Kia Borrego 2009, pourtant intéressant !

Points forts
  • Bonnes capacités de remorquage
  • Bon choix de moteur
  • Finition de l'habitacle
  • Tenue de route agréable
Points faibles
  • Catégorie moins en demande
  • Direction lourde
  • Suspension ferme
  • Consommation élevée
Évaluation complète

Il y a un an environ, j'ai eu la chance de faire quelques kilomètres au volant du Kia Borrego lors d'un événement en Corée. Puisque le Borrego n'était pas encore en vente à cette époque, j'avais conduit son équivalent vendu sur le marché coréen local, le Mohave. Je me demandais bien pourquoi Kia nous arrivait avec un VUS classique à sept passagers et par surcroît, doté d'un moteur V8 optionnel. On nous mentionnait que le Borrego devrait rivaliser avec les autres VUS du genre, mais si l'effort me semblait louable, le moment était très mal choisi puisque les ventes de ce type de véhicule plongeaient un peu partout en Amérique du Nord. Bref, j'étais très septique face à l'avenir de ce nouveau véhicule.

J'ai donc renoué avec ce véhicule la semaine dernière dans l'un cadre d'un essai routier régulier. Il faut savoir que le Borrego est un VUS utilisant non pas une plate-forme de voiture comme plusieurs petits utilitaires multigements modernes, mais plutôt un châssis à échelle, tels les VUS classiques que sont entre autres les Jeep Grand Cherokee, Nissan Pathfinder ou Dodge Durango. Bref, on va ici contre la tendance actuelle.

Un style intéressant

À l'extérieur, le Borrego offre des lignes agréables. Son style a fortement été inspiré du véhicule concept Messa, présenté au Salon de l'auto de Détroit en 2005. Conçu spécifiquement pour l'Amérique du Nord, le Borrego a été entièrement dessiné par les studios de Kia en Californie. Il se présente comme un VUS typique dont les lignes servent à mettre en valeur sa prestance et son caractère. On apprécie son galbe fluide et son style macho. Plusieurs passants intrigués l'ont d'ailleurs trouvé fort réussi, alors que son style cache bien ses dimensions. On retrouve plusieurs éléments rehaussant son caractère, notamment des marchepieds facilitant l'accès à bord, mais aussi, très salissants en hiver !

Pour en revenir à notre essai routier, Kia a eu la bonne idée de mettre à la disposition des journalistes un modèle équipé du moteur V6. Voilà qui dans le contexte est beaucoup plus approprié. On peu certes vanter l'arrivée d'un premier V8 pour le constructeur, mais cette annonce aurait eu beaucoup plus d'impact il y a cinq ans. D'une cylindrée de 4,6 litres, ce V8 développe une puissance de 337 chevaux pour un couple de 323 lb-pi. Jumelé à une transmission automatique à six rapports et à un système 4X4 efficace, voilà un modèle certes capable, mais beaucoup plus dispendieux à l'achat et à l'utilisation.

Tout aussi intéressant à mon avis, le moteur V6 de 3,8 litres de 276 chevaux offre une meilleure consommation. J'ai obtenu une moyenne de 12,5 L/100 km, principalement sur grande route, ce qui n'est pas si mal compte tenu du poids du véhicule et de sa taille. Bien entendu, il faudra demeurer poli avec l'accélérateur pour ne pas voir ce chiffre augmenter drastiquement. Certes ce moteur n'est pas surpuissant, mais il convient à la majeure partie des besoins. Pour ceux qui ont besoin de remorquer une charge plus importante, je vous conseille alors le moteur V8 qui répondra un peu mieux à vos besoins.

Au chapitre des capacités de remorquage, le Borrego à moteur V6 est capable de tracter une charge de 4 000 livres tandis que le moteur V8 permet d'en remorquer 7 500. Voilà ici un élément qui pourra rendre le Borrego très intéressant.

Sur la route, le véhicule se comporte tel les VUS classiques plus imposants. On le sent un peu lourdaud et même si son rouage quatre roues motrices l'avantage dans la neige, son poids et son centre de gravité plus élevés pourront jouer de mauvais tours. Sa suspension demeure toutefois assez ferme, ce qui nous donne un bon sentiment de contrôle, mais sa direction est un peu trop lourde. On a l'impression de se battre un peu avec le véhicule, surtout à vitesse réduite. Bref, au chapitre du comportement, le Borrego n'a rien de bien différent de ses principaux concurrents, sans être pire.

Un souci de la qualité et sept passagers

Lorsque l'on monte à bord du Borrego, on découvre un habitacle spacieux qui profite d'un bon souci du détail. Le tableau bord est bien présenté, ergonomique et les matériaux utilisés ne font pas bon marché. De par sa taille et son style, le Borrego apporte un espace intérieur très généreux. Aucun problème pour les personnes de grande taille, on retrouve amplement de dégagement pour tous les passagers. Pour ceux qui ont de grands besoins, le Borrego peut aussi accueillir sept passagers grâce à sa troisième banquette. Dans cette configuration, l'espace pour les bagages devient un peu plus réduit, mais somme toute similaire à celle d'une minifourgonnette. Une fois cette troisième banquette, divisée à 50/50, rabattue, vous obtenez amplement d''espace pour transporter de plus grands objets.

Bref, malgré qu'il nous arrive à un mauvais moment, le Borrego n'est toutefois pas inintéressant. Dans la livrée à moteur V6, il se veut un véhicule plus abordable que ses concurrents, sans toutefois souffrir d'infériorité. Pour ceux qui ont toujours besoin d'un tel type de véhicule, mon essai routier m'a réconcilié avec ce modèle dont je ne donnais pas cher sa peau il y a six mois. Du beau travail de Kia, mais peut-être un peu trop tard. Faudrait que le constructeur se décide à nous apporter la Cee'd, une magnifique petite voiture vendue en Europe !

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2008Toyota Yaris, le piédestal
Toyota ne s’est jamais caché de vouloir devenir le constructeur automobile numéro un de la planète. Et il est en bonne voie d’y parvenir. Cependant, pour accéder à ce rang suprême, il lui faut le marché américain. Et la partie n’est pas gagnée. Les campagnes de rappel se succèdent, nuisant …
EssaisKia Borrego 2009, ordinaire et vraiment pas nécessaire...
Ai-je vraiment besoin de vous dire à quelle vitesse la valeur marchande des Trailblazer, Explorer, Commander et Pathfinder dégringole? Eh bien, sachez que pour le Borrego, c'est pareil. Et la raison est simple : l'offre pour ce genre de VUS est de beaucoup supérieure à la demande. Donc, à quoi …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires