GMC Terrain 2018 : tout est devenu marketing

Points forts
  • Trio de moteurs efficaces et économes
  • Beau design
  • Système multimédia amélioré
  • Version de base bien équipée
Points faibles
  • Version Denali pas assez « wow »
  • Conduite ennuyeuse
  • Moteurs manquent de « punch »
Évaluation complète

Voici le Terrain 2018. On l’attendait. Comme le Chevrolet Equinox, dont il est essentiellement le clone, il a subi une bonne transformation et s’est raffiné pour finalement arriver à faire face à la concurrence. En fait, ce que l’on nous a vendu, lors du dévoilement du produit, c’est du marketing. On a passé beaucoup de temps à nous parler de GMC — rappelons-le, une marque qui n’offre aucun produit original, que des véhicules Chevrolet « rebadgés » —, et à nous dire à quel point l’image de GMC est orientée vers les professionnels. D’ailleurs, c’est leur slogan : soyez comme un pro.

Toutefois, il ne faut pas en vouloir à GMC ni à Chevrolet. Je peux déjà vous dire comment il va, le GMC Terrain. Il va bien. Il est confortable, silencieux, économique, et spacieux. Vous savez quoi? Comme tous ses concurrents. Nous sommes à une époque où les différences entre les produits sont minimes. Ils ont à peu près tous le même prix, sont à peu près tous équipés de la même manière. Comme il est devenu difficile de se distinguer par le produit, autant le faire par le marketing. Mais bon, techniquement, le Terrain est une version plus luxueuse de l’Equinox. Il débute à 32 000 $, et la version Denali, de « grand luxe », se vend 43 500 $, près de 3 500 $ de moins que l’ancienne génération. Dans les faits, un Equinox tout équipé vaut 40 000 $.

Photo: Marc-André Gauthier

Trois moteurs intéressants

Comme l’Equinox, le GMC Terrain 2018 est proposé avec trois moteurs différents. Le premier est un quatre cylindres turbocompressé de 1,5 litre, développant 170 chevaux et un couple de 201 livres-pied. Jumelé à une excellente boîte automatique à neuf rapports, il se déplace avec une moyenne de 8,6 L/100 km, ce qui n’est pas mal du tout pour un VUS!

Toutefois, les écolos peuvent se tourner vers la mécanique diesel offerte, un quatre cylindres de 1,6 litre développant 137 chevaux et un couple de 240 livres-pied. Accouplé à une boîte automatique à six rapports, on peut s’attendre à une consommation moyenne qui descend sous la barre des 7,5 L/100 km.

Finalement, un quatre cylindres turbocompressé est installé dans la version SLT (milieu de gamme), et dans la version Denali. D’une cylindrée de 2,0 litres, il livre 252 chevaux et 280 livres-pied. Accouplé à la même boîte à neuf rapports que le moteur de 1,5 litre, il est pas mal moins économique, avec une moyenne combinée ville/route de 10,2 L/100 km…

Pour savoir comment se comportent ces moteurs, dites-vous que toutes les mécaniques ne procurent pas particulièrement de sensations fortes. Même si l’on a accès à beaucoup de couple, on ne le sent pas vraiment. L’accélérateur au fond, le moteur de 1,5 litre et le diesel ne font pas grand-chose, à l’exception de se lamenter. Le 2,0 litres, plus puissant, adopte une conduite plus souple, mais l’expérience ne vaut pas les 2 à 3 L/100 km de carburant additionnel.

On n’a pas le même raffinement mécanique que dans le nouveau Volkswagen Tiguan 2018, par exemple, mais à vrai dire, l’utilisateur moyen de VUS n’y verra que du feu. Pour ses déplacements quotidiens, il sera content…

Photo: Marc-André Gauthier

Comme tous les autres

Le style du Terrain est loin de celui de l’Equinox. Comme mentionné en introduction, il s’agit à la base du même véhicule. Toutefois, l’Equinox est orienté vers la famille, tandis que le GMC Terrain se veut plus macho, plus carré, plus masculin (leurs mots, pas les miens).

Côté design, donc, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, on n’a rien à dire. Le Terrain est plutôt joli, comme tous les autres VUS de cette catégorie, à l’exception du Nissan Rogue, qui aurait besoin d’un peu d’amour dans sa cabine.

En version Denali, l’habitacle se remplit de jolis matériaux, mais l’effet n’est plus aussi wow qu’il l’a déjà été. Le problème, c’est la qualité de finition et des matériaux : celle-ci s’est tellement améliorée dans les dernières années, qu’il devient difficile d’offrir une version « luxueuse » qui va vraiment se démarquer…

Comme tous les autres VUS, le GMC Terrain 2018 est confortable, silencieux, bien fini, relativement spacieux. En outre, grâce à son banc passager avant qui s’abaisse complètement, il vous permettra même de transporter de petits madriers.

Le système multimédia du Terrain est de nouvelle génération, et son utilisation est superbe. Les graphiques sont simples, jolis, à haute résolution, et surtout, l’expérience est sans délais et simple. Tout le contraire du système Honda, quoi!

Photo: Marc-André Gauthier

Où le Terrain déçoit le plus, comme l’Equinox, en fait, c’est au chapitre de la conduite. Sa direction est déconnectée de la route, sans âme, sans excitation. On peut répondre à ça que l’acheteur typique du VUS compact s’en fout, et c’est vrai.

Ça nous amène à la conclusion de cet essai. Les VUS compacts se ressemblent tous. Ils ont tous de petits avantages les uns sur les autres, mais au final, l’expérience globale est similaire d’un produit à l’autre. On n’achète plus ces voitures après de longues recherches pour savoir lequel est empiriquement le meilleur. On achète une expérience, on achète une marque, on achète du marketing.

Le marketing de GMC, c’est d’offrir une version plus robuste de produits Chevrolet. Dans les faits, le Terrain se conduit comme l’Equinox, mais côté style, il a effectivement l’air plus robuste. Si ça vous plaît, tant mieux, mais n’allez pas croire que vous avez là la perle rare! Non. Juste une perle parmi tant d’autres.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLes prix pour le GMC Terrain 2018 annoncés
C’est au Salon de l’auto de Détroit en janvier dernier, qu’a été dévoilé le tout nouveau GMC Terrain 2018 qui sera en vente au Canada dès cet été. Cette nouvelle cuvée offrira un choix de 3 nouveaux moteurs turbocompressés, dont le 1,5 litre de 170 chevaux, le 2,0 litres de …
Premiers contactsVolkswagen Tiguan 2018 : sept passagers, trois versions, un moteur
À une époque où 68% des nouveaux véhicules vendus au Canada sont des camionnettes et des VUS, il est facile de comprendre pourquoi les constructeurs mettent autant d’efforts dans le développement d’utilitaires sport de tout acabit. Volkswagen n’a jamais été un joueur important en la matière, mais compte bien rattraper …
Premiers contactsGMC Terrain 2018 : prenons tout ce qui passe
LAC-BEAUPORT (Québec) – Le segment des véhicules utilitaires compacts est absolument contingenté avec une panoplie de modèles, formes, styles et gammes de prix. Avec autant de choix, même les consommateurs qui en redemandent toujours plus ne savent plus où donner de la tête. Pour un constructeur aussi diversifié que General …
SurvolGMC Terrain 2019 : aperçu
GM a amorcé la refonte complète de ses VUS il y a quelque temps et le GMC Terrain, son utilitaire compact, nous arrive pour 2018 sous une nouvelle génération. Comme son cousin, le Chevrolet Equinox, il emprunte la plate-forme D2 et partage également les mêmes motorisations. Côté style, difficile de …
Commentaires