Kia Rondo 2016: Toujours présent!

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Connaissant le potentiel des stylistes de Kia, on n’espérait rien de moins qu’un Rondo au design spectaculaire lors de la refonte de 2014. Le résultat n’a pas été à la hauteur de nos attentes, mais repositionne tout de même le véhicule dans les meilleurs de la catégorie. Aucun changement ne lui est apporté pour 2016, si ce n’est que le retrait de trois versions de la gamme.

Le nouveau style du Rondo lui va à ravir et cette métamorphose lui a permis de s’approprier les lignes sculpturales définissant tous les modèles Kia. Un museau discret, des phares avant surdimensionnés et de grandes jantes permettent de dynamiser ce bolide à vocation plutôt familiale. Autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, le véhicule présente un raffinement qui n’existait pas sur la précédente génération. La qualité de fabrication s’est nettement améliorée et le soin apporté au choix de matériaux prouve le sérieux du constructeur.

Avec classe

Dans l’habitacle, la finition ne suscite aucun reproche. L’agencement des différentes textures et la présentation épurée de la planche de bord rappellent le style d’Audi. Ce constat est plutôt flatteur pour Kia puisque la comparaison avec le constructeur allemand confère au modèle coréen un prestige inespéré (serait-ce voulu?). Les similitudes ne s’arrêtent pas là, car les sièges adoptent également des qualités germaniques : une assise ferme et un soutien latéral généreux.

Quelle que soit la nature ou l’envergure d’une refonte, elle apporte souvent les ajustements nécessaires pour que le produit redevienne concurrentiel. Dans le cas du Rondo, on l’a muni d’un démarrage par bouton-poussoir, d’un écran de navigation plus grand et de toutes les connectivités exigées par la prise en charge des nouvelles technologies. Kia est passé maître dans l’art de doter ses véhicules de base d’un maximum d’équipement et le Rondo n’y échappe pas.

Assis au volant, on remarque immédiatement la sobriété du design et l’agencement épuré des commandes. La présentation peut sembler fade pour certains puisqu’il manque de couleurs, mais à long terme, ce choix permettra au Rondo de bien vieillir dans le temps. La console centrale propose un minimum de boutons, tout ce qu’il y a de plus ergonomique cependant. La position de conduite haute et facilement ajustable s’agrémente d’un volant au boudin assez large pour insuffler un léger sentiment de sportivité au véhicule.

À l’arrière, les passagers bénéficient d’un dégagement très généreux, autant pour les jambes que pour la tête. La disposition des sièges permet une modularité suffisante dans la plupart des situations. En version à 7 passagers, l’ajout d’une troisième rangée offre 2 places de plus, surtout en dépannage puisque le confort n’est pas le qualificatif qui nous vient immédiatement en tête lorsque l’on s’y assoit. Évidemment, cette troisième banquette relevée empiète largement sur la capacité du coffre, même un sac de golf n’y tient plus. Pour davantage d’espace, la Sedona devra être considérée.

Mécanique anémique

Sous cette magnifique et aguichante carrosserie se cache un quatre-cylindres agréable, mais légèrement anémique. Chez Kia, on a évidemment voulu limiter la consommation de carburant en troquant le V6 pour un quatre-cylindres, d’une cylindrée de 2,0 litres. Dans la plupart des cas, les prestations s’avèrent nettement suffisantes, mais le moteur reste bruyant en accélération. Et ça se gâte lorsque le Rondo trimballe des passagers additionnels ou du chargement. Ajoutez à cela une route parsemée de montées vertigineuses et vous constaterez par vous-même que les 164 chevaux peinent à accomplir leur boulot.

En version de base, le Rondo dispose d’une boîte manuelle à 6 rapports qui n’a l’avantage que de permettre une flexibilité dans le changement de rapports, car la consommation de carburant ne diffère pas tellement de celle observée avec le Rondo à boîte automatique, à 6 rapports elle aussi. Un rouage intégral en option? Selon certains dirigeants du constructeur coréen, cette option n’est pas exclue définitivement, mais pour l’instant, on s’en tient à la traction qui répond parfaitement aux besoins de la clientèle.

Malgré l’absence de portes coulissantes à l’arrière, caractéristique que possède sa principale rivale la Mazda5, le mulitsegment de Kia peut compter sur un style dynamique, une mécanique fiable et une garantie très avantageuse. Attention cependant au prix qui grimpe très rapidement avec l’ajout d’options, ciblez donc bien vos besoins.

Partager sur Facebook
Commentaires