Volkswagen Passat 2017 : née en Allemagne, mais élevée aux États-Unis

Points forts
  • Style passe-partout
  • Habitacle et coffre vastes
  • Très bonne tenue de route
  • Confort relevé
Points faibles
  • Manque flagrant de personnalité
  • V6 plutôt cher
  • Direction sans âme
  • Consommation V6 assez élevée
  • Pas de volant chauffant
Évaluation complète

Il y a plusieurs années, la Volkswagen Passat jouissait d’un certain prestige, se mesurant avantageusement aux pointures solides qu’étaient les Honda Accord et Toyota Camry. Aujourd’hui, ce segment du marché n’est plus l’ombre de ce qu’il était et les voitures qui le composent n’ont plus l’aura d’antan. Cependant, il continue de générer des profits, ce qui explique les efforts que les constructeurs y investissent.

Il y a quelques semaines, le Guide de l’auto mettait la main sur une Passat Highline 2017. Cette Passat suprême, si l’on peut dire, est munie d’un V6 de 3,6 litres. Si, par les années passées, il était possible d’avoir une Passat mue par les quatre roues, ce n’est plus le cas. Maintenant, seules les roues avant sont motrices. Si vous voulez l’intégrale dans une Passat neuve, il faudra vous tourner vers la CC qui est, en fait, une Passat avec du style.

Photo: Volkswagen

Une Passat? Où ça?

La Passat est une voiture éminemment anonyme et la couleur gris urano qui recouvrait la carrosserie de notre exemplaire n’arrangeait pas la situation. Dans l’habitacle, toutefois, c’est nettement plus jojo. Malgré la présence de plastiques gris foncé, plusieurs parties en cuir de couleur contrastante et des boiseries bien agencées amènent beaucoup de luminosité. Soulignons que nous avions la version la plus huppée. Les livrées de base sont bien moins nanties.

Dans la catégorie « moins nantie », on ne peut passer sous silence l’absence de volant chauffant, et ce, même si notre exemplaire coûtait tout près de 40 000 $, avant les taxes et les frais de transport et de préparation… Heureusement, le confort des sièges, autant à l’avant qu’à l’arrière, compense, tout comme l’espace habitable, vraiment généreux. Les espaces de rangement sont nombreux et le coffre est l’un des plus grands de sa catégorie, dominé seulement par celui de la Ford Fusion et celui de la Hyundai Sonata mais éclipsant, de peu, celui des Chevrolet Malibu, Honda Accord et Toyota Camry.

Photo: Alain Morin

V6 + DSG = 9,3

Sous le capot de la Passat, on retrouve à la base un quatre cylindres 1,8 litre de 170 chevaux et qui convient parfaitement à la berline germano-américaine. Mais c’est plutôt un modèle doté du V6 3,6 litres — plus cher, évidemment — que Volkswagen nous a prêté. Malgré sa cylindrée doublée, ce 3,6 ne développe pas le double de chevaux! Néanmoins, ses 280 chevaux ne sont pas à dédaigner. Ni son couple de 258 livres-pied à 2 500 tr/min.

Une seule boîte est offerte dans la Passat, peu importe le moteur. Il s’agit d’une automatique DSG à six rapports. Les lettres DSG désignent une boîte à double embrayage, ce qui lui permet de passer les rapports plus rapidement. Comme on l’a déjà vu, les roues avant sont motrices.

Comment se comportent ces éléments réunis? Pas mal du tout! Il ne faut surtout pas se fier à la sonorité de tracteur qui provient du moteur quand on le démarre par temps froid. Peu importe la situation, le 3,6 litres ne semble jamais travailler fort. À 100 km/h, sur le sixième rapport, il tourne à 1 900 tr/min, ce qui n’a toutefois plus rien d’exceptionnel aujourd’hui puisque plusieurs moteurs n’affichent que 1 600 tr/min à cette vitesse.

Quoi qu’il en soit, après deux semaines où j’ai parcouru plus de 1 300 km (c’était pendant la période des Fêtes), la majorité sur les autoroutes et les routes secondaires montagneuses de l’Estrie, ma consommation moyenne s’est établie à 9,3 l/100 km/h (126,53 litres pour 1 360 km). Il est plus difficile de se fier à l’ordinateur de bord, car il a la désolante habitude de remettre la consommation moyenne à zéro après une certaine période d’arrêt. On ne peut donc pas avoir la consommation à long terme. Remarquez que la plupart des ordinateurs sont plutôt optimistes mais, au moins, ils donnent une idée générale de la consommation. S’il y a une façon d’avoir la consommation à long terme dans une Passat 2017, je ne l’ai pas trouvée!

Traction contrôlée

La boîte de vitesses fonctionne de façon très transparente et fait tout ce qu’on lui demande sans coup férir. Les ingénieurs ont aussi fait du bon boulot en ce qui a trait à la traction. À moins de vraiment écraser le champignon, on ne ressent aucun effet de couple dans le volant, soit cette désagréable impression que chacune des roues veut tirer la voiture de son bord.

On ne peut désactiver le contrôle de la traction dans la Passat (si oui, légalement s’entend, dites-moi comment!). Cependant, même dans quelques pouces de neige recouvrant une surface glacée, le contrôle de la traction n’est pas trop autoritaire. La direction ne pèche pas par excès de précision ou de retour d’informations et le boudin du volant est un peu mince. J’imagine que les Américains adorent…

Au final, la Volkswagen Passat ne révolutionne rien mais ne fait rien de très mal non plus. De toute évidence, elle répond maintenant mieux aux goûts de nos voisins du Sud. D’autant plus qu’elle est construite au Tennessee. Difficile de croire que Volkswagen peut aussi faire une Golf R!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsVolkswagen Passat 2016 : ne m’oubliez pas
STOWE (Vermont) – Pas facile de connaître du succès dans l’ombre de rivales bien connues, telles que la Honda Accord, la Toyota Camry et la Nissan Altima . Ces trois berlines intermédiaires plaisent à une clientèle à la recherche d’un bon rapport qualité-prix, d’une bonne économie de carburant, de l’espace …
ActualitéTanner Foust conduira une Passat en Formula Drift
Lorsqu’on pense à la drift, une liste de véhicules nous vient en tête : vieilles Nissan 240SX, Skyline GT-S, Toyota Supra, Mazda RX-7… Ces modèles sont généralement utilisés à cause de leur puissance, de leur facilité de réparation ainsi que du fait qu’elles ont toutes une architecture à propulsion, indispensable …
2016Volkswagen Passat 2016: L’Américaine se ressaisit
L’arrivée de la variante européenne CC dans la gamme Passat et le désir de dominer le marché nord-américain ont mis la table à la conception d’une berline purement américaine. Un style neutre et un habitacle généreux semblent être gage de succès si l’on se fie aux ventes des Toyota Camry, …
EssaisVolkswagen CC 2017 : dernier tour de piste
La CC figure sur le marché depuis un bon bout de temps. Elle s’appelait jadis Passat CC, mais elle a changé de nom pour l’année-modèle 2012 afin de se distinguer de la berline intermédiaire Passat, redessinée cette année-là et désormais offerte en version nord-américaine, plus grosse que la version européenne.

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires