Lincoln MKX 2013: Luxe et gadgets à profusion

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Je dois avouer avoir de la difficulté à me dépatouiller avec la gamme de modèles proposés par Lincoln. Il est vrai qu'à une certaine époque, cette liste était on ne peut plus courte et se limitait à deux véhicules. De nos jours, elle est plus longue et il faut d’ailleurs applaudir la renaissance de cette division de luxe de Ford. Mais je peine à me retrouver dans tous ces modèles commençant par les lettres MK. En consultant mes notes, j’ai su que les MKX et MKT sont des multisegments, les deux autres, MKS et MKZ, des berlines. L’immense Navigator, lui, joue dans une ligue à part. Quant au MKX qui nous concerne, il est le plus petit et le plus économique des multisegments proposés par Lincoln.

Mais peu importe le modèle, ils affichent tous la même calandre surdimensionnée dotée des lattes verticales qui identifient la marque depuis quelques années. Soulignons au passage que le MKX a été remodelé l'an dernier, tout particulièrement afin de le démarquer davantage du Ford Edge avec qui il partage plateforme et rouage d'entraînement.

S'il vous plaît, lisez le manuel du propriétaire

Ma première prise de contact avec le MKX est survenue au mois de décembre dernier, alors que je me dirigeais vers la Vieille Capitale pour assister à un événement de presse. À la hauteur de Saint-Hyacinthe, la chaleur dans l'habitacle était devenue insupportable. Je suais à grosses gouttes. Bon, j’exagère, mais j’avais quand même chaud. J’ai donc essayé d'abaisser la température en faisant appel aux systèmes MyLincoln Touch à touches par affleurement et Sync à commande vocale. Rien ne fonctionnait et au fur et à mesure que je m'impatientais, mes efforts étaient de plus en plus vains. En désespoir de cause, je me suis arrêté à une halte routière pour consulter le manuel du propriétaire. Ensuite, en moins de cinq minutes, j'ai réussi à abaisser la température de l'habitacle et même à syntoniser le poste de radio que je désirais! Puis, après quelques essais supplémentaires, j'ai finalement trouvé que le système par affleurement fonctionnait assez bien. Je ne maîtrisais pas toute la « patente », mais c'était quand même une amélioration. Donc, si vous devez conduire ce véhicule, potassez le manuel du propriétaire, vous en apprécierez davantage le perfectionnement électronique.

Les ingénieurs ont également poussé le raffinement en dotant la voiture de cadrans indicateurs du genre numérique. Il est même possible d'en changer la couleur d'affichage et de choisir parmi différents types d'information. Cela n'est pas pour tous les goûts, mais l'on ne peut reprocher à Ford de vouloir s'associer à des solutions techniquement plus élaborées. Pour le reste, on a droit à un habitacle très cossu dont les sièges sont moelleux et confortables mais qui auraient avantage à offrir un meilleur support latéral. Malheureusement, les occupants du siège arrière sont moins bien traités. La banquette est confortable, mais son assise est trop basse et les personnes de grande taille se retrouvent presque avec la tête entre les jambes!

Il faut souligner que la qualité de la finition et des matériaux marque un pas en avant avec ce modèle. Et pour les gens que ça intéresse, il est possible de commander un toit ouvrant géant. Par contre, si vous choisissez cette option, il sera difficile d'installer un porte-bagages.

Le luxe à l'américaine

Les personnes qui montent pour la première fois dans une voiture de luxe de fabrication germanique trouvent presque toutes que la suspension et les sièges sont fermes. Le propriétaire leur répond alors que c'est justement en fonction de ces caractéristiques et de la tenue de route qu'il a choisi son auto. Les acheteurs de bagnoles américaines, et l’on ne saurait leur reprocher ce choix, préfèrent généralement une voiture plus confortable dotée d'une suspension qui pardonne davantage sur une mauvaise route et dont le niveau d’insonorisation est plus poussé que la moyenne. Cela ne signifie pas pour autant que la voiture tient mal la route. C’est une question de goût, tout simplement. Le Lincoln MKX respecte les standards des voitures de luxe américaines alors que la suspension absorbe trous et bosses avec aisance. Le seul moteur disponible sur ce modèle est le V6 de 3,7 litres qui développe 305 chevaux. Il est couplé à une boite automatique à six rapports tandis que la transmission intégrale est de série. Sur le modèle destiné au marché des États-Unis, le MKX est également offert en deux roues motrices, ce qui n’est pas le cas au Canada.

Cette luxueuse Lincoln devrait intéresser les personnes à la recherche d'un véhicule multisegment s’ouvrant sur un habitacle très luxueux et confortable en plus de proposer les derniers accessoires au niveau technologique. Si certains chroniqueurs automobiles semblent allergiques aux systèmes proposés par Ford, il existe de nombreux clients qui ne jurent que par ces accessoires… une fois qu’ils les ont maîtrisés!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsLincoln MKX 2016 : un as dans la manche
Quand on regarde Lincoln, on peut affirmer que la compagnie a besoin de trouver une direction. Trop longtemps, l’image associée à cette compagnie historique en a été une de vieillesse et d’ennui. De plus, la marque utilise des plates-formes Ford, naturellement, mais les résultats ressemblent trop aux produits de base.

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires