Volkswagen CC 2015: Élégance à l'européenne

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Ce n’est pas la plus spectaculaire voiture sur le marché ni la plus exotique qui soit. Elle n’est pas celle qui attire les acheteurs chez les concessionnaires Volkswagen et on ne se retourne plus sur son passage. Pourtant, sous l’acronyme CC se cache une voiture plus intéressante qu’elle ne le laisse paraître.
Certains modèles sont vénérés pour leur style d’enfer alors que d’autres vont être choisis pour leur motorisation. Dans le cas de la CC, ni l’un ni l’autre ne s’applique car la grande berline – ou plutôt le grand coupé allemand – ne cherche pas à se faire remarquer. En fait, c’est après avoir conduit et apprivoisé cette bagnole que l’on peut en apprécier les belles qualités.

Si la Passat s’est américanisée, on ne peut pas en dire autant de la CC et c’est tant mieux. À défaut de revêtir une carrosserie typique des berlines traditionnelles, la CC montre une allure plus effilée, plus stylisée et nettement plus dynamique que celle de la Passat. Il ne fait aucun doute, la partie arrière est beaucoup plus réussie que la calandre, qui joue dans la sobriété. La faible surface vitrée, l’évasement des ailes ainsi que les pneus de 17 pouces ajoutent une prestance que seul un coupé peut avoir.

Suivant la règle non écrite des voitures de ce gabarit, Volkswagen propose deux motorisations pour sa CC, un quatre cylindres et un V6. Il faut toutefois mentionner que seul le V6 bénéficie du rouage intégral, ce qui rend la comparaison difficile à faire entre les deux versions. Équipée du 4 cylindres, la CC ne déborde pas de puissance. Curieusement, c’est le même moteur qui gronde dans la Jetta GLI et la GTI, pourtant deux machines de guerre. Évidemment, le poids de la voiture joue beaucoup dans l’équation, ce qui atténue les 200 chevaux sous le capot. Heureusement, le mode Sport et les changements de rapports semi-automatiques permettent de dynamiser les balades du dimanche après-midi avec les enfants.

Un V6 qui décolle

À l’autre bout du spectre, la version Highline V6 4Motion dotée de l’ensemble R-Line surpasse de loin les performances des GLI et GTI. Équipée de la sorte, la CC hérite du terme sleeper sans hésitation. Cette voiture, très anonyme (si on la compare à une Mustang, par exemple) rend possible des accélérations de 0 à 100 km en deçà de 6,5 secondes. Munie de palettes au volant et placée en mode Sport, la CC V6 décolle comme une fusée et les changements de rapports se font en un éclair grâce à la parfaite synchronisation de la boîte DSG à double embrayage.

Que l’on soit au volant du 4 cylindres ou du V6, le comportement routier conserve des bases similaires. Dans les deux cas, la suspension ferme permet de garder la voiture bien campée sur la route. Par contre, le modèle V6 avec l’option R-Line et ses pneumatiques de 18 pouces accentuent la sportivité du véhicule en permettant d’aborder les virages de façon plus incisive tandis que la tenue de route est améliorée  et les manœuvres de slalom beaucoup plus agréables à effectuer.

À l’intérieur, la présentation plutôt classique et sobre vieillit bien. La console centrale inclinée et le design tout en largeur de la planche de bord donnent à la CC des allures de voiture plus onéreuse. La position de conduite élevée permet d’avoir une bonne vue dans toutes les directions en dépit d'une lunette arrière très étroite. La qualité de finition est excellente et le cuir des sièges aérés ajoute une touche luxueuse à l’ensemble. À l’arrière, malgré la ligne descendante du toit, deux adultes de grande taille peuvent facilement s'assoir sans se sentir à l’étroit. Une troisième personne au centre serait bien inconfortable puisque seule l’assise des deux sièges aux extrémités s’enfonce dans la banquette pour un meilleur dégagement de la tête. Quant au coffre, l’ouverture fournit suffisamment d’espace pour y engouffrer une grosse glacière. On s’étonne cependant de constater la présence d’une roue de secours pleine grandeur montée sur une jante de 17 pouces qui prend beaucoup de place.

Ça grimpe rapidement
La CC de base se détaille à 36 000 $ alors que la version la plus équipée vous fera débourser plus de 52 000 $. Évidemment, cette CC full equiped propose une motorisation V6, le rouage intégral 4Motion et l’ensemble R-Line qui comprend des roues de 18 pouces, un ensemble aérodynamique et un volant sport avec palettes de changements de rapports. À ce prix, une Lexus IS350 nous parait beaucoup plus intéressante visuellement et surtout plus amusante à conduire.

La CC de Volkswagen vise un public très ciblé et la diffusion du modèle est très limitée. Ce n’est d’ailleurs pas le modèle sur lequel Volkswagen mise le plus afin d’augmenter ses ventes. Ce coupé confortable (la signification des lettres CC) est en fait une Volkswagen à l’européenne, ce que la Jetta et la Passat ont perdu en s’américanisant au fil du temps.

Partager sur Facebook
Commentaires