Nissan Murano 2015: Méconnaissable!

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Dès son lancement en 2003, le Murano connaît le succès. Ses lignes, très audacieuses, lui permettent d’attirer tous les regards et la presse spécialisée vante sans réserve ce nouveau venu. Le Murano vit plus de 11 ans sous cette forme, mais une clientèle de plus en plus exigeante et une concurrence féroce pousse Nissan à redonner au Murano le style qui lui a valu à l’époque la consécration. C’est alors que Nissan le redessine complètement pour 2015 en empruntant une voie totalement différente.

Les inconditionnels du Murano ne reconnaîtront pratiquement aucun élément des précédentes générations du véhicule, si ce n’est la forme trapue et basse qui le caractérisaient lors des deux premières générations. On note cependant de nombreux emprunts à d’autres modèles Nissan dont les phares en forme de boomerang empruntés aux Z, Altima et Maxima, les feux arrière venant du Juke, la calandre en forme de V copiée du Pathfinder et une carrosserie calquée sur le nouveau Rogue. Cette dernière génération du Murano s’inspire grandement du concept Resonance présenté comme le multisegment de l’avenir. Dommage toutefois que le véhicule concept n’ait pas été retenu dans son intégralité puisqu’il aurait fait du Murano un nouvel objet de désir, comme à son lancement en 2003.

L’effet spectaculaire

Un des objectifs que l’équipe de conception du nouveau Nissan Murano de troisième génération s’était donné en redéfinissant le véhicule était que seul un retour à l’effet spectaculaire d’origine aurait été jugé acceptable au final. C’est pourquoi le Murano propose maintenant une ligne de toit flottante, un coefficient de traînée de 0,31 et un toit panoramique aux dimensions imposantes. On a également fait table rase à l’intérieur en reprenant la plupart des éléments du concept Resonance dévoilé au Salon de l’auto de New York en 2013. Le large tableau de bord adopte une position basse et dispose d’un grand écran d’information central. On constate également que le nombre de commandes de sonorisation et de navigation a été réduit de plus de la moitié et que les concepteurs ont opté pour une console centrale basse et large afin d’encourager les interactions entre les passagers avant et arrière. Et bravo pour l’emplacement du bouton de démarrage, bien en vue et facilement accessible sur la console centrale. Malheureusement, la visibilité trois quart vers l’arrière ne semble pas s’être améliorée avec la présence marquée d’un renflement au-dessus des ailes.

À l’arrière, l’habitacle a été spécialement conçu pour accueillir des adultes, avec plus d’espace pour les jambes comparativement à la précédente génération du Murano. Les passagers profitent également d’un toit panoramique dont la longueur a été augmentée de 40 % et la largeur d’ouverture de 29 % par rapport au design de la génération antérieure. L’espace de chargement du Murano est plus généreux et plus pratique, grâce notamment aux sièges arrière rabattables à plat.

Mécanique similaire
Si l’extérieur est méconnaissable, il en est tout autrement sous le capot puisqu’on y trouve le même moteur V6 de 3,5 litres qu’auparavant. Ce moteur étant couplé à une boîte de vitesses Xtronic, il ne fait aucun doute que la conduite sera plutôt axée sur le confort et non les performances. Le Murano est offert en traction ou en version à rouage intégral et plusieurs caractéristiques de protection et de sécurité sont offertes en option, notamment la fonction de détection des objets en mouvement, le système d'avertissement pour l'angle mort, le système d'avertissement de risque de collision frontale et le système de freinage d'urgence. Et pour se surpasser dans la catégorie, Nissan propose, grâce à l'utilisation d'un radar, un nouveau système d'alerte de trafic qui permet de détecter la présence d'un véhicule se déplaçant derrière le Murano, d'un côté ou de l'autre.

Le Nissan Murano se décline en versions S, SV, SL et Platine et tous disposent du rouage intégral, même l’entrée de gamme S. Malgré cette refonte spectaculaire, le comportement routier du Murano devrait conserver sensiblement les mêmes caractéristiques que la génération précédente. La tenue de route profitera de nombreux ajustements ici et là, mais on ne s’attend pas à une révolution de ce côté, du moins pas aussi surprenante que son nouveau design.

Cette nouvelle génération du Murano s’avère réussie. L’objectif de créer un effet spectaculaire similaire à celui de 2003 est atteint, mais dans cette catégorie, la concurrence est très forte et les nouveaux modèles sont lancés à des intervalles très rapprochés. Il ne fait aucun doute que le Murano aura du succès puisque son allure est « in », sa mécanique fiable et son habitacle doté d’un style épuré.

Partager sur Facebook
Commentaires