Chrysler 300 2015: Toujours dans le coup

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

La Chrysler 300 – dont la carrosserie a été initialement dessinée par le Montréalais Ralph Gilles – a survécu aux difficultés financières de son constructeur, à l’arrivée de Fiat dans le décor et même aux soubresauts de la crise économique mondiale qui n’a pas été tendre envers les grosses berlines de luxe. Cette résilience est un témoignage aux qualités intrinsèques de cette voiture qui, bien qu’elle utilise une plate-forme d’origine Mercedes-Benz – l’ancienne classe E –  est une authentique américaine autant dans sa présentation que dans sa conception générale.

Sa silhouette a impressionné et continue de le faire. Dès son arrivée sur le marché, les gens se retournaient sur son passage et plusieurs avaient de la difficulté à croire à son prix très abordable pour la catégorie. En outre, les améliorations esthétiques apportées, il y a maintenant trois ans, ont raffiné et actualisé son apparence, tandis que l’habitacle subissait une spectaculaire transformation lui permettant de se mesurer à ses concurrents directs et même à ceux de catégories supérieures en fait de prestige et de prix. C’est généralement le lot des voitures bien nées d’avoir une longévité supérieure à la moyenne.

Une question de feeling

La silhouette a été rajeunie, mais ce n’est rien par rapport à l’habitacle lors de la révision en profondeur de 2012. Non seulement les matériaux sont de meilleure qualité et la finition plus resserrée, mais l’ensemble de la présentation donne immédiatement une impression de luxe. Les stylistes n’ont pas tenté de copier les autos européennes ou asiatiques, cette planche de bord est 100 % d’inspiration nord-américaine! Les deux principaux cadrans indicateurs avec chiffres blancs sur fond noir sont de consultation facile. Le soir, ils sont éclairés par une lumière bleutée du plus bel effet. Le volant, dont le moyeu est cerclé de simili aluminium brossé, est pratique avec ses rayons qui accueillent les commandes du régulateur de croisière et du système audio. Le large écran d’affichage est situé dans un module lui aussi cerclé de simili aluminium brossé et il est en plus superposé par une pendulette analogique. Bref, tous ces éléments accentuent l’impression d’être à bord d’une auto à part. Soulignons au passage que le système de gestion Uconnect est efficace et d’une grande simplicité d’utilisation. Enfin, les sièges avant sont très confortables tandis que les occupants des places arrière ne se sentiront pas à l’étroit.

Personnalités multiples
Mais ce qui contribue le plus à la popularité de la Chrysler 300 est que son rapport qualité/prix est compétitif face à la concurrence. Mais, mieux encore, l’acheteur a l’embarras du choix selon qu’il désire une berline spacieuse à vocation familiale ou un bolide capable de faire des « shows de boucane ».
La version sage est dotée de l'incontournable moteur V6 Pentastar de 3,6 litres dont les 292 chevaux sont amplement suffisants. Sa consommation de carburant s’est amoindrie depuis l’adoption de la boîte automatique à huit rapports de type manumatique. Soulignons également que sur certains modèles, ce V6 produit 8 chevaux de plus. Sans oublier que le rouage intégral est également disponible. La boîte de transfert gère la répartition automatique du couple et de la désactivation automatique des roues avant au besoin.

Qui dit grosse berline américaine dit également moteur V8. Le 5,7 HEMI de 363 chevaux avec désactivation des cylindres est disponible aussi bien en mode propulsion qu'en traction intégrale. Cette fois, pas de boîte de vitesse à huit rapports : l’automatique à cinq rapports est la seule.

La direction de Chrysler a décidé d’en ajouter une autre couche avec le modèle SRT dont le tonitruant V8 HEMI de 6,4 litres produit 470 chevaux et permet des accélérations canon. Venant uniquement avec roues arrière motrices et une robuste boîte automatique à cinq rapports, le SRT s’adresse aux amateurs d’émotions fortes et non pas aux écologistes... Et comme pour narguer ces derniers, la sonorité gutturale du silencieux a de quoi étourdir les natures faibles.
Mais peu importe la motorisation, la 300 possède d’excellentes manières aussi bien sur l’autoroute ou que sur une route secondaire parsemée de virages serrés. Et dans l’habitacle, on prend ses aises tout en écoutant une chaîne Beats Audio ou Harmon/Kardon optionnelle. Enfin, au chapitre de la sécurité, la 300 propose tous les systèmes mis au point récemment.

La Chrysler 300 est toutefois due pour une refonte… qui ne devrait pas tarder!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisChrysler 300C Platinum 2015 : aimable dinosaurien
Les dinosaures étaient des créatures fascinantes, qui ont marqué l’imaginaire. Qu’ils devaient être beaux à voir à l’apogée de leur existence! Leur grande taille et leurs crocs acérés impressionnent les enfants, et nombreux sont ceux et celles à admirer leur grandeur passée, tandis que peu peuvent se vanter de les …
Commentaires