Chevrolet Equinox 2014: L’élève moyen

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2014

Il y a de ces véhicules que l’on apprécie pour leurs qualités générales, mais qui ne nous épatent pas nécessairement. Le duo Chevrolet Equinox et GMC Terrain fait partie de ce groupe. Tout comme l’élève moyen, ils ne sont ni en queue de peloton, ni premiers de classe. Ils remplissent bien leur mission dans un créneau qui, faut-il l’avouer, est fort compétitif : celui des VUS compacts. Il n’est pas facile de tirer son épingle du jeu parmi plusieurs candidats de choix.

Il faut aussi reconnaitre que le tandem Equinox et Terrain serait probablement plus populaire si leur prix de base était un peu plus aligné avec celui de plusieurs modèles concurrents. Certes, ils  se situent au sommet du segment avec leurs dimensions plus généreuses, mais leur prix de base est de loin supérieur à celui de plusieurs autres. Nous avons rencontré quelques acheteurs déçus par les mensualités de leur Terrain ou de leur Equinox, surtout sachant que dans ce créneau, un prix compétitif est très souvent un critère important.

Des personnalités distinctes grâce au style
Il est facile de qualifier les deux véhicules de jumeaux, car ils partagent toutes leurs composantes structurelles et mécaniques. Toutefois, on ne peut dire qu’ils sont de vrais jumeaux,  car leur style distinct les démarque l’un de l’autre. Introduit en 2010, le GMC Terrain séduit par son design unique aux lignes très carrées qui ne font pas l’unanimité, mais qui plaisent aux amateurs du genre. On aime ou l’on n’aime pas, mais en tout cas, ce style tranche radicalement de celui des compétiteurs qui ont bien souvent un aspect tout en rondeur. Voilà sans doute l’élément qui joue le plus en la faveur du Terrain.

L’Equinox, de son côté, est beaucoup plus aligné avec la concurrence. Il affiche des lignes plus rondes alors que l’on reconnait rapidement la signature visuelle des autres Chevrolet à l’avant. Certains coloris et groupes d’options lui octroient un peu plus de caractère, ce qui est bienvenu dans son cas.

À l’intérieur,  l’Equinox et le Terrain disposent d’une présentation similaire, notamment pour la planche de bord. Les différentes commandes sont bien disposées, intuitives et simples à comprendre. On note toutefois encore plusieurs plastiques durs ici et là, alors que l’attention aux détails n’est pas aussi poussée qu’elle le devrait. À titre d’exemple, sous le siège du conducteur de notre Equinox d’essai, il y avait une large couette de fils jaunes, très apparente...

Le Terrain tire certainement ses principaux avantages de l’espace disponible à bord. Sa forme plus carrée assure une excellente vision pour tous les passagers, et les dégagements, surtout à la tête, sont généreux. L’espace de chargement est aussi un élément marquant qui sera très apprécié par les familles plus actives.  Du reste, les deux véhicules ont un équipement complet incluant les derniers gadgets technos.

Et le Denali
2013 a vu l’arrivée d’une version exclusive pour le Terrain, le Denali. Il devenait donc le plus récent modèle à être proposé avec cette légendaire appellation, signe de luxe et d’exclusivité chez GMC. Le Terrain se transforme ainsi en véritable VUS de luxe et son prix de base avoisinant 40 000 $ le prouve bien. Évidemment, le Denali conserve le style « boite » et a fière allure avec ses lignes angulaires et ses ailes évasées. On le distingue par sa calandre chromée alvéolée et ses garnitures chromées omniprésentes. Des jantes de 18 pouces satinées, ou de 19 pouces selon le moteur choisi, sont aussi réservées à cette version.

Sous le capot, tous les modèles se partagent la même mécanique. On retrouve à la base un quatre cylindres Ecotec de 2,4 litres, comprenant l’injection directe, qui développe 182 chevaux pour un couple de 172 lb-pi, marié à une transmission automatique à six rapports. Étonnamment, c’est ce moteur qui équipe de série le Terrain Denali. Assez étrange pour un VUS de plus de 40 000 $!

Ceux qui désirent plus de puissance peuvent opter pour le V6 de 3,6 litres qui déballe 301 chevaux pour un couple de 272 lb-pi. C’est en fait le même moteur qui équipe la Cadillac SRX, quelques chevaux en moins pour ne pas froisser la noblesse. Bien entendu, afin de profiter des réels privilèges d’un VUS, mieux vaut ne pas se priver des avantages du rouage intégral.

Le V6, jumelé à une transmission automatique à six rapports, livre d’excellentes performances, procurant des accélérations franches et instantanées. Il est bien adapté, mieux que l’ancien V6. Ce moteur permet aussi d’obtenir la capacité de remorquage maximale du Terrain soit 3 500 lb (1 588 kg). Lors des journées enneigées, nous avons apprécié le rouage intégral du Terrain qui rehausse grandement notre niveau de confiance sur une chaussée glissante. Le système AWD du Terrain est efficace, mais on déplore l’intervention rapide du contrôle de la traction qui coupe un peu trop vite la puissance à notre gout.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisChevrolet Equinox 2014: Petit train va quelquefois loin
Il y a des choses qui évoluent très rapidement, d’autres moins. Le Chevrolet Equinox fait partie de cette dernière catégorie. Dévoilé en 2005, ce VUS compact fut entièrement revu pour l’année modèle 2010. Depuis, c’est le calme plat. Du moins physiquement. Sous le capot, le V6 de 3,0 litres a …
New YorkGMC Terrain 2016 dévoilé à New York
Le plus petit véhicule de la gamme GMC, le Terrain, est basé sur la plate-forme du très populaire Equinox. Comme le multisegment Chevrolet a été renouvelé cette année, on se doutait que son homologue chez GMC allait lui aussi recevoir quelques mises à jour pour le millésime 2016. Pour nous …
Commentaires