Mercedes-Benz Classe SLK 2015: La plus abordable des SL

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Chez Mercedes, on est passé maître dans l’art d’ajouter des lettres pour différencier les modèles. On l’a fait avec les CL, CLK et CLA de même que pour les GL, GLK et GLA. La lignée SL ne fait pas exception puisqu’aux côtés de la SL, on trouve les SLK et SLS. De facture beaucoup plus abordable, la SLK reprend tout de même plusieurs éléments de ses deux superbes acolytes.

La légendaire SL n’est pratiquement pas accessible et la SLS l’est encore moins. Heureusement, la SLK se détaille à un prix qui lui permet de se répandre un peu plus sur nos routes. D’ailleurs, si ce style de voiture vous plait et que votre budget vous y autorise, sachez que les trois versions de la SLK sont vendues sous 85 000 $.

Belle palette de choix

Outre la version SLK55 AMG dont nous parlerons plus loin dans ce texte, le roadster de Mercedes s’offre sous deux autres dénominations, la SLK250 et la SLK350. L’entrée de gamme de la lignée, la 250, montre des choix mécaniques peu conventionnels chez Mercedes soit une motorisation à quatre cylindres, une transmission manuelle et l’absence du rouage 4Matic. Malgré ces « accrocs », cette SLK250 est le produit parfait pour quiconque désire une Mercedes décapotable sans avoir à débourser une fortune. La carrosserie arbore tous les éléments visuels propres à Mercedes alors que sous le capot, c’est une mécanique de base peu gourmande qui s’occupe de déplacer la voiture. Les performances ne sont donc pas affolantes, néanmoins, elles réussissent tout de même à faire sourire la plupart des conducteurs. La boîte manuelle, de série, permet de changer soi-même les rapports mais manque de précision. L’optionnelle automatique à sept rapports s’avère nettement plus agréable.

L’autre modèle, la 350, monte dans la hiérarchie en troquant le quatre cylindres pour un V6, davantage dans la tradition des pures Mercedes. On élimine également la transmission manuelle pour ne garder que l’automatique à sept rapports avec mode manuel, ce qui est étonnant lorsque l’on constate que cette version est la plus équilibrée quand vient le temps de s’amuser un peu. Heureusement, la boîte à 7 rapports est efficace malgré un léger manque de rapidité lors des changements de rapport. La présence d’un embrayage double permettrait sûrement de meilleurs résultats mais compte tenu du public visé par ce type de modèle, les performances extrêmes ne sont probablement pas une priorité. Si le style est plus important pour vous que les performances, Mercedes propose l'ensemble CarbonLOOK, exclusif à la 350, qui ajoute de nombreux éléments esthétiques à la voiture.

OMG, cette AMG!

Sur les réseaux sociaux, lancer un OMG (Oh My God!) revient à exprimer notre extase devant quelque chose. Dans le cas de la SLK, la version AMG mérite amplement ces 3 lettres. Trônant au sommet de la hiérarchie des versions, elle se détaille à un prix tout juste sous les 85 000 $, mais livre des performances souvent réservées à des modèles plus onéreux. Le puissant V8 de 415 chevaux permet de très bons temps d’accélération et les reprises décoiffent.Toutefois, ce ne sont pas les performances les plus dynamiques et athlétiques de la catégorie car à ce chapitre, la Porsche Boxster S s’avère nettement plus agile et incisive, surtout sur une piste. L’augmentation de poids apportée par le gros huit cylindres affecte l’équilibre de la voiture en virage en plus de rendre son comportement un peu moins agile. Le gain de puissance est cependant très apprécié puisqu’il donne à la SLK un potentiel énorme, comme celui d’une bête prête à bondir. Une telle motorisation entraine évidemment quelques modifications aux éléments périphériques, dont une révision des suspensions, une transmission optimisée et la présence de pneus plus imposants.

Qu'importe la version, la présentation intérieure ne diffère guère. La position de conduite basse accentue la hauteur et la longueur du capot, ce qui limite la vision vers l’avant. Autrement, la visibilité est excellente dans toutes les directions sauf vers l’arrière lorsque le toit protège l’habitacle. La direction électrique propose un excellent retour d’information et l’insonorisation mérite une bonne note, gracieuseté d’un toit rétractable rigide. Toutes les commandes sont à portée de main et l’utilisation du système COMMAND s’est grandement améliorée avec la dernière version. Le système audio profite d’une puissance suffisante si le toit est baissé mais le manque de sons graves ne rend pas toute la richesse des pièces musicales à fort volume.

Les dernières refontes de la SLK en ont fait un modèle très attirant. L’échelle de prix se situe à un niveau acceptable et le choix de versions comble adéquatement les besoins d’une clientèle très ciblée. Trois motorisations, trois transmissions et des ensembles d’options très intéressants viennent compléter l’offre.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

DetroitOn nous présente la Mercedes-Benz SLC 2017
Même si elle fera sa première apparition au NAIAS de Detroit au début de 2016, Mercedes-Benz a tenu à nous présenter dès aujourd'hui la prochaine mouture de son roadster SLK, qui changera d'ailleurs de nom : voici maintenant la SLC 2017. Tout d'abord, la silhouette de la voiture demeure sensiblement …
Commentaires