Ford Fiesta 2017: Le choix du conducteur

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

En général, les constructeurs automobiles tentent d’attirer les consommateurs vers leurs sous-compactes en mettant l’accent sur l’espace intérieur, la polyvalence et la quantité de caractéristiques technologiques. Toutefois, avec sa Fiesta, Ford mise plutôt sur l’agrément de conduite.

Introduite sur le marché canadien en 2010, en tant que modèle 2011, la Fiesta n’a pas beaucoup changé depuis. On lui a tout de même apporté des retouches esthétiques pour 2014 afin de la rapprocher des produits plus récents de la marque. Elle parvient à demeurer dans le coup, grâce à sa forme jelly bean sympathique, au design moderne de son habitacle et à son niveau d’équipement intéressant. Deux formats sont toujours proposés, soit la Fiesta cinq portes à hayon et la berline.

Trois moteurs, deux turbo

Lorsque Ford a annoncé son tout premier moteur EcoBoost, il y a quelques années, on avait promis que la turbocompression serait répandue à grande échelle dans les produits Ford et Lincoln. On a tenu parole, puisque tous ses modèles en offrent au moins un, à l’exception du C-MAX et de la Série F Super Duty.

C’est également le cas avec la petite Fiesta. Le moteur de base est un quatre cylindres atmosphérique de 1,6 litre qui produit 120 chevaux. Jumelée à une boîte manuelle à cinq rapports ou à une boîte automatisée à double embrayage à six rapports, cette motorisation rend la Fiesta suffisamment fougueuse et écoénergétique. Avec un mélange de ville et d’autoroute, on a réussi à consommer en moyenne 6,5 l/100 km.

En option, on peut équiper le Fiesta d’un trois cylindres turbocompressé EcoBoost de 1,0 litre. Malgré sa faible cylindrée, ce moteur parvient à développer 123 chevaux et un couple de 125 lb-pi. Un choix intéressant, mais il vibre sous les 1 500 tr/min et il nécessite de jouer beaucoup plus du levier de vitesses afin de le maintenir dans sa courbe de puissance. Le hic, c’est que le coût supplémentaire de ce trois cylindres est difficile à justifier, surtout qu’on ne peut le jumeler à la boîte automatique, ni à l’ensemble décor qui comprend des jantes en alliage. Par rapport au moteur de base, il permettrait d’économiser un litre d’essence aux 100 kilomètres, mais selon nos essais, l’écart n’est pas si grand.

Pour les amateurs de voitures sportives, la Fiesta ST propose un quatre cylindres turbo EcoBoost de 1,6 litre. Générant 197 chevaux et un couple de 202 lb-pi, assorti obligatoirement à une boîte manuelle à six rapports, ce moteur procure de vives accélérations.

Toutes les Fiesta sont amusantes à conduire. Elles sont maniables, avec un bon diamètre de braquage, une direction très précise et une suspension pas trop rigide, mais pas trop molle non plus. Évidemment, la Fiesta ST, seulement disponible en configuration cinq portes, obtient une suspension sport, des freins plus performants, des jantes de 17 pouces et une apparence plus racée. Bref, elle est une rivale de taille pour la MINI Cooper S 5 portes, mais à prix moindre.

Pour la famille? Pas vraiment

La Fiesta est construite sur l’empattement le plus court de sa catégorie. Cela se traduit évidemment par un espace intérieur plus restreint, et ce sont les passagers arrière qui en paieront le prix. Le dégagement pour les jambes figure parmi les plus réduits du segment, alors que la forme arrondie de la carrosserie à l’arrière limite l’espace pour les épaules et les hanches. Deux adultes se sentiront confinés, au point où l’on doit avancer les sièges avant pour libérer un peu de place. La banquette peut en théorie accommoder trois occupants, mais n’y pensez même pas.

L’histoire se répète au chapitre de l’espace de chargement. Le volume maximal du coffre est de 720 litres dans la Fiesta à hayon, lorsque les dossiers arrière sont abaissés, alors que celui de la berline dispose d’un volume de 363 litres. Comparativement à la Nissan Versa Note et à la Honda Fit, surtout, la Fiesta est la plus désavantagée de sa catégorie.

Pourtant, tout n’est pas négatif. À l’avant, c’est le bonheur, car il y a suffisamment d’espace pour être à l’aise, et les sièges sont assez confortables pour passer un bon bout de temps dans les embouteillages des grands centres urbains.

Lorsque c’est le cas, on a tout ce qu’il faut pour rester connecté. Le système multimédia SYNC 3 livrable en option offre une interface conviviale, un écran tactile réactif et une reconnaissance vocale fonctionnant à merveille. La Fiesta S de base dispose d’un système SYNC plus primitif, mais au moins on a droit à la connectivité Bluetooth, à un port USB pour brancher notre appareil portatif et à une chaîne audio à six haut-parleurs.

Hélas, la Fiesta n’est pas des plus abordables quand on se laisse tenter par les options, ce qui diminue son attrait initial. En livrée S de base, elle inclut tout de même un climatiseur, un siège du conducteur à hauteur réglable et un déverrouillage des portes par télécommande. À noter que les petites familles se sentiront à l’étroit dans la Ford Fiesta, par contre, elle est la plus plaisante à conduire de sa catégorie.

Partager sur Facebook
Commentaires