Aston Martin DB9 2016: En transition

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

La marque Aston Martin est en voie de transition avec une nouvelle Vanquish lancée en 2015, alors que la remplaçante de la DB9 se pointera fin 2016 ou début 2017. Portrait de deux exotiques dont le charme est au zénith.

Pour ce qui est du style, la Vanquish redessinée ne se démarque pas tellement de sa devancière, histoire de préserver une filiation avec la lignée. C’est plus sur le plan technique que l’on note un certain progrès avec, par exemple, l’adoption d’une nouvelle boîte à huit rapports — développée par l’équipementier ZF — en remplacement de la boîte à six rapports du modèle précédent, ainsi que l’adoption de nouvelles liaisons au sol par l’entremise de suspensions redessinées paramétrables sur trois modes, soit Normal, Sport et Track.

Lourde, mais équilibrée

La nouvelle Vanquish affiche encore et toujours un poids très élevé à la pesée, mais compose avec cet impair grâce à une répartition presque idéale des masses, soit de 51 % sur l’avant et 49 % sur l’arrière. Cela lui assure un très bon équilibre, gage d’un dynamisme inspiré. Le V12 de 6,0 litres et 568 chevaux s’exprime avec un enthousiasme débridé lorsqu’il atteint 5 000 tours/minute mais ronronne comme un gros chat au ralenti. En ce qui a trait à la performance pure, la Vanquish est déclassée par la Ferrari F12berlinetta, la fougueuse italienne pouvant s’avérer plus radicale et dynamique que la belle anglaise.

Prendre place à bord d’une Aston Martin, c’est découvrir un habitacle drapé de cuir avec des sièges enveloppants et une console centrale de style old school qui affiche une sobriété tout à fait britannique. Cependant, la Vanquish montre un peu son âge puisqu’elle est dépourvue des plus récentes technologies, comme un écran tactile, et elle doit encore composer avec un écran central qui se déploie pour afficher les indications du système de navigation. Elle accuse donc un certain retard sur le plan technique par rapport aux rivales de conception plus récente. 

La prochaine DB

Un prototype de la remplaçante de l’actuelle DB9, dont le lancement est programmé pour la fin de 2016 ou le début de 2017, a été photographié lors d’essais menés sur le circuit du Nürburgring, terrain de jeu par excellence pour la mise au point de voitures à vocation sportive. La prochaine Aston Martin portera probablement le nom de DB10 ou DB11, ces deux désignations ayant été dernièrement enregistrées par la marque anglaise, et sera élaborée sur une version modifiée de la plate-forme VH qui fera un usage plus étendu de matériaux plus légers, dont l’aluminium, histoire de réduire le poids de la voiture tout en augmentant la rigidité du châssis.

Une version modifiée du moteur V8 biturbo — développé par la division AMG de Mercedes-Benz — qui anime la récente AMG GT se retrouvera sous le capot de la nouvelle DB et il est également possible que le moteur atmosphérique V12 de 6,0 litres et 510 chevaux de l’actuelle DB9 soit doté de la turbocompression lors de la refonte, permettant au constructeur de déployer encore plus de puissance. Serait-il donc possible de voir arriver une DB10 à moteur V8 biturbo doublée d’une DB11 à moteur V12 biturbo? Quand on considère que Aston Martin est un petit constructeur produisant un peu plus de 4 000 voitures par année à l’heure actuelle, une telle segmentation du modèle DB permettrait certainement à la marque d’augmenter sa marge de profit.

Aston Martin est aujourd’hui la propriété de fonds d’investissement d’Europe et du Moyen-Orient et l’époque où la célèbre marque anglaise faisait partie du portefeuille des marques de Ford est depuis longtemps révolue. Aston Martin ne peut donc plus compter sur les ressources financières et techniques d’un géant de l’automobile pour concevoir les nouveaux modèles dont elle a grandement besoin.

Bénéficiant d’une injection de capitaux chiffrée à 200 millions de livres sterling de la part de ses propriétaires, Aston Martin est aujourd’hui sur la voie d’une relance qui lui permettra de concevoir de nouvelles plates-formes servant à la construction de nouveaux modèles, dont un éventuel VUS élaboré à partir du Concept DBX à motorisation électrique qui a été très bien reçu à son dévoilement au Salon de l’auto de Genève. Il est également possible que Aston Martin établisse une usine dans le sud des États-Unis ou qu’elle reprenne l’ancienne usine de Jaguar à Brown’s Lane en Angleterre pour produire ses futurs modèles. La suite des choses promet d’être passionnante.

Partager sur Facebook
Commentaires