Volvo S90 2017: La plus belle familiale du monde

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Le fabricant Volvo est réputé pour offrir des voitures sécuritaires. On l'associe également à ses berlines et à ses familiales luxueuses. Pour beaucoup d'entre nous, une mention de la marque suédoise invoque immédiatement l’image mentale d'une grosse voiture carrée, de préférence peinte en brun, derrière laquelle se trouve un gros chien!

Au chapitre de l’esthétisme, Volvo a, une fois de plus, mis la barre un peu plus haute. À mon avis, cette familiale est de loin la plus belle sur le marché. Vous avez le droit d’être en désaccord mais vous avez tort, tout simplement…

Un renouveau, gracieuseté du yen

Lorsqu'on nous a présenté le duo S90/V90 (la S90 étant la berline, la V90, la familiale), on a compris que la direction de Volvo était satisfaite des relations établies avec Geely, le nouveau propriétaire chinois. Puisque la marque suédoise a réussi le VUS XC90, Geely lui a donné carte blanche pour la création de la S90 (pour alléger le texte, nous nous contenterons de mentionner la version berline, qui arrivera la première en concession).

La S90 repose sur la plate-forme SPA (Scalable Product Architecture) du groupe Volvo, la même que celle du XC90. Avec une longueur totale de 4 963 mm - 4 936 mm pour la V90 -, cette berline mesure environ 60 mm de plus que la BMW Série 5 et 40 mm de plus que la Mercedes-Benz Classe E. L'empattement de 2 941 mm est relativement similaire à celui du XC90; dans le futur, on peut s'attendre à ce que d'autres produits de la marque -comme les prochains modèles de la gamme 60 (S60, V60, XC60)- s’inspirent aussi de cette architecture.

Mécaniquement, la S90 ne vous donne pas le choix: la seule configuration possible est un quatre cylindres de 2,0 litres, transmettant sa puissance aux quatre roues via une boîte automatique. Ça ne semble pas bien intéressant au premier abord, mais tout se retrouve dans les détails.

La version T6 développe 316 chevaux et 295 livres-pied de couple; cette impressionnante puissance est accomplie grâce à la magie de la surcompression. Volvo utilise un petit compresseur de suralimentation qui génère le couple à bas régime; à partir de 3 000 tours/minute, un embrayage le découple. C'est à ce moment que le turbocompresseur prend le relai. Le résultat final s'apparente beaucoup à un V8 à aspiration naturelle: le temps de réponse est pratiquement immédiat, et il y a beaucoup de puissance disponible, peu importe la vitesse du véhicule. Une version T5, développant 250 chevaux -qui n'a pas de compresseur de suralimentation, seulement un turbo- est aussi offerte.

La boîte automatique compte huit rapports et est d'une fluidité impressionnante. En conduite normale, il est difficile de la sentir travailler. En utilisant le mode Sport, cependant, elle devient beaucoup moins transparente, marquant brusquement chaque passage de vitesse.

Volvo n'a pas voulu donner à sa S90 des prétentions sportives; c'est une bonne chose, la marque ayant compris que personne n'utilise un véhicule de ce type sur une piste de course. Néanmoins, la voiture maîtrise très bien son roulis dans les virages et le rouage intégral n'occasionne pas de sous-virage. Si on la conduit avec moins d'enthousiasme, la S90 se transforme en une grosse routière éminemment confortable.

Volvo a mis beaucoup d’efforts à rendre l'habitacle le plus luxueux possible; les sièges donnent l'impression de parfaitement soutenir votre corps, le petit volant se prend bien en main et la visibilité, tout autour de la berline, est plus qu'acceptable (même constat pour la familiale, mais l’angle mort est plus large à l'arrière). Quant à l’écran d'infodivertissement, il est d'une taille impressionnante; mesurant 9,5 pouces, il renferme une litanie d’applications technologiques, comme la radio internet Spotify, Apple CarPlay et Android Auto. On peut également y insérer une carte SIM avec un forfait cellulaire actif, ce qui aura pour effet de transformer votre Volvo en borne WiFi.

Côté sécurité, la marque a fait honneur à sa réputation: la S90 incorpore suffisamment de senseurs pour détecter un gros animal qui traverse la chaussée, et son système PilotAssist permet une conduit semi-autonome, jusqu'à 130 km/h sur l'autoroute.

Volvo est de retour

Après plusieurs années à jouer un rôle de second plan, Volvo est pleinement de retour. Que ce soit avec le VUS XC90 ou maintenant avec la berline S90 et la familiale V90, la petite marque a, sans contredit, la capacité de concurrencer les Allemands, directement dans leurs plates-bandes. Elle apporte aussi sa philosophie distincte, qui pourrait bien vous intéresser si vous en avez marre des voitures mises au point sur le Nürburgring...

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires