Hyundai Accent 2015: Sans complexe

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Les propriétaires de l'Accent de la génération précédente s’excusaient presque de rouler au volant d’une telle voiture. Sa silhouette était pratiquement élémentaire, son moteur était rugueux et la présentation de l’habitacle était un autre indice de son caractère économique. Mais les choses ont changé et la cuvée actuelle est même en mesure de séduire une clientèle BCBG tant la voiture est réussie sur le plan esthétique et pas trop mauvaise en fait de mécanique.

Toutefois, il ne faut pas en conclure que l'Accent peut soutenir la comparaison avec les meilleures compactes, mais elle se défend fort honorablement parmi les sous-compactes, sa catégorie. D’ailleurs, d’impressionnants chiffres de vente en témoignent.

L’élégance prime

Depuis quelque temps, les voitures produites par Hyundai sont reconnues pour leur élégance. Il suffit de songer à la Sonata et même à l’Elantra pour s’en convaincre, et l’Accent ne se défend pas trop mal non plus. La berline est de forme plus classique, mais elle propose des lignes harmonieuses et sa section arrière est mieux réussie que sur d’autres modèles concurrents. Cependant, c’est le hatchback cinq portes qui s’attire la majorité des compliments. Sa fenestration diminuant en hauteur vers l’arrière, la petite glace de custode derrière le pilier C, le porte-à-faux arrière très réduit, voilà autant d’éléments qui confèrent à l’Accent cinq portes une allure athlétique.

La planche de bord est identique pour les deux versions et c’est réussi tant sur le plan pratique qu’esthétique. Les cadrans indicateurs de grande taille sont abrités dans une nacelle qui accueille également un petit écran numérique indiquant le niveau d’essence et la température du moteur. Au centre du tableau de bord, un module en forme de U est doté d’un écran d’affichage entouré des touches de commandes du système audio. Dans la partie inférieure, trois gros boutons gèrent la climatisation. Soulignons au passage la présence de nombreuses commandes en périphérie du moyeu du volant.

Sur le plan de la mécanique, c’est relativement simple puisqu’un seul moteur est offert. Il s’agit d’un quatre cylindres de 1,6 litre à injection directe d’une puissance de 138 chevaux et de 123 lb-pi de couple. La boîte manuelle à six vitesses est offerte de série tandis que l’automatique à six rapports est optionnelle. Comme dans la majorité des sous-compactes, la suspension avant est à jambes de force tandis qu’on dénote la présence d’un essieu arrière à poutre déformante. Contrairement à plusieurs concurrentes, l’Accent compte de série sur quatre freins à disque pour ralentir ses « ardeurs ».

Sur la route, le comportement routier est sans surprise bien qu’on décèle un sous-virage prononcé lors de la négociation de virages serrés pris à haute vitesse. Toutefois, on se doute bien que les propriétaires d’Accent ne se livreront pas souvent à ce genre d’exercice. La voiture est stable sur la route et son assise est bien campée. Et contrairement à l’Elantra, l’embrayage de la transmission manuelle s’est montré coopératif.

Un bilan positif
Au cours des derniers mois, nous avons été en mesure de mettre à l’essai une version hatchback de l’Accent sur plusieurs milliers de kilomètres. Il s’agissait d’un modèle GLS avec boîte automatique et comme c’était un modèle haut de gamme passablement équipé, aucun des essayeurs ne s’est plaint de conduire un « p'tit char » ou un « bazou bon marché ». L’aménagement intérieur, le niveau d’équipement de même que la silhouette extérieure ont fait l'objet de commentaires positifs. Toutefois, les personnes qui ont pris place à l’arrière se sont senties à l’étroit, ce qui est normal pour la catégorie. La possibilité d’abaisser le dossier augmente la capacité du coffre tandis que l’ouverture du hayon a permis de transporter des objets encombrants.

Cet essai s’est déroulé en partie lors d’un hiver passablement rigoureux et l’Accent a affronté froidure et chutes de neige sans problème. La voiture était dotée de pneus d’hiver Continental ContiWinterContact qui ont très bien performé. Peu importe la saison, les essayeurs ont apprécié l'agilité de la voiture en ville, les performances correctes du moteur et les passages rapides de la boîte manumatique à six rapports. Par contre, tous ont jugé que l’insonorisation n’était pas le point fort de l’Accent.

Au cours de cet essai, notre Hyundai n’a connu aucun pépin mécanique si ce n’est d’un pare-chocs arrière légèrement endommagé par quelqu’un qui a oublié de laisser ses coordonnées… ce qu'on appelle dans le jargon automobile, un « hit and run ». Quant à la consommation moyenne enregistrée tout au long de cet essai, elle a été de 7,0 l/100 km, ce qui n’est pas mauvais.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires