Subaru Legacy 2015: Les virtuoses discrètes

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

La Legacy, pure création japonaise, est pourtant construite à Lafayette en Indiana, au cœur du Midwest américain, depuis son lancement en 1989. C’est donc en soulignant son 25e anniversaire que Subaru nous présente la sixième génération de cette berline intermédiaire qui a toujours été parmi les plus complètes, fiables et sûres de cette catégorie. Au cœur du marché nord-américain. Surtout pour ces drôles de nordiques que nous sommes.

Subaru a d’abord voulu que la nouvelle Legacy se remarque alors que les précédentes se sont toujours fondues dans le paysage. Défi de taille dans un segment où évoluent des pointures comme les Fusion, Sonata, Optima ou Mazda6. La Legacy est élégante mais pas vraiment époustouflante. Meilleure chance la prochaine fois.

Comme pour ses sœurs les Impreza, WRX et STI, ses montants de toit avant très minces jouxtent des vitres trapézoïdales  et ses rétroviseurs sont montés sur les portières pour offrir une visibilité exceptionnelle vers l’avant, les côtés et l’intérieur des virages. La base du pare-brise est également plus avancée de 50 mm. Bon pour l’aérodynamique, le style et le silence de roulement à parts égales. Cette Legacy est un peu plus longue, large et basse, sur des voies élargies. Habitacle et coffre en profitent.

Sur des bases solides
La coque autoporteuse est plus rigide de 43 % en torsion et 35 % en flexion, ce qui a permis de raffermir les suspensions et d’améliorer la qualité de roulement et la tenue de route. La Legacy possède également le système de transfert de couple qui réduit le sous-virage, comme sur les WRX et STI, et de nouveaux amortisseurs à tarages variables pour les versions Limited. Et si elle n’a pris qu’une vingtaine de kilos, c’est parce qu’on la construit avec plus d’acier à haute résistance.

Le vénérable quatre cylindres de 2,5 litres a eu droit à une série de retouches. Il est plus léger, plus frugal et un peu plus puissant. À quand l’injection directe pour faire encore mieux, comme le 2,0 litres? On peut obtenir ce moteur avec une boîte manuelle à 6 rapports chez nous. Sinon c’est la transmission à variation continue à laquelle on a ajouté des rapports virtuels pour simuler le fonctionnement d’une boîte traditionnelle, avec des montées et des chutes de régime. Cette TVC est la seule offerte avec le six cylindres de 3,6 litres qu’elle rend plus intéressant en améliorant ses performances et sa frugalité.

La cabine et le tableau de bord ont été redessinés et leur finition est plus riche et soignée. Les commandes sont bien conçues, logiques, précises et agréables à manier. L’affichage entre les cadrans – sur l’écran standard de 6,2 pouces et sur l’écran tactile optionnel de 7 pouces – est clair, lisible et moderne. Il y a tous les branchements possibles pour vos lecteurs numériques et la téléphonie mains libres avec un logement pour votre appareil sur la console. On trouve aussi plein de rangements accessibles et pratiques.

Tous les sièges sont plus confortables, sans être le moindrement mous, et tous sont chauffants, quel que soit le modèle. La position de conduite est juste, et tout ce qu’on touche est souple et soyeux. Un progrès assez remarquable pour cette Legacy qui regorge d’accessoires et de dispositifs de toute nature. Un nouveau coussin gonflable pour les cuisses, par exemple, mais surtout la troisième génération du système EyeSight, équipée de nouvelles caméras plus compactes et plus puissantes. Aussi un nouveau dispositif de détection arrière par radar particulièrement efficace. Les multiples fonctions de ces systèmes optionnels sont surtout mieux intégrées et ils sont moins chers.

En pleine maîtrise
La Legacy est solide, stable, sûre et confortable, même sur une route craquelée ou bosselée. En virage, la version 2.5i se révèle plus vive, plus agile et son freinage un peu plus mordant, même si ses disques avant ont un diamètre de 294 mm alors que et ceux de la 3.6R mesurent 300 mm. Les disques arrière ventilés de 300 mm sont identiques, un gain pour la 2,5i. Si elle paraît plus maniable, c’est que son train avant est plus léger d’environ 80 kg avec un moteur Boxer qui compte deux cylindres en moins. Et la 2.5i à boîte manuelle est plus légère d’un autre 55 kg. Le groupe Technologie comprend l’excellent système EyeSight avec un régulateur de vitesse adaptatif tout aussi efficace et quelques autres merveilles.

Les nouvelles Legacy ont effectivement été conçues et développées avec un soin remarquable. Comme toujours chez Subaru, leurs qualités sont souvent aussi discrètes que leur apparence et se révèlent au fil des jours et des semaines. Cette fois-ci, elles impressionnent doucement, dès le coup d’envoi. Chez nous, c’est en plein hiver, en pleine tempête ou sur une route glacée qu’elles seront dans leur élément. Là où une voiture ne devrait avoir aucune excuse.

Partager sur Facebook
Commentaires