Les voitures électriques: Y'a comme un problème...

Pourquoi faut-il que ça tombe sur moi? Après avoir éprouvé une panne d’électricité beaucoup plus tôt que prévu avec la Nissan Leaf, voilà que c’est la Ford Focus à moteur électrique qui vient de faire des siennes. On dirait que ces voitures vertes sont allergiques à ma personne, ce qui n’est guère de bon augure pour quelqu’un qui vient de s’appauvrir sensiblement en achetant une Tesla Model S P85.

Pendant que je croise les doigts, permettez-moi de vous relater mon expérience avec la Focus. Chez elle, ce n’est pas la réserve d’autonomie qui m’a fait faux bond, mais un mystère inhérent à sa construction. Sortant d’une représentation de la pièce de théâtre Le prénom à Bromont, la voiture ne voulait tout simplement plus démarrer. J’appuie sur le bouton de mise en route et rien ne se produit. Aucune réponse à l’accélérateur. J’ai beau refaire la manœuvre 3, 5, 10 fois, rien, nenni, niet, sweet nothing. Croyant avoir erré quelque part, je quitte le véhicule, verrouille les portes et recommence le cycle. Encore rien, pendant que le stationnement se vide, me voilà immobilisé sans mon portable, au beau milieu d’un champ... Encore et toujours, le petit écran à l’extrême gauche du tableau de bord m’enjoint de couper le contact au lieu d’afficher le message « prêt à la conduite ». « Maudite voiture électrique! », c’est le cri que j’ai envie de lancer pour ventiler ma frustration. 

Finalement, dans une ultime reprise du processus, j’entends des bruits parasites rassurants, comme si un contact venait de se faire. J’appuie sur l’accélérateur et miracle, ça marche. 

Le lendemain, croyant avoir involontairement fait une erreur quelconque, je vais faire un petit tour sur Internet et ne voilà-t-il pas que le problème que j’ai éprouvé est connu et que je suis loin d’être le seul à l’avoir subi. Ford en aurait été notifié, mais on ne sait toujours pas la cause de cette panne que l’on dit peu fréquente, sauf que j’en ai été victime une seconde fois le lendemain. Jusqu’ici, c’est mystère et boule de gomme. Chose certaine, ma conjointe ne veut rien savoir d’une voiture électrique. Ce sont des incidents comme ceux-là qui risquent d’annuler la confiance des automobilistes et de rendre l’utilisation d’une voiture électrique angoissante.

Ce n’est hélas pas le seul point faible de la Focus qui est privée d’un espace décent pour les bagages : son groupe propulseur est à l’origine d’un sifflement désagréable, et la bagnole pourrait bénéficier d’une meilleure insonorisation aux bruits de roulement. Enfin, son autonomie varie entre 123 et 136 km, lesquels ne sont disponibles qu’à la condition de rouler sans s’exciter. En somme, y’a comme un problème à tenter de commercialiser des voitures qui ne sont pas tout à fait prêtes à l’être.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BlogueLe blogue de Jacques Duval: Me voilà converti!
Je savoure déjà le plaisir que j’aurai bientôt à faire un doigt d’honneur aux pétrolières. Car, à la surprise générale, me voilà converti à l’électricité. Moi qui ai foulé les pistes de course du monde entier au volant de voitures ultraperformantes et dévoreuses d’essence, j’ai décidé de joindre la petite …
EssaisTesla Model S 2013, la voiture électrique sans compromis
Alors que certains ne jurent aveuglément que par la voiture électrique, j’ai toujours eu des réserves face à cette dernière, surtout après mon essai de la Nissan Leaf l’an passé . Il est indéniable qu’on aime pouvoir se moquer des pétrolières et réduire notre budget d’essence à zéro, mais les …
Commentaires