Nissan Frontier 2015: Un club restreint

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Jouissant autrefois d’une popularité importante, la catégorie des camionnettes compactes a régressé au fil des ans. La disparition du Dodge Dakota, du Ford Ranger et finalement du duo Chevrolet Colorado et GMC Canyon de GM a considérablement réduit les rangs. Mais la situation semble se redresser avec le dévoilement d’une nouvelle génération du Colorado et du Canyon, et d’autres constructeurs ont manifesté leur intention de retourner dans cette catégorie. D’ailleurs, Nissan a récemment annoncé qu’un successeur au Frontier serait dévoilé d’ici quelques mois.

En attendant…

Même si sa dernière refonte remonte à une décennie, force est d‘admettre que la silhouette du Frontier est encore au goût du jour. En fait, elle ressemble à celle du VUS Xterra doté d’une boîte de chargement. Elle a un air macho accentué par son incontournable calandre où figure une applique chromée en forme de U. Cette allure de baroudeur n’est pas de la frime puisque le Frontier est costaud au chapitre de la plateforme, laquelle est constituée du châssis de type échelle de la grosse camionnette Titan. Toutefois, ce châssis a été modifié pour être utilisé sur une camionnette de plus petites dimensions. Des ressorts elliptiques couplés à un essieu rigide permettent de transporter des charges passablement lourdes. Soit dit en passant, la capacité de remorquage des modèles à moteur V6 est de 2 948 kg, soit 1360 kg de plus qu’un modèle propulsé par le quatre cylindres de 2,5 litres d’une puissance de 152 chevaux. Une boîte manuelle à cinq rapports  est de série tandis que la transmission automatique à cinq vitesses est optionnelle. Ce moulin de série est bruyant mais robuste. Il convient si vous ne prévoyez pas charger votre camion avec des objets lourds comme des blocs de ciment, des sacs de sable ou une importante quantité de feuilles de contreplaqué.

Le moteur optionnel est un V6 de 4,0 litres de 261 chevaux qui a fait ses preuves et dont plusieurs composantes internes ont été révisées l’an dernier. Il est couplé en équipement de base à une boîte automatique à cinq rapports. Il est plus souple, plus puissant et plus performant, mais sa consommation d’environ 15,0 litres/100 km n’est pas vraiment écolo. Ajoutez deux autres occupants, accrochez une remorque et sa cote de consommation vous fera sursauter à chaque plein de carburant...

Certaines versions sont dotées du système Utili-track qui comporte des points d’ancrage mobiles. De plus, à l'usine, on recouvre l’intérieur de la boîte d’un enduit protecteur. Toujours à propos de boîtes de chargement, une caisse longue de 1 861 mm est disponible sur le modèle à cabine double. Cette version est également la plus spacieuse tandis que les modèles King Cab, malgré leur appellation, sont dotés d’une cabine allongée seulement.

Oups !

La silhouette de baroudeur du Frontier, son équipement de série fort complet et plusieurs astuces tel un déflecteur monté sur le panneau arrière nous permettent de croire qu’on aura affaire à une camionnette aussi robuste que sophistiquée. Mais une certaine déception s’installe dès qu’on prend place derrière le volant. En premier lieu, la planche de bord est plutôt rétro. Elle est similaire à celle d’autres modèles Nissan de jadis. Toutefois, depuis ce temps, les autres tableaux de bord ont été modernisés. De plus, les plastiques utilisés dans le Frontier sont très durs et la qualité des matériaux moyenne.

Les places avant sont dotées de sièges confortables mais l’espace pour les pieds est limité. Les King Cab offrent des strapontins pour les places arrière et on est à l’étroit. La version à cabine allongée est dotée d’une banquette ordinaire qui se remise à la verticale afin d’optimiser l’espace de chargement. Son assise est étroite et son confort assez limité. Tout comme celui de la suspension qui ne fait pas bon ménage avec les routes en mauvais état alors que le train arrière sautille allègrement. Et l’agrément de conduite est fort mitigé avec une direction offrant peu de feedback et manquant sérieusement de précision. Comme si cela n’était pas suffisant, le très grand rayon de braquage ne fait rien pour améliorer les choses!

Malgré ces critiques, il ne faut pas rayer le Frontier de votre liste de camionnettes à considérer. C’est un véhicule solide offrant un bon choix de moteurs tandis que le rouage 4X4 est un peu rustre mais fort efficace. Capable d’en prendre et polyvalent, il propose également un équipement de série complet. Ce qui nous permet de lui pardonner certaines de ses caractéristiques rétro...

Partager sur Facebook
Commentaires