Chevrolet Silverado 2017: Un classique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Si le marché de la camionnette était autrefois un havre de tranquillité, habité uniquement par des véhicules rustiques et adaptés pour le travail, il a évolué dans une drôle de direction. Désormais, les protagonistes de ce segment essaient d'être des voitures de sport puissantes, des berlines luxueuses, des familiales confortables... Par exemple, le Ram 1500 peut être équipé d’une suspension à air, comme sur une Rolls-Royce. De son côté, le Ford F-150 a une carrosserie d'aluminium, comme une Porsche. Son moteur le plus puissant est un V6 biturbo envoyant ses chevaux aux quatre roues, le même arrangement qui propulse la Nissan GT-R.

Mais tous n'ont pas des envies de modernisme: les Chevrolet Silverado et son cousin germain, le GMC Sierra, identiques sauf pour quelques détails esthétiques, sont les plus conservateurs des camions américains. Mais est-ce une mauvaise chose?

Simple et efficace

La génération actuelle du Chevrolet Silverado a été dévoilée en 2014, mais il a reçu un petit lifting l'an dernier, troquant ses quadruples blocs optiques carrés contre des unités plus anguleuses serties de DEL en leur centre. La grille centrale est maintenant peinte de la couleur de la carrosserie au lieu d’être chromée. Quant au Sierra, il continue son bonhomme de chemin sans grands changements, gagnant une gigantesque grille pleine de chrome sur la variante Denali, ainsi que des diodes électroluminescentes arrangées en forme de C dans ses phares. À notre avis, le Sierra est beaucoup plus réussi, mais les goûts ne se discutent pas...

Les cabines de ces deux camions sont pratiquement identiques : elles disposent toutes deux la même planche de bord, les mêmes sièges, le même volant... mentionnons que la qualité d'assemblage de ces camionnettes est surprenante, pour peu que vous sélectionniez une version moindrement équipée, comme un LS ou un LT chez Chevrolet ou un Sierra de base chez GMC. Vous avez alors droit, entre autres, à du rembourrage et à des tissus de bonne facture. La version WT du Silverado, pour Work Truck ou camionnette de travail, arbore une apparence plus robuste avec des garnitures en caoutchouc rigide et en vinyle.

Selon votre sélection, vous pouvez transporter un chargement plus important ou plus de passagers (ou des passagers plus confortablement assis, c'est selon). Le duo Silverado/Sierra est disponible en cabine classique à deux portières et banquette simple, en cabine double à quatre portières ou en cabine d'équipe, qui donne 30 centimètres de plus pour les jambes des occupants arrière. La plupart du temps, plus la cabine est longue, moins la boîte de chargement l’est.

Mécanique éprouvée

Les motorisations des camions GM sont simples et ont fait leurs preuves depuis longtemps. Le moteur de base est un V6 de 4,3 litres et 285 chevaux. Il convient aux petits entrepreneurs désirant un pickup à bas prix, mais il ne peut remorquer de lourdes charges. Pour plus de capacités, on doit se tourner vers le V8 de 5,3 litres. Ce moteur peut tracter jusqu'à 5 035 kg (11 100 lb), selon la version et l’équipement, ce qui est amplement suffisant pour plusieurs.

Finalement, il est possible de commander son Silverado ou son Sierra avec un autre V8, de 6,2 litres celui-là. Il développe 420 chevaux, un couple de 460 lb-pi et affiche une capacité de remorquage maximale de 5 443 kg (12 000 lb), encore là, dépendant de la version et de l’équipement. Deux boîtes automatiques figurent au catalogue, à six rapports pour le moteur V6 et à huit rapports pour les V8. Des rumeurs persistantes parlent d’une boîte à hui rapports pour toute la gamme mais, au moment d’aller sous presse, ce n’était pas confirmé par General Motors. L'entrainement à propulsion est de série, le rouage 4x4, en option.

Conduire une camionnette n'est pas une expérience transcendante, et le duo qui nous intéresse ici ne fait pas exception. La suspension arrière à lames rebondit sur une chaussée accidentée, mais ça s'améliore si l'on transporte un objet lourd dans la boîte. Mentionnons ici que le contrôle de stabilité du Silverado et du Sierra n’est pas des plus réactifs : sur la terre battue, il est possible de faire déraper le véhicule avant que l'ordinateur ne réagisse, ce qui n'augure pas bien pour la conduite hivernale...

Sur les versions les plus huppées (Silverado High Country et Sierra Denali), une suspension magnétique remplace les amortisseurs conventionnels. Elle ne transforme pas le duo en Cadillac Escalade, mais rend la conduite beaucoup plus agréable et diminue le roulis dans les virages.

Même si les Silverado et Sierra ne sont pas les plus rapides, les plus puissants, les plus confortables ou les plus technologiques, ils trouvent chaque année bon nombre d'acheteurs. Pourquoi? Tout simplement parce qu'ils sont faciles d’entretien, que leurs acheteurs sont fidèles et que, pour beaucoup de clients, une camionnette, c'est fait pour travailler, pas pour parader les dernières technologies dans le vent.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires