Ferrari California 2013: Plus puissante ! Plus légère !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

La California est un modèle qui jouit d'un statut particulier dans la gamme de Ferrari. En effet, elle ne cible pas les enthousiastes purs et durs de la marque mais plutôt les gens qui en sont à leur premier achat d'une Ferrari. Et ces acheteurs la considèrent comme une voiture pratiquement de tous les jours. Ainsi, selon les statistiques de ce constructeur, plus de 20 % des propriétaires de ce modèle en font un usage quotidien ou presque. Ce qui est beaucoup plus que la moyenne des autres propriétaires de Ferrari. Bien entendu, ces statistiques proviennent d’états américains qui ne sont pas affectés par nos hivers rigoureux.

Toujours dans la même veine, les gens sont attirés par un toit rigide rétractable qui ajoute au confort et à la polyvalence. De plus, les suspensions proposent des réglages beaucoup moins sportifs que sur les autres Ferrari. Mais lorsqu'on mentionne cette marque, on parle automatiquement de performances, de vitesse et de sensations de conduite. C'est justement pour ça que l'on a procédé à des changements sur la version 2013 de la California : afin de rehausser l'agrément de conduite et les performances.

Plus léger, plus puissant

Lorsqu'on veut améliorer les performances d'une automobile, la recette la plus efficace est d'abaisser son poids tout en augmentant sa puissance. C’est ce qu’ont fait les ingénieurs de Maranello : la voiture pèse désormais 30 kg de moins car on a utilisé des métaux réalisés dans des alliages plus légers. Auparavant, on avait recours à huit types d’alliage pour la plateforme et la carrosserie. Maintenant, on en totalise 12. C'est ainsi que le berceau du moteur qui était en acier est dorénavant en aluminium. De plus, les ingénieurs se sont assurés que la répartition du poids soit toujours la même, soit 47% à l’avant et 53% à l’arrière. Il faut souligner que le moteur est monté en position centrale avant.

Celui-ci a gagné en puissance puisque la nouvelle version de la California est propulsée par le même moteur V8 de 4,3 litres, mais sa cavalerie a été augmentée de 30 chevaux pour un total de 483 équidés. Le couple est également plus élevé, passant de 358 lb-pi à 372 lb-pi. Pour ce faire, les ingénieurs ont modifié le collecteur d'échappement, remplacé les pistons et révisé la programmation du module de gestion du moteur. Mentionnons au passage que l'on a conservé la boite automatique à sept rapports à double embrayage qui possède en plus un mode Départ fulgurant. Toutes ces améliorations devraient permettre de réduire le temps nécessaire pour boucler le traditionnel 0-100 km/h. Selon les données de Ferrari, il faudrait maintenant 3,7 secondes pour boucler cet exercice, soit 0,02 seconde de moins.

Il ne faut pas se méprendre sur ces chiffres. Une Ferrari, toute rapide soit-elle, n'est pas une bête de route destinée à effectuer des accélérations tonitruantes, même si elle en est capable. On s'achète une Ferrari pour l'agrément de conduite en général et ses capacités quant à des reprises spectaculaires à haute vitesse. C'est ce que les puristes appellent roll-out performance. D'ailleurs, un jour, un inconditionnel de Ferrari et propriétaire de plusieurs d'entre elles m’avait dit : « Si tu ne veux pas avoir d'ennuis avec une Ferrari, évite les accélérations trop fréquentes. Par contre, on peut rouler toute la journée à très haute vitesse et ne jamais avoir de problème. » Et c'est un connaisseur qui parlait.

Silhouette intacte
Étant donné que la clientèle de la California n'est pas nécessairement prête au caractère plus brutal d’une 458 Spider, la suspension est plus confortable que sur les autres modèles de cette marque. Mais pour les gens qui voudraient obtenir un petit quelque chose de spécial et un agrément de conduite plus relevé, il est possible de commander la version dotée de l'option HS pour Handling Speciale. Les acheteurs qui cocheront cette option vont bénéficier de ressorts plus rigides, d'une direction plus directe et d'amortisseurs magnétiques qui sont également disponibles en option autonome. Mais puisque la différence entre ces amortisseurs commandés individuellement ou par le biais de l'option HS n'est que d'environ 2 500 $, le choix est relativement facile à faire, on devrait choisir le groupe HS,  d’autant plus qu’il s’agit d’une peccadille quand on parle d’une voiture valant facilement plus de 250 000$! Par contre, pour ceux qui se sont procuré cette voiture avant 2013, il sera impossible d'installer cette option sur la voiture.

Si la mécanique a été modifiée et la carrosserie allégée, la silhouette de cette Ferrari est demeurée la même. Ce qui signifie que les gens vont continuer de vanter l'élégance de sa partie avant et être en désaccord avec les stylistes qui ont dessiné l’arrière. Ceux-ci n'ont pas eu la tâche facile, car ils devaient laisser un certain espace pour pouvoir remiser le toit rétractable.

La Ferrari California n'a peut-être pas le même panache qu'une 458 Spider, mais sa popularité témoigne que ses concepteurs ont su cibler presque à la perfection les acheteurs éventuels dont 70 % en sont à leur première Ferrari. Bravissimo!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéFerrari: un nouveau modèle présenté demain
Il s’agit d’un nouveau modèle connu sous le nom de code « 149M Project ». Chez Ferrari, il désigne le coupé-cabriolet California, dont la commercialisation a débuté en 2009. On parle donc d’un modèle qui est dû pour recevoir d’importants changements, dits de mi-parcours. Ce qui signifierait que cette nouvelle …
GenèveFerrari California T: retour au moteur turbo
La première Ferrari California est apparue sur les marchés mondiaux en 2008. Comme promis, la Scuderia présente sur le web la 2e mouture de son coupé-cabriolet California, qui pour la circonstance se voit ajouter la lettre « T », annonçant l’apport d’un nouveau moteur turbocompressé. Esthétiquement, on s’est inspiré de …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires