BMW Série 4 2016: La famille s’agrandit

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Il fut un temps où les manufacturiers automobiles essayaient de garder leur système de nomination des modèles aussi simple que possible, de façon à ce que les clients puissent facilement s’y retrouver. Les BMW de Série 4 sont l’exemple parfait de l’inversion de ce principe : autrefois réservée aux modèles à deux portières, cette appellation inclut maintenant une quatre portes avec l’arrivée du Gran Coupé de Série 4. Cela dit, heureusement pour les acheteurs potentiels mystifiés, ce nouveau modèle renforce encore l’exclusivité de la Série 4. Il illustre aussi à quel point BMW tente de s’imposer dans toutes les niches de produits possibles.

Des sosies mécaniques, à quelques détails près

Amateurs de véhicules à deux portières, ne vous inquiétez pas : BMW continue à offrir le coupé traditionnel et le cabriolet de Série 4. Lancés il y a deux ans, ces modèles sont dérivés de la plateforme des berlines de Série 3. Deux moteurs suralimentés par turbocompresseur sont offerts : un quatre cylindres de 2,0 litres qui produit 241 chevaux et un couple de 258 lb-pi, et un six cylindres de 3,0 litres qui livre 300 chevaux et un couple de 300 lb-pi.

La transmission intégrale est disponible pour les deux modèles. Côté boîtes de vitesses, le cabriolet ne peut pas être livré avec la manuelle à six rapports; seule l’excellente boîte automatique à huit rapports est offerte. Il en va de même pour les coupés xDrive (à rouage intégral) avec moteur quatre cylindres. Quant aux Gran Coupé, seul le 428i d’entrée de gamme à moteur quatre cylindres turbo est livrable avec une boîte manuelle. Toutes les autres déclinaisons, avec l’intégrale et 435i à moteur six cylindres, sont dotées de la boîte automatique.

Il y a cependant une déclinaison de la Série 4 que vous ne pourrez pas obtenir en format Gran Coupé, du moins pour l’instant : la M4 hautes performances fraîchement renouvelée pour 2015. Sous le capot de la petite bombe à deux portières, on retrouve une version encore plus puissante du six cylindres en ligne suralimenté de 3,0 litres. Avec ses 425 chevaux et son couple de 406 lb-pi, il propulse la M4 de 0 à 100 km/h en 4 secondes et des poussières. La boîte manuelle est livrée de série, mais on peut également commander une boîte automatisée à sept rapports avec double embrayage et dispositif de départs-canon.

La tenue de route des différentes versions de la Série 4 varie d’un peu lourde à prodigieuse. La direction à assistance électrique offre un feedback étonnamment bon. Les modèles à propulsion engendrent une conduite précise, mais ceux à transmission intégrale – surtout avec le moteur 4 cylindres – affichent des réflexes engourdis par leur poids supplémentaire. Quant à la M4, elle est exceptionnellement vive, rapide et compétente en virage.

Deux portes c’est bien... quatre c’est très bien aussi

Même si les modèles de Série 4 reposent sur le même châssis que la Série 3, ils se distinguent à différents égards, notamment par leur voie plus large à l’avant et à l’arrière, soulignée par des ailes plus galbées, et par leur design d’ensemble plus bas, qui renforce les proportions athlétiques de la voiture. (Dommage cependant que les prises d’air dans les ailes semblent être en plastique.) Le Gran Coupé à quatre portières est encore plus distinctif par rapport à la berline de Série 3 avec sa pente de toit plus effilée, son hayon élargi et ses ailes galbées.

On pourrait croire que les places arrière du Gran Coupé de Série 4 sont étriquées, comme dans le coupé et le cabriolet de la même famille, mais ce n’est tout simplement pas le cas. Il est vrai que presque tous les « coupés quatre portes » sacrifient le dégagement pour la tête au profit du style. De son côté, BMW a décidé d’abaisser le siège arrière pour offrir autant d’espace que possible aux dandys en chapeau haut-de-forme. De plus, le hayon facilite le chargement par rapport au coffre de la berline, à l’ouverture plus étroite, et vous obtenez un énorme volume de chargement en abaissant les dossiers du siège arrière.

Les coupés et cabriolets de Série 4 constituent des choix très solides dans le segment des véhicules de luxe d’entrée de gamme pour les acheteurs qui n’ont pas besoin de véritables places arrière. Pour tous les autres, on peut dire (même si cela peut sembler scandaleux) que le Gran Coupé de Série 4 surpasse ses origines de Série 3 en termes de style et de fonctionnalité, ce qui en fait un véhicule plus intéressant malgré la surprime à payer par rapport à une berline équipée de la même façon.

Partager sur Facebook
Commentaires