Lexus LS 2017: Élégance et discrétion

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Pour plusieurs, la marque Lexus est ce qu’il y a de mieux en fait de voitures de luxe, aussi bien en raison de leur impeccable finition que de leur incroyable fiabilité. Et puisque la berline LS est au sommet de la pyramide chez Lexus, elle est par conséquent le modèle le plus prestigieux de cette marque.

Comme toute berline de prestige qui se respecte, les stylistes l’ont dotée d’une silhouette élégante mais très discrète puisqu’il semble que les personnes aux comptes de banque bien étoffés n’aiment pas toujours afficher leur aisance. Il y a quelques années, la LS a toutefois acquis un peu plus de visibilité lorsque sa calandre a été remplacée par une autre en forme de sablier comme sur tous les autres modèles Lexus. Soulignons que cette berline existe deux versions : une à empattement allongé et une autre à empattement ordinaire.

Cuir et boiseries

Généralement, dans une automobile, le luxe s’illustre grâce à des sièges en cuir, des appliques en bois exotique et une ambiance feutrée. C’est exactement ce que nous procure la famille LS alors que le cuir des sièges est très fin et très souple, tandis que la qualité des matériaux et de l’assemblage est impeccable. D’ailleurs, plusieurs marques concurrentes à la réputation bien établie admettent sans vergogne que Lexus est leur exemple en termes de qualité. Si vous avez du temps à perdre, tentez de trouver quelque chose qui cloche dans la finition d’une Lexus LS!

Une fois votre inspection terminée, vous aurez découvert que les sièges avant sont très moelleux et très confortables, mais sachez qu’en conduite un peu plus vigoureuse, leur support latéral n’est pas extraordinaire. Par contre, à l’arrière, c’est le confort total. Et c’est encore mieux dans la version allongée, car son empattement est plus long de 120 mm, ce qui permet de bénéficier de places arrière encore plus spacieuses dorlotant les occupants comme ce n’est pas possible.

Malgré tout, il faut dénoncer un irritant majeur au chapitre des commandes : la petite souris de contrôle qui sert à gérer le système d’infodivertissement est nettement trop sensible et nous fait donc commettre des erreurs lorsque l’on tente de modifier une commande.

La douceur avant la vigueur

Malgré un poids très élevé, les performances sont loin d’être mauvaises. Le moteur est un V8 de 4,6 litres produisant 386 chevaux associé à une boîte automatique à huit rapports, ce qui permet de boucler le 0-100 km/h en moins de six secondes. Pas mal! Il est même possible de commander une transmission intégrale. Celle-ci était par ailleurs de série sur la version à moteur hybride, la 600h L qui ne sera pas reconduite en 2017. Ce modèle était le plus cher de la gamme LS et était propulsé par un V8 5,0 litres travaillant de concert avec deux moteurs électriques. Mais cette fois, la transmission en était une à rapports continuellement variables.

L’abandon de ce modèle est un constat d’échec pour Lexus. Avec cette 600h L, il semble que la marque de prestige de Toyota ait voulu donner une leçon aux fabricants allemands et leurs modèles haut de gamme à moteurs V12. Cette hybride nippone offrait des performances aussi élevées que ces grosses cylindrées tout en polluant et en consommant moins. Malheureusement pour Lexus, le public a plébiscité les grosses bagnoles allemandes en quantité impressionnante et a ignoré la 600h L aussi sophistiquée fut-elle.

La LS s’adresse à des conducteurs privilégiant le confort et le silence de roulement. Ils apprécient également la pléthore de gadgets livrés avec ce modèle. Bref, encapsulé dans un habitacle d’un luxe très relevé, le conducteur se trouve au volant d’une voiture qui ne transmet pas tellement les sensations de la route. Ce qui ne signifie pas pour autant que la voiture souffre d’un comportement routier déficient. La tenue de route est bonne, mais la direction engourdie n’encourage pas une conduite sportive. Mieux vaut se laisser dorloter par le luxe de la cabine et la douceur de la suspension tout en respectant les limites de vitesse affichées. Et pendant ce temps, s’il y a des passagers arrière, ils pourront se payer du bon temps dans un confort remarquable.

Il est important de souligner que la division Lexus tente en partie d’attirer des conducteurs aux aspirations plus sportives en offrant le groupe d’options F Sport sur la LS 460 à empattement ordinaire. On dénote une certaine amélioration, mais les propriétaires de Chevrolet Corvette n’ont pas à s’inquiéter.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surLexus LS 500 2018 : à l'essai cette semaine
Le Guide de l’auto est en route pour San Francisco en Californie pour un premier contact avec la nouvelle berline de luxe LS de Lexus, déclinée en versions LS 500, LS 500h à motorisation hybride, et LS 500 F SPORT. Cette LS est élaborée sur la plate-forme qui répond à …
Commentaires