Honda Insight, quand économie rime avec écologie

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Lorsque les non-spécialistes parlent de voiture hybride, ils ne font que mentionner la Toyota Prius. Tant et si bien que Prius et véhicule hybride ne font souvent qu’un dans la tête des gens. Un peu comme motoneige et Ski Doo par exemple. Il est certain que la concurrence n’apprécie pas et chez Honda, on veut remédier à la chose. Après tout, c’est ce constructeur qui a commercialisé la première voiture hybride, l’Insight de première génération, et jusqu’à présent, aucune autre voiture n’a réussi à la surpasser en économie de carburant.

En effet, plus de 10 ans plus tard, elle demeure toujours au haut de la liste même si elle n’est plus commercialisée. Mais ce petit hatchback trois portes possédait une silhouette pour le moins spéciale et n’était pas tellement pratique, en plus de coûter relativement cher. Comme c’est souvent le cas chez Honda, ce premier modèle hybride était davantage un outil de recherche et de développement qu’un véhicule commercial à proprement parler. D’autant plus que la structure en aluminium de la voiture la rendait plus chère à produire. Bref, ce n’était qu’un coup d’essai afin de tâter le marché.

Fidèle à IMA

Chez Honda, on a privilégié la simplicité et la légèreté en adoptant un système hybride en ligne alors que le moteur électrique est placé entre le moteur et la transmission et n’intervient que pour venir en aide à un moteur de petite cylindrée. Cette technologie est également adoptée entre autres par General Motors et Mercedes-Benz dans sa nouvelle Classe S hybride.

Ce rouage d’entraînement est appelé IMA – Integrated Motor Assist – et comprend donc un moteur électrique d’appoint pour venir en aide au petit moteur quatre cylindres de 1,3 litre produisant un total de 98 chevaux. Le tout est relié à une boîte automatique de type CVT qui, sur certains modèles, propose un mode simulé à sept rapports commandés par des leviers placés derrière le volant. Ce moteur quatre cylindres est le même qui est utilisé dans la Fit sur le marché japonais. Mais ce dont les ingénieurs de Honda sont le plus fier, c’est le fait d’avoir sérieusement réduit l’encombrement du groupe de batteries et rendu plus efficace le système de gestion du moteur et du rendement afin d’améliorer l’économie d’essence.Il en résulte un système plus efficace qu’auparavant, mais également plus économique à produire, ce qui a permis à Honda de commercialiser la voiture hybride la plus économique sur le marché.

Le bon look

De nos jours, beaucoup de personnes tentent de se démarquer en étant influencées par la majorité. Prenez les lecteurs iPod par exemple, qui sont devenus des incontournables. Comme ceux-ci ont des fils d’écouteurs blancs, tout le monde veut donc s’afficher avec des écouteurs dotés de fils blancs. Ce qui a poussé plusieurs compagnies à produire des écouteurs blancs, fils inclus, afin de répondre à la demande.
C’est la même chose dans le segment des voitures hybrides. Puisque la Prius est considérée comme la voiture étalon, sa silhouette très particulière est devenue la signature de la catégorie. En vous voyant à son volant, votre entourage sait que vous êtes un vert et un ami de la planète. Au contraire, les Honda Civic régulières ou hybride sont presque identiques, ce qui semble décourager les acheteurs qui veulent afficher leur amour de la planète et des technologies vertes.

C’est pour convaincre ces gens qui aiment s’afficher, et aussi pour intéresser les jeunes acheteurs attirés par les voitures hybrides mais trop peu fortunés pour en faire l’achat, que la nouvelle Fit a été concoctée. C’est pour la première raison que l’on a volontairement dessiné une voiture ressemblant plus ou moins à une Prius, car c’est ce modèle qui est automatiquement associé au monde des voitures hybrides. Vous pourriez conduire la voiture hybride la plus sophistiquée sur le marché, mais si sa silhouette est classique, vous allez rater votre affaire.

Même si l’utilisation d’une technologie économique a permis d’offrir la Insight  à des prix convenant à toutes les bourses et, par conséquent, à une clientèle plus jeune, cela ne signifie pas pour autant que cette voiture n’a pas de personnalité propre. De plus, on l’a conçue fort pratique. La partie avant de la Insight dernier cru nous fait plus ou moins penser à celle de la Fit, ce qui est normal car elle est dérivée de ce modèle. Par contre, avec son hayon aux lignes fuyantes incliné vers l’arrière, on obtient ce look hybride tant recherché. Mais ces lignes ne sont pas uniquement dictées par les raisons du marketing, puisque le coefficient aérodynamique de cette voiture est très poussé. On a même placé des plaques antitourbillon éolien sous la voiture.

Dans l’habitacle, les ressemblances avec la Fit sont nombreuses et personne ne devrait s’en plaindre. Comme cette dernière, les commandes audio sont placées dans un module rectangulaire très « in » avec ses gros boutons. Sur le modèle dénué de l’écran de navigation, ce module est placé au centre de la planche de bord et cette approche est plus réussie.

Si l’ergonomie des commandes et la position de conduite sont bonnes, le galbe des dossiers des sièges avant est assez prononcé. À tel point qu’il surprend lorsqu’on s’assoit à bord pour la première fois. Quant aux places arrière, elles sont confortables pour une voiture de cette taille. Les dossiers de type 60/40 se rabattent à plat et un groupe de batteries plus petit et le positionnement du réservoir de carburant sous le siège arrière permettent de bénéficier d’un plancher de chargement entièrement plat, ce qui n’est pas toujours le cas avec d’autres hybrides. Par ailleurs, la partie inférieure du hayon est constituée d’une vitre qui permet de faciliter les manœuvres de recul. Mais cette vitre offre une vision quelque peu déformée et il faudra un certain temps avant de vous y habituer. Enfin, la qualité des matériaux et des plastiques fait un peu bon marché.

Une Fit à moteur hybride

Si vous avez déjà conduit une Fit, vous ne vous sentirez pas dépaysé au volant de l’Insight, car les sensations sont plus ou moins les mêmes. Cela signifie également que l’insonorisation de même que le confort de la suspension sont inférieurs à ce que nous propose la Civic hybride. Par contre, la polyvalence d’une version cinq portes est à considérer tandis que la consommation de l’une et de l’autre est assez similaire.

Malgré sa cylindrée assez modeste, les performances du moteur sont correctes. Les ingénieurs ont même agencé le couple du moteur et la calibration de la boîte CVT pour que les accélérations initiales soient nerveuses. Ce n’est pas un « dragster », mais c’est suffisant pour donner l’élan initial lorsqu’on quitte un feu de circulation lors des heures de pointe. Et contrairement à la Fit dont elle est dérivée, l’Insight est plus silencieuse. Ce qui n’est pas élogieux pour la Fit car le moteur de l’Insight est bruyant.

La direction à assistance électrique est toutefois trop assistée et fait bien paraître celle de la Civic Hybrid. Je sais que les avis sont partagés à ce sujet chez mes confrères, mais je trouve que la tenue de route et l’agrément de conduite ne sont pas aussi mauvais qu’on le ditmême si la suspension fait un peu trop tape-cul. Autre bon point, les freins ont du mordant et sont progressifs. On n’a pas cette impression, si fréquente chez les hybrides, que le véhicule ne veut pas freiner.

La conduite elle-même est donc semblable à celle d’une voiture traditionnelle, à l’exception que le moteur cesse de fonctionner lorsque le véhicule est arrêté. Mais il y a plus. Les concepteurs ont voulu nous inciter à adopter une conduite plus écologique. Pour ce faire, le fond d’écran de l’afficheur de vitesse numérique change de couleur en fonction de votre type de conduite. Il est bleu foncé lorsque votre pilotage n’est pas écologique du tout, pâlit lorsque la consommation est presque adéquate avant de passer au vert lorsque votre façon de conduire permet de consommer le moins possible.

Et pour inciter le pilote à rechercher le plus souvent possible la « zone verte », on a trouvé un moyen fort ingénieux par le biais de l’écran d’affichage placé sous l’indicateur de vitesse lorsqu’on opte pour le mode ECO. Cet afficheur placé directement sous les yeux du conducteur l’informe de la consommation instantanée et moyenne. Il évalue même sa conduite à l’aide d’illustrations ressemblant quelque peu à une éolienne.

La loi du gros bon sens

Il est vrai que l’Insight n’a pas la sophistication mécanique de la Toyota Prius, mais elle propose une voiture plus économique à l’achat, moins luxueuse et plus polyvalente à certains égards. Elle permettra à un plus grand nombre d’automobilistes de s’initier aux voitures hybrides. Chez Toyota, on a concocté une nouvelle Prius plus lourde, plus luxueuse, plus sophistiquée et beaucoup plus chère. L’Insight est même moins raffinée sous certains aspects que la Civic hybride en raison d’un niveau de confort et d’une insonorisation inférieurs, mais elle mérite notre intérêt. Enfin, elle s’avère pas mal plus intéressante pour les gens actifs que la Civic hybride. 

Feu vert

Prix compétitif
Polyvalence de l’habitacle
Système ECO
Consommation réduite
Mécanique simple

Feu rouge

Insonorisation perfectible
Direction trop assistée
Confort des sièges
Lunette arrière déformante

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires