la Corvette Stingray a donné la réplique à deux pur-sang européens de grande lignée? Facile. En réunissant d’abord deux fois plus de sportives nettement plus pratiques, presque toutes moins chères et parfois même plus puissantes que …
Premiers contactsAudi RS 5 2018 : deux cylindres en moins, deux turbos en plus
SOLDEU (Andorre) – C’est dans l’air du temps. Après les BMW M4 et Mercedes-AMG C 63, la nouvelle RS 5 d'Audi fait elle aussi l’objet d’un redimensionnement de sa motorisation en délaissant son V8 atmosphérique pour adopter un V6 de 2,9 litres gavé par deux turbocompresseurs. Si la puissance de …
Commentaires