Lexus ES350, c'est plus que du bonbon

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Vous vous rappelez cette publicité où Albert Millaire, de sa belle voix grave, nous vendait une marque de gomme qui était plus chère, mais qui était plus que du bonbon ? Je ne sais pas si cette gomme était vraiment supérieure aux autres, mais le fait qu’elle était plus chère lui permettait de se démarquer en donnant l’impression aux gens qu’elle était vraiment meilleure ! Ce type de positionnement de produit est aussi très répandu dans le domaine de l’automobile. C’est ainsi que Lexus peut demander plus cher pour sa ES350 que pour la Toyota Camry dont elle est dérivée.

La filiation entre les deux modèles est évidente. Les lignes générales sont les mêmes mais, noblesse oblige, celles de la Lexus font preuve de plus de raffinement. La partie avant diffère et si vous voulez mon avis, la calandre de la Lexus semble beaucoup mieux intégrée que celle de la Camry, que j’ai toujours trouvée lourde. C’est une question de goût, remarquez. À l’arrière aussi, les feux de la Lexus font montre de plus de recherche stylistique en repre nant le design allongé de ceux de la IS.

Un bel environnement

Mais là où il est difficile de faire le lien entre les deux voitures, c’est dans l’habitacle. Le tableau de bord est élégant, raffiné et d’un assemblage qui aurait de quoi rendre un moine jaloux. La qualité des matériaux utilisés sur la ES350 est très relevée et on n’a pas lésiné sur la quantité d’isolant. Seule une voûte de banque peut être aussi silencieuse – je dis ça sans avoir jamais conduit de voûte de banque, mais j’imagine que ça doit ressembler à ça ! Le très beau volant tout de bois et de cuir se prend bien en main et la plupart des commandes tombent droit sous la main. Les espaces de rangement sont nombreux et le coffre à gants est vaste malgré l’imposant manuel du propriétaire. Les sièges sont spécialisés dans le confort et se permettent même de retenir relativement bien dans les courbes. En plus, leurs nombreux réglages facilitent la recherche d’une bonne position de conduite. D’ailleurs, le volant est réglable en hauteur et en profondeur grâce à une commande électrique.

Les sièges arrière s’avèrent, eux aussi, fort confortables, sauf la place centrale qui, de toute façon, ne devrait servir qu’à l’occasion. Si l’espace pour les jambes est correct, celui réservé à la tête est un peu juste. Pour des questions de rigidité, les dossiers du siège ne s’abaissent pas pour agrandir le coffre. On y retrouve uniquement une trappe à skis. Curieusement, la Toyota Camry offre, sur quelques versions, des dossiers rabattables. Le coffre, puisqu’on en parle, ne possède pas une ouverture très grande, mais comme cette manie semble se généraliser dans l’industrie, il faudra apprendre à faire passer un chat par un trou de souris ! Car il y a passablement d’espace dans le coffre. Oui, oui, je vous le jure ! Pour justifier un prix plus élevé, il va sans dire que Lexus n’a pas lésiné sur la sécurité des occupants. Pas moins de huit coussins gonflables sont là, prêts à parer à toute éventualité, en plus, bien entendu, de la panoplie des systèmes électroniques d’aide à la conduite.

C'est qui ça, Amy Winehouse ?

Sous le capot de la ES350, on retrouve un V6 de 3,5 litres qui officie déjà dans les Camry V6, mais sa puissance a été portée à 272 chevaux et à 254 livrespied de couple. Ce très moderne moteur en alliage d’aluminium, double arbre à cames en tête, système de distribution à calage variable des soupapes d’admission et d’échappement et j’en passe fait preuve d’un goût évident pour le travail. Il faut toutefois avouer qu’autant de puissance dirigée aux roues avant seulement (traction) entraîne un important effet de couple dans le volant en accélération brusque. La transmission automatique à six rapports fonctionne avec une incroyable douceur et permet au moteur de tourner à bas régime, ce qui engendre de substantielles économies d’essence. La ES350 consomme environ 11,0 litres aux 100 km, même si cette moyenne peut monter un peu, un essai par temps très froid (-20 degrés) l’amenant à 12,2. Cette transmission offre même un mode manuel, ce qui est surprenant compte tenu de la clientèle visée qui se fout probablement autant de la conduite sportive que des déboires d’Amy Winehouse. En fait, ce mode ne trouve vraiment son utilité que lorsqu’on doit remorquer dans des régions montagneuses.

Il permet ainsi de conserver un régime moteur plus élevé, donc un frein moteur plus important, question d’économiser les freins. Un moteur très puissant et une transmission compétente ne donnent pas nécessairement une voiture sportive. Le châssis a beau être rigide, son mandat premier est d’assurer un confort de première classe aux occupants. Les suspensions qui y sont rattachées font preuve d’un certain laxisme lorsque vient le temps de négocier une courbe à haute vitesse mais, en conduite normale, elles effectuent un excellent boulot, mariant confort et tenue de route. La direction, à la surprise générale, fait preuve d’une belle précision, mais elle ne donne que très peu d’informations au conducteur.

Lorsque les limites de la voiture sont dépassées, soit en courbe ou sur une surface glacée, les systèmes de contrôle de la traction et de la stabilité latérale interviennent avec autorité en émettant un bip plus stressant qu’autre chose. La Lexus ES350, commme nous le disions, est plus que du bonbon. Il faut cependant être prêt à débourser pas mal pour cette berline intermédiaire. Si le prix de 40 000 $ pour une version « de base » peut toujours se justifier, le fait d’ajouter plus de 10 000 $ en ensembles d’options, en plus des options individuelles, me semble nettement exagéré. À ce prix, ce n’est plus du bonbon… c’est une indigestion !

FEU VERT

Fiabilité increvable
Grande douceur de roulement
Mécanique performante
Habitacle silencieux
Niveau de sécurité élevé

FEU ROUGE

Groupes d’options très chers
Sportivité molle
Systèmes d’aide à la conduite trop intrusifs
Effet de couple important en accélération
Direction peu communicative

Partager sur Facebook
Commentaires