Chevrolet Traverse, le quatrième mousquetaire

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Avec les années, General Motors a appris à créer des produits différents à partir de la même base. Autrefois, on foutait un sigle Cadillac sur une Chevrolet Cavalier et ça donnait une Cimarron ! Aujourd’hui, on va beaucoup plus loin dans les différences même si, évidemment, il est impossible de créer des véhicules totalement opposés. Ce qui serait financièrement suicidaire, de toute façon. Récemment, Chevrolet dévoilait son multisegment Traverse. Il s’agit du quatrième et dernier véhicule issu de la plate-forme Lambda qui a déjà donné naissance aux Buick Enclave, Saturn Outlook et GMC Acadia, présentant chacun un style différent.

Esthétiquement, le Chevrolet Traverse (Traveurse en anglais avec, et ça semble très important pour les gens du marketing de Chevrolet, l’accent sur la deuxième syllabe. Moi, en anglais, je mets les accents où je peux…), le Traverse, donc, affiche une grille avant séparée par une large bande de la couleur de la carrosserie, style Malibu. Cette grille s’intègre très bien à l’ensemble du véhicule. Un designer était très fier de nous faire remarquer que la base des phares était formée de deux demi-cercles, un peu comme sur la nouvelle Camaro. Il y a de ces détails qui passent inaperçus ! Autre détail, le hayon est souligné par deux arêtes qui se croisent au centre. Très joli. En fait, hormis les portières avant et la ligne du toit qui proviennent du GMC Acadia, tout le reste appartient au Traverse.

D'Artagnan arrive !

Le Traverse est un véhicule sept ou huit places, selon le modèle choisi. Tout comme le reste du catalogue Chevrolet, le Traverse se décline en versions LS, LT et LTZ. Cette dernière, plus luxueuse, ne compte que sept places. Sur les autres versions, la deuxième rangée est une banquette pleine largeur, donnant ainsi huit places dans l’habitacle. Puisque les sièges de la deuxième rangée s’avancent de plusieurs centimètres grâce au système Smart Slide, que l’on retrouve sur les trois autres mousquetaires, l’accès aux places de la troisième rangée est aisé. D’ailleurs, l’espace dévolu à cette dernière est surprenant. Et même avec la troisième rangée relevée, il reste suffisamment d’espace pour les bagages, un fait rare pour ce type de véhicule. De plus, on a prévu un bac de rangement bien camouflé sous le plancher.

Inutile de se le cacher, l’habitacle du Traverse est le même que ceux des Enclave, Acadia et Outlook. Le tableau de bord est toutefois différent et s’apparente bien aux autres produits Chevrolet. Il n’est pas aussi beau que celui du Enclave, mais il se démodera sans doute moins vite ! Les quelques Traverse que nous avons pu brièvement conduire étaient des modèles de pré-production. Inutile, donc, de déblatérer contre les plastiques qui semblaient très ordinaires…

Tous les membres du quatuor de GM reçoivent un V6 de 3,6 litres. Celui du Traverse, comme celui du Outlook, développe deux puissances différentes. Dans le Chevrolet, il livre 281 chevaux et 253 livres-pied de couple dans sa configuration échappement simple, tandis que l’échappement double pousse ces données à 288 et 270 respectivement. Même si nous n’avons pas pu effectuer de tests de performance élaborés, quelques essais au centre d’essais de GM à Milford au Michigan nous ont prouvé que la puissance est au rendez-vous et que le couple élevé permet des dépassements sécuritaires. De plus, un essai avec un bateau (1 905 kg ou 4 200 livres, incluant la remorque) a démontré que le couple était largement suffisant dans la plupart des situations. Précisons que le Traverse peut remorquer jusqu’à 2 381 kg (5 250 livres). Il est aussi possible de remorquer le Traverse derrière un VR, par exemple. Cette année, les moteurs des quatre modèles reçoivent l’injection directe à haute pression qui, en plus d’augmenter la puissance, fait preuve d’un plus grand sens de l’environnement en diminuant un peu la consommation.

La transmission retenue est une automatique à six rapports d’une grande douceur. Tout comme les autres produits construits sur la même plate-forme, le Traverse est offert en version traction (roues avant motrices) et intégrale. Lors de nos essais, nous n’avons pu conduire que ce dernier rouage, qui n’ajoute que 93 kg au poids du véhicule et qui assure une motricité accrue, que ce soit en hiver ou pour se rendre au chalet à l’autre bout du monde. Selon le modèle, le Traverse roule sur des pneus de 17, 18 ou 20 pouces.

L’expérience des autres

Tout ça pour dire que le Traverse profite de l’expérience acquise sur les trois autres modèles. Par exemple, on a revu les réglages des suspensions pour donner au Chevrolet un comportement plus dynamique. Sans devenir pour autant une voiture sport, le Traverse prend les courbes avec aplomb, sans roulis exagéré. Il est donc beaucoup plus agréable à conduire que le Buick Enclave, le plus « mou » du quatuor. La direction est assez vive et retourne relativement bien les informations et un changement brusque de voie n’entraîne pas de sueurs froides. L’autre point où Chevrolet a bien travaillé concerne l’intégration de tous les systèmes électroniques de sécurité.

Leur intervention n’est pas trop rapide ni trop marquée, mais on peut toujours s’y fier. Le Chevrolet Traverse débarquera chez les concessionnaires cet automne et les prix seront connus à ce moment. Malgré les hausses indécentes des prix de l’essence, le marché des multisegments, ces VUS modernes, demeure ferme. En concoctant quatre modèles différents à partir d’une même base, GM joue gagnant, autant du point de vue de l’offre que des coûts de production.  

FEU VERT

Esthétique réussie
Troisième rangée spacieuse
Moteur puissant
Bonnes capacités de remorquage
Comportement routier honorable

FEU ROUGE

Pneus 20 po chers (LTZ)
Poids élevé
Visibilité ¾ arrière pauvre
Pas de cache-bagage
Grand rayon de braquage

Partager sur Facebook
Commentaires