Toyota Avalon 2016 : simple et conçue pour le silence

Ah, la Toyota Avalon!

Que dire sur cette voiture, si ce n’est qu’elle offre beaucoup de confort, mais qu’elle a très peu de personnalité?

Cela dit, le confort, beaucoup de gens misent dessus lorsque vient le temps d’acheter une automobile. Qui dit confort dit aussi silence. En effet, à quoi bon isoler le conducteur des imperfections de la route s’il entend constamment le vent et les bruits ambiants?

Quoi qu’il en soit, nous avons amené l’Avalon chez le garagiste, et voici ce qu’il en est ressorti.

Sous le capot

L’Avalon n’a rien de bien extraordinaire sous le capot. Le seul moteur disponible pour elle au Canada est le bon vieux V6 de 3,5 litres qui développe 268 chevaux et un couple de 248 livres-pied. Ce V6, d’une fiabilité exemplaire, cache pourtant quelques petits défauts.

Premièrement, les trois cylindres qui pointent vers l’habitacle de la voiture sont difficiles d’accès, ce qui risque de compliquer une opération simple comme « changer » les bougies. Les couvercles de soupapes du moteur sont d’une forme complexe, afin de laisser passer des conduites d’huile qui règlent le système de calage variable, appelé VVT-i chez Toyota.

Autre particularité, on remarque plusieurs petits tuyaux qui s’échappent de la boîte d’entrée d’air. Ces tuyaux servent à calculer des différences de pression entre l’air qui entre et les besoins de la voiture, ajustant le débit d’air en conséquence. Si la plupart des bagnoles contemporaines font cela depuis des années, ces systèmes sont habituellement mieux dissimulés, voire remplacés par des capteurs plus modernes.

L’Avalon n’utilise pas de filtre à huile changeable, mais plutôt des cartouches de filtration.

Silence, svp

L’Avalon a la réputation d’être silencieuse, et l’on comprend pourquoi. Quand on lève la voiture, la taille du pot de détente nous saute au visage! Il est énorme! Bien entendu, ce composant a pour but de diminuer au maximum le bruit du moteur. On retrouve même un petit poids en caoutchouc greffé à la ligne d’échappement afin d’atténuer les vibrations de la ligne lors des accélérations, et par conséquent d’étouffer le bruit.

Petite déception, l’enduit qui protège la peinture sous la voiture contre le gravier et la rouille manque d’uniformité, particulièrement où il y a des écrous.

Les freins sont standard, tout comme la suspension, si ce n’est qu’elle semble avoir été pensée pour éliminer le plus de vibrations possible.

Pour le reste, la qualité d’assemblage de l’Avalon est phénoménale, comme la plupart des produits Toyota. Bref, son acheteur peut dormir tranquille, il n’y a pas de mauvaises surprises qui l’attendent.

Merci à Andy de Andy Elmaleh Mécanique pour l'inspection mécanique. Votre référence en mécanique générale et de performance dans la région de Vaudreuil-Soulanges !

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2007Toyota Avalon, une pierre angulaire
Il ne faut pas le cacher, jusqu’à l’arrivée de cette génération, la Toyota Avalon n’était rien d’autre qu’une Camry modifiée afin de permettre à ce constructeur d’aller grappiller quelques ventes aux grosses berlines nord-américaines. D’ailleurs, l’une de ses caractéristiques était la possibilité de la commander avec une banquette avant pouvant …
Premiers contactsToyota Avalon 2016 : Un long fleuve tranquille...
Autrefois, si vous vouliez une voiture éminemment confortable mais qui n'affichait pas un badge trop voyant, vous aviez l'embarras du choix : des grosses Oldsmobile aux Lincoln en passant par Chrysler, il était facile de prendre le volant d'un douillet paquebot. Maintenant cependant, il y a de moins en moins …
2014Toyota Avalon 2014: Aurait-elle dû changer de nom?
Si l’on vous dit « Avalon », il y a fort à parier que vous ne songerez pas immédiatement au modèle porte-étendard de Toyota. Elle est loin d’être le modèle le plus connu du constructeur japonais, et ce, malgré qu’elle tienne le haut du pavé en termes de luxe et …
Commentaires