Buick Regal 2015: Dans le mille

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

La Buick Regal a réussi tout un exploit en redéfinissant son image de marque. La berline sport a eu droit à une mise à jour pour l’année-modèle 2014, et elle continue à s’imposer comme un modèle très intéressant dans la catégorie des voitures à quatre portes axées sur le plaisir de conduire. Il s’agit là de tout un accomplissement, surtout quand on considère que ses rivales ont maintenant pour nom Audi, Infiniti et Acura. Mieux que tout autre modèle, la Regal illustre la renaissance en cours chez General Motors avec ses lignes réussies, sa conduite solide, et son aménagement intérieur de qualité. Désormais, les voitures de luxe d’entrée de gamme ne sont plus la chasse gardée des fabricants d’outremer.

Aménagement intérieur réussi

Après avoir passé des années à concevoir des habitacles où le plastique était omniprésent, il est bon de voir que le géant américain a réalisé que le style d’une voiture ne se limite pas à la carrosserie. La Buick Regal démontre bien ce virage. De plus, sa console centrale a été épurée et, au lieu des 17 cadrans, molettes et boutons, l’écran tactile IntelliLink de seconde génération travaille de concert avec seulement quelques boutons juste en bas. Facile à connecter avec les appareils Bluetooth, le dispositif IntelliLink comprend un système de navigation intuitif, et on peut le relier au bloc d’instrumentation configurable à ACL offert en option.

À l’intérieur, presque toutes les surfaces sont en cuir souple ou en plastique de qualité. Les portes et la planche de bord sont ornées de garnitures en métal. À l’avant, l’espace est adéquat; les places arrière, par contre, sont un peu serrées pour un modèle de format presque intermédiaire. Les sièges sont très confortables, et on peut opter pour des modèles chauffants avec recouvrement en cuir. La Buick Regal est proposée avec trois différents « groupes » d’équipement, mais le modèle de base est bien équipé et devrait convenir aux acheteurs au budget plus serré.

Une Buick dynamique
En plus d’avoir de la gueule, la Buick Regal est dotée d’un des châssis les plus performants de sa catégorie, et elle est propulsée par un moteur à la puissance solide. Le moulin en question est un quatre cylindres de 2,0 litres, suralimenté par turbocompresseur, qui produit 259 chevaux et un couple de 295 lb-pi. Il est relié à une transmission automatique à six rapports. À la base, la Regal GS est livrée avec roues motrices avant, mais la traction intégrale est également offerte en option. Il existe aussi un modèle mû par un 2,4 litres e-assist (à assistance électrique, une sorte d’hybride peu complexe, peu dispendieuse et qui consomme moins que le 2,0 litres turbo), elle n’est offerte qu’avec la traction et dans la configuration Premium I.

Avec la déclinaison sportive, la GS, la Regal a droit à des améliorations substantielles en matière de suspensions et de performances. Elle gagne des roues de 19 pouces, des sièges sport, des freins Brembo, une suspension avant haute performance, des pièces de carénage aérodynamiques et une instrumentation spéciale. La GS est dotée de trois modes de conduite : Normal, Sport, et GS. Quand on sélectionne ce dernier, la réponse de l’accélérateur est plus vive et les amortisseurs adaptatifs deviennent plus fermes pour améliorer la tenue de route. On peut également opter pour une boîte manuelle à six vitesses (sauf si l'on choisit la traction intégrale).

Cela dit, la berline de Buick n’est pas uniquement axée sur les performances. La consommation d’essence globale a été réduite de 17 % par rapport au modèle de l’an passé. De plus, même si le châssis se comporte avec aplomb quand on le pousse près de la limite, il sait aussi offrir un bon niveau de confort si l'on conduit de façon plus réservée. En fait, on ressent bien cette impression de solidité et de confiance si importante dans le créneau des voitures de luxe. La Regal affiche également un bon silence de roulement; on se sent bien à l’abri du monde extérieur, mais sans pour autant perdre le contact avec la route.

Tout le monde savait que General Motors avait la capacité de construire une automobile comme la Buick Regal et sa déclinaison GS. Elle offre une expérience de conduite emballante, une puissance solide, un aménagement intérieur de classe mondiale, un bon niveau de confort et un style très réussi. De plus, son système de gestion de la traction intégrale répartit la puissance vers l’avant ou l’arrière, de façon à améliorer l’adhérence par mauvais temps et à optimiser les performances sur revêtement sec. Quand on combine tous ces éléments, on obtient une voiture qui n’est plus seulement une vague menace pour les modèles européens et japonais qui ont dominé ce segment de marché jusqu’ici.

Partager sur Facebook
Commentaires