Volkswagen Touareg 2015: Subtile évolution

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

À l’instar de la Jetta, le Touareg se paye lui aussi un lifting pour 2015. Sortez cependant la loupe pour faire la différence entre le Touareg relooké, présenté en première mondiale au Salon de l’auto de Pékin, et les modèles antérieurs, car les modifications apportées semblent avoir été réalisées avec un grand souci de discrétion. Est-ce pour ne pas dépayser la clientèle ou plutôt parce que la refonte complète du modèle se fera prochainement? Difficile de répondre avec précision à cette question existentielle, mais toujours est-il que le « nouveau » Touareg partage une filiation plus qu’évidente avec le précédent.

Côté style, deux baguettes horizontales ont été ajoutées à la calandre et les phares bixénon ont été redessinés, de même que les entrées d’air du bouclier avant et le pare-choc arrière, ce qui fait que le design plutôt sobre et très équilibré du Touareg ne connaît qu’une subtile évolution. De nouvelles roues font leur apparition sur le VUS de Volks qui sera désormais disponible en douze couleurs. Dans l’habitacle, on note la présence de nouveaux matériaux et boutons, mais la disposition des cadrans demeure inchangée, quoiqu’ils soient maintenant illuminés en blanc et non plus en rouge, et l’ensemble reste très fidèle à la tradition établie chez Volkswagen pour qui le Touareg est le véhicule le plus luxueux vendu par la marque en Amérique du Nord.

Recherche d’efficience programmée
Afin de bonifier la consommation, Volkswagen s’inspire de Porsche en ajoutant une fonction « roue-libre » à tous les modèles Touareg. Cette fonction était auparavant une exclusivité du modèle hybride. Les ingénieurs de la marque ont aussi revu le fonctionnement de la boîte automatique à huit rapports dans le but d'amoindrir les frottements. D'après Volkswagen, les modifications apportées permettraient d’obtenir un gain en consommation pouvant atteindre 6 % selon les motorisations. Notons également que l’aspect sécurité est rehaussé par un nouveau dispositif de freinage postcollision, développé afin de réduire la possibilité que le véhicule subisse un deuxième impact.

Par ailleurs, Volkswagen offre depuis quelques années une version à motorisation hybride du Touareg (qui est animé par un V6 de 3,0 litres suralimenté par compresseur jumelé à un moteur électrique développant une puissance totale de 380 chevaux) dans certains marchés, notamment celui des États-Unis, mais la commercialisation au Canada devra encore attendre. Les deux moulins qui font partie de l’offre au Canada sont des V6, soit un moteur atmosphérique de 3,6 litres carburant à l’essence et un turbodiesel de 3,0 litres. Ces motorisations sont complétées par une excellente boîte automatique à huit rapports et le rouage intégral 4Motion.

Le choix numéro un : le modèle TDI

Le turbodiesel n’a beau développer que 240 chevaux, il livre néanmoins un couple impressionnant de 406 livres-pied. Conduire le Touareg TDI, c’est tomber sous le charme d’une force d’accélération soutenue et linéaire qui se déploie dès que l’on franchit la barre des 2 000 tours/minute, point à partir duquel le couple maximal est offert. La boîte automatique passe les rapports avec douceur et célérité et s’accorde parfaitement avec le moteur turbodiesel pour livrer cette poussée très fluide vers l’avant, ce qui rend la conduite très agréable. Croyez-moi, le Touareg TDI n’a aucun mal à composer avec les manœuvres de dépassement sur les routes secondaires ou les entrées d’autoroute. Les longs trajets interurbains sont également l’affaire du Touareg TDI qui avance comme une locomotive tout en consommant comme une voiture de taille intermédiaire, ce qui est tout un exploit étant donné qu’il s’agit d’un utilitaire à rouage intégral qui pèse plus de deux tonnes.

Le Touareg fait preuve d’un comportement routier sûr, équilibré et prévisible, mais il n’a pas de prétentions sportives comme son cousin Cayenne de chez Porsche ou le X5 de BMW. La direction est à la fois vive et précise, et le Touareg se distingue par son rayon de braquage qui facilite les manœuvres de stationnement ou de demi-tour, un atout non négligeable compte tenu de son gabarit d’utilitaire.

Dans l’habitacle, on est séduit par la sobriété de la présentation, la qualité des matériaux et de l’assemblage ainsi que par le confort des sièges. À l’arrière, la banquette est inclinable et le volume de chargement est convenable, mais il faut cependant préciser que certains concurrents font mieux à ce chapitre.
Le Touareg est un véhicule de qualité à l'apparence sobre, mais force est d’admettre que le nom Volkswagen n’a pas le prestige qui est associé aux autres marques de luxe qui offrent des VUS concurrents. En ce qui me concerne, c’est très bien ainsi.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéScandale Volkswagen : au tour des V6 3,0 litres TDI de passer dans le tordeur
L’agence chargée de la protection de l’environnement aux États-Unis, l’EPA, vient de placer un nouveau moteur Volkswagen sur sa liste noire. En effet, l’organisation accuse maintenant Volkswagen d’avoir incorporé ses logiciels de tricherie au moteur V6 de 3,0 litres TDI, présents dans le Volkswagen Touareg 2015, le Porsche Cayenne 2016, …
Commentaires