Audi TT 2016: Dans l’air du temps

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

L’arrivée du concept TT au Salon de Francfort en 1995 a eu l’effet d’une onde de choc. Avec cette voiture marquante, Audi annonçait qu’elle serait dorénavant aux avant-postes en matière de design. Avec le modèle de deuxième génération, le constructeur d’Ingolstadt bonifiait la dynamique — grâce à un nouveau châssis —, et certaines versions, comme la TT-RS, sont devenues de sérieuses voitures de performance.

Avec la TT de troisième génération, et sa variante plus typée TTS, Audi revoit sa copie en développant sa nouvelle sportive sur la plate-forme MQB, qui sert également de base à la Volkswagen Golf et la Audi A3. En même temps, Audi inaugure un concept pour le design intérieur en logeant un écran TFT couleur de 12,3 pouces en lieu et place du traditionnel bloc d’instruments.

Côté style, la nouvelle TT emprunte certains éléments de design à la R8, comme l’emblème des quatre anneaux que l’on retrouve sur le capot avant de la voiture, et le style est plus ciselé comme en témoigne les lignes qui jouxtent la calandre Singleframe. Les dimensions de ce modèle sont légèrement plus courtes et plus étroites que celles de l’ancien, mais l’empattement a progressé de 37 millimètres et les porte-à-faux avant et arrière sont plus courts, ce qui lui donne une allure plus athlétique. 

Sous le capot, la TT fait appel au moteur EA888 quatre cylindres de 2,0 litres turbocompressé qui anime aussi la Volkswagen GTI, mais sa puissance a été portée à 220 chevaux alors que le couple est chiffré à 273 livres-pied. Avec la boîte à double embrayage S Tronic à six rapports et le rouage intégral quattro, la TT est capable d’atteindre 100 kilomètres/heure en 5,3 secondes. La variante TTS reçoit un moteur gonflé à 290 chevaux et 280 livres-pied de couple et fait le 0-100 km/h en 4,6 secondes. 

Équilibrée et agile

La TT de troisième génération a moins tendance à sous-virer et le rouage intégral peut maintenant envoyer plus de couple aux roues arrière en conduite sportive. Lorsque le système Audi Drive Select fait partie de l’équation (livrable en option sur la TT et la TTS au Canada), le comportement routier peut être paramétré par le conducteur selon trois modes — Dynamic, Auto ou Comfort — qui affectent la réponse de l’accélérateur, la rapidité du passage des rapports de la boîte à double embrayage et de la direction, l’amortissement de la suspension pilotée Magnetic Ride de même que le degré d’intervention du système de contrôle électronique de la stabilité. Tout cela fait en sorte que la TT est une voiture très compétente en conduite sportive.

Comme il se doit, la TTS hausse la barre d’un cran. Avec son moteur de 290 chevaux, la TTS est rapide et elle le fait sentir admirablement bien par le biais d’un système acoustique qui amplifie le son du moteur dans l’habitacle ainsi que par les échappements à clapets qui s’ouvrent lorsque le moteur tourne à haut régime. Sur circuit, la TTS s’avère particulièrement joueuse, le rouage intégral livrant plus de couple aux roues arrière en conduite sportive. La TTS s’inscrit en virage avec une grande précision malgré le fait que la direction ne rend pas la même qualité de feedback que celle d’une sportive à deux roues motrices, le train avant étant toujours lié au rouage intégral. 


Un tableau de bord qui fera école

La dynamique de la TT impressionne, mais c’est son habitacle qui est la véritable pièce maîtresse. On est soufflé par la simplicité du design et par la beauté de la planche de bord, laquelle est fortement inspirée de la course automobile. Elle remplace le traditionnel bloc d’instruments par un écran TFT couleur de 12,3 pouces qui peut être configuré par le conducteur selon plusieurs modes. La planche de bord se déploie vers le passager comme une aile d’avion et les buses rondes de ventilation, qui intègrent toutes les commandes du système de chauffage/climatisation ainsi que les commandes des sièges chauffants, évoquent les réacteurs d’un avion nichés sous l’aile. 

Quant aux modèles Roadster, précisons que le toit rétractable est en tissu et disponible en noir, en gris ou en beige. Les moteurs électriques permettent de l’abaisser ou de le remettre en place tout en roulant, jusqu’à une vitesse de 50 km/h. Concernant le comportement routier, il est remarquablement similaire à celui des modèles coupés malgré un poids plus élevé de 90 kilos.

Plus dynamiques et plus expressives, les TT et TTS respectent en tous points le credo de la marque en jouxtant la conduite sportive et la traction intégrale alors que les Porsche Boxster et Cayman sont plus performantes mais demeurent de simples propulsions.

Partager sur Facebook
Commentaires