Jeep Wrangler, essayez avant d'acheter

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Lorsque la compagnie Chrysler s’est portée acquéreuse du groupe AMC-Jeep-Renault dans les années 80, on a été stupéfait chez le constructeur américain de constater à quel point la réputation de la marque Jeep était forte. Depuis ce temps, on a procédé au développement de multiples modèles afin de profiter de cet avantage commercial. Heureusement, la direction de ce Chrysler n’a jamais abandonné le véhicule qui a bâti la réputation de Jeep : le Wrangler. Bien au contraire, il a continué de le développer.

Pour une raison bien simple : la direction sait que la réputation de la compagnie en tant que constructeur de véhicules utilitaires sport repose sur les capacités tout-terrain du Wrangler, même s’il ne se vend pas par centaines de milliers. Il est important d’insister sur le fait que la conception de base de ce modèle est élaborée en vue d’une utilisation hors route relativement fréquente. Ce qui a pour effet de limiter le niveau de confort général. Il est essentiel d’avoir ces données en mémoire lorsqu’on magasine un Wrangler. Il faut savoir que c’est plus qu’un petit véhicule cute qui vous donnera un air macho à son volant.

Un certain confort

Il n’y a pas si longtemps encore, l’habitacle de ce modèle était on ne peut plus spartiate. Les garnitures étaient réduites à leur plus simple expression, la tôle était omniprésente et les espaces de rangement presque inexistants. Ce n’était pas par mesure d’économie, mais en raison d’une utilisation hors route fréquente qui nécessitait souvent un lavage à grande eau une fois de retour. Il est d’ailleurs encore possible de nettoyer son Jeep de cette façon puisque les matériaux qui constituent son habitacle sont plus modernes et toujours résistants à un tel traitement.

Le tableau de bord est passablement beau avec sa console verticale en relief par rapport à la planche de bord. Une bonne note également à l’élégant volant à quatre branches qui encadre bien les cadrans indicateurs. Les sièges avant, quant à eux, sont moyennement confortables. On ne peut en dire autant pour la banquette arrière de la version deux portes car elle est non seulement inconfortable mais difficile à atteindre... Heureusement, la version Unlimited à quatre portes n’a pas cet inconvénient mais le confort n’en est pas amélioré pour autant. Sans doute pour respecter la tradition, la qualité des matériaux et de la finition est fortement perfectible pour utiliser des termes polis. On a l’impression que ce modèle est assemblé dans une usine où l’éclairage est déficient.

Sur une note plus positive, il faut souligner le côté vraiment pratique du toit souple modulaire « Freedom Top » qui peut être enlevé en tout ou en partie. Pour les traditionalistes ou les personnes ayant un budget plus limité, l’habituel toit souple est toujours disponible. Vous épargnez à l’achat, mais vous allez vous esquinter les doigts à tenter d’abaisser ou de relever cette capote infernale.

Un spécialiste

Nous sommes loin du petit Jeep de jadis propulsé par 4 cylindres anémiques, qui travaillait toujours très fort et qui consommait beaucoup. Depuis quelques années, seul un moteur V6 est au catalogue. Produisant 202 chevaux il est couplé à une boîte manuelle à six rapports. De prime abord, cette combinaison semble attrayante, car il est possible de marier la souplesse du moteur V6 à l’agrément de conduire d’une boîte manuelle. C’est la théorie, mais en pratique c’est vraiment irritant de piloter un Wrangler équipé de la boîte manuelle. En effet, la pédale d’embrayage prend la place de votre pied gauche, il faut se contorsionner pour conduire. En plus, le point de contact de l’embrayage est élevé et il faut donc lever la jambe plus que de raison pour embrayer. Même si elle ne possède que quatre rapports, la boîte automatique paraîtra beaucoup plus conviviale à plusieurs personnes. En poursuivant au sujet du pilotage, la position de conduite n’est pas toujours facile à trouver, tandis que la visibilité est relativement faible et il faut se fier presque exclusivement aux larges rétroviseurs extérieurs.

Si vous prévoyez faire de la grand-route avec votre Jeep, il est nettement préférable d’opter pour le modèle Unlimited dont l’empattement allongé assure un certain niveau de confort sur mauvaise route. Sur le modèle deux portes, la suspension ferme et l’empattement court s’associent pour vous brasser le Québécois. Je connais certaines personnes qui sont des inconditionnels de ce modèle et qui sont prêts à accepter tous les inconvénients propres à un véhicule surtout conçu pour la conduite hors route. À ce chapitre, le Wrangler est un véritable passe-partout capable d’affronter les sentiers les plus intimidants. Mais si vous n’êtes pas un accro de la conduite hors route et que ce modèle vous intéresse uniquement pour sa silhouette virile, je vous conseille de procéder à un essai routier de quelques kilomètres avant de signer un contrat d’achat. Cette courte randonnée vous laissera savoir ce que l’avenir vous réserve au volant de ce 4X4...

FEU VERT

Plate-forme très rigide
Ultra-efficace en hors route
Version Unlimited
Moteur bien adapté
Multiples accessoires spécialisés

FEU ROUGE

Finition toujours inégale
Suspension sèche
Ergonomie à revoir
Faible insonorisation
Fiabilité incertaine

Partager sur Facebook
Commentaires