Porsche 911, sept fois sur le métier

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

La Porsche 911 a toujours été une voiture d'exception aussi bien en raison de ses formes, de sa mécanique que de ses prestations en piste. Et ce quadragénaire ne semble pas être à la veille d'accrocher son volant puisqu'une septième génération de cette légendaire voiture sport fait ses débuts en 2005. À première vue, il semble que seuls les phares ronds soient la nouveauté ou plutôt le retour à la tradition après une infidélité de quelques années avec des phares avant en forme de huit. Mais cette nouvelle venue a beaucoup plus à offrir.

Pour mieux analyser cette nouvelle 911 il faut comprendre la philosophie toute germanique de Porsche. Rien n'est fait à la légère et toute conception est réalisée en fonction d'un très long laps de temps. Ici, pas de « design du jour » ou d'ingénierie à la petite semaine. Tout est fait selon les règles de l'art. Ce qui explique sans doute pourquoi plus de 70 % de toutes les 911 vendues en Amérique du Nord depuis 40 ans sont encore en circulation.

Cette septième génération de la 911 est donc le fruit d'une évolution qui s'est poursuivie pendant quatre décennies. Cette nouvelle venue représente l'aboutissement de tout ce que la compagnie de Zuffenhausen a appris au cours de toutes ces années.

Silhouette plus typée

La silhouette de la version précédente de la 911 n'a jamais fait l'unanimité. Ses détracteurs n'appréciaient pas tellement les phares aux formes ovales qui ne la démarquaient pas assez de la Boxster, une version vendue moins cher. De plus, la partie centrale était passablement large par rapport aux versions précédentes, ce qui s'éloignait de l'effet « bouteille de Coke » des devancières. Soulignons, au passage, que dans le jargon interne de la compagnie, ce nouveau modèle est identifié comme étant la 997, en remplacement de la 996.

Afin de répondre aux critiques, les phares avant sont à nouveau circulaires. Placés plus en recul et davantage vers l'extérieur, ils permettent à la voiture de paraître plus courte et plus large. Sous ces lentilles en verre transparent se retrouvent les phares de route, les feux de position et les antibrouillards. Il faut préciser que la Carrera est livrée avec des phares halogènes tandis que la Carrera S est équipée d'origine de phares bixénon.

Mais il y a plus que cela sur le plan visuel. La partie centrale est plus cintrée que précédemment, ce qui accentue la largeur de l'avant et de l'arrière. Les passages de roues sont également plus larges, ce qui permet d'utiliser des roues de 18 pouces sur la Carrera et de 19 pouces sur la Carrera S. Au chapitre des jantes, plusieurs modèles sont offerts en option. Une nouvelle jante vient s'ajouter en 2005. Inspirée de celles utilisées en course, elle permet une meilleure ventilation et une allure moderne à la fois.

Parmi les autres modifications apportées sur le plan esthétique, il faut mentionner l'utilisation de poignées de porte en relief plus ergonomiques. La Carrera est dotée de deux sorties d'échappement arrière de forme ovale, tandis que la Carrera S se démarque par une paire de tuyaux de chaque côté. Les stylistes ont même donné au compartiment moteur un nouveau look en accentuant certains détails et en identifiant chaque moteur en inscrivant le chiffre de la cylindrée sur une bande métallisée placée sur la boîte d'admission d'air.

Habitacle classique

La plupart des inconditionnels de la marque avaient vertement critiqué le tableau de bord de la 996 avec ses plastiques brillants aux airs de produit bon marché. Les stylistes ont profité de la mise au point de la septième génération pour réviser la planche de bord du tout au tout. C'est beaucoup plus classique, surtout la partie encerclant l'écran à affichage par cristaux liquides. Du côté droit se retrouvent les commandes pour le système de navigation par satellite qui est de série sur les deux modèles. À gauche, il y a le clavier du téléphone cellulaire dont le récepteur est monté sur un réceptacle placé à droite de la console centrale. Malheureusement, le passager peut très facilement accrocher le téléphone avec son genou. Soulignons aussi la disposition ingénieuse des porte-verres, placés dans une fente située immédiatement au-dessus du couvercle du coffre à gants.

Les cadrans indicateurs sont plus distancés les uns des autres et de consultation plus aisée. Comme toujours, la clé de contact est à gauche du volant et le compte-tours est en plein centre du module abritant les cadrans indicateurs. L'indicateur de vitesse est à gauche et en plus, un afficheur de vitesse numérique est localisé dans la partie inférieure du compte-tours. Avant de l'oublier, les sièges sont nouveaux : ils sont plus confortables que précédemment tout en offrant un meilleur support latéral. Et pour la première fois sur une 911, le volant est réglable en hauteur et en profondeur.

Sur les photos, vous allez remarquer la présence d'une horloge sur le dessus de la planche de bord. En fait, il s'agit du cadran indicateur du système « Sport Chrono Plus » qui permet au pilote de modifier plusieurs paramètres de la voiture en fonction de la route ou du circuit choisi. Ces variantes ainsi que les temps enregistrés sont affichés sur l'écran central.

Mécanique futuriste

Même si Porsche demeure fidèle à la configuration « moteur arrière, roues motrices arrière », cela ne signifie pas pour autant que la mécanique est archaïque. En fait, c'est tout le contraire même si le fait de monter le moteur en porte-à-faux par rapport à l'essieu arrière était surtout populaire dans les années quarante et cinquante. La première 911 produite en 1964 respectait cette configuration mécanique adoptée dès le début de la compagnie et qui se poursuit toujours. Les prestations de la voiture sur la route et sur la piste nous démontrent d'ailleurs que ce n'est pas toujours le principe mécanique qui prévaut, mais la brillance de son application. Et c'est justement le cas de la 911.

Le moteur six cylindres à plat de la Carrera nous revient presque inchangé. Sa cylindrée de 3,6 litres produit 325 chevaux, un gain de cinq par rapport à la 996. Par contre, sur la Carrera S, la cylindrée est portée à 3,8 litres et la puissance est de 355 chevaux, ce qui assure un temps de 4,8 secondes pour boucler le 0-100 km/h. Une nouvelle transmission manuelle à six rapports est offerte avec ces deux moteurs. Celle-ci est plus robuste et dotée de bagues synchro modifiées afin de pouvoir effectuer des changements de vitesses plus rapides et plus en douceur. Qui dit Porsche, dit transmission manumatique Tiptronic. Cette boîte à cinq rapports a été révisée et le temps de réponse des passages de rapport se montre désormais plus efficace.

Parmi les autres nouveautés sur le plan de la mécanique, mentionnons la direction à crémaillère à rapport variable afin d'optimiser la précision de conduite, un nouveau sous-châssis arrière en aluminium et la première suspension active proposée par Porsche : PASM. Cet acronyme signifie, « Porsche Active Suspension Management ». De série sur la Carrera S et optionnel sur la Carrera, cet accessoire permet de pouvoir bénéficier d'une suspension dont la fermeté s'ajuste instantanément aux conditions de la route, au style de conduite et à la vitesse du véhicule. Il est possible de régler le PASM en mode « régulier » ou « sport ». Enfin, des freins avec des disques en composite de céramique sont offerts sur les deux modèles. Ils sont non seulement plus efficaces mais permettent une réduction de poids non suspendu de 14 kg.

Les chiffres parlent

Il est difficile d'en ajouter sur le comportement routier de cette nouvelle venue. Dans l'ensemble, tout a été amélioré et cela se traduit par une conduite plus homogène et plus agréable, peu importe la vitesse. Les freinages sont plus efficaces, les passages de rapport avec la boîte manuelle sont plus précis tandis que la stabilité en virage défie les plus audacieux. S'il y a des critiques, elles portent sur la suspension active qui réagit parfois avec un peu de retard, sur la direction qui est très ferme à haute vitesse et une suspension qui risque de ne pas trop s'accommoder des routes québécoises.

Dans le domaine des voitures de sport, les chiffres de performance parlent. Et dans le cas de la nouvelle 911, une Carrera S est en mesure d'effectuer un tour du circuit du Nürburgring en Allemagne 20 secondes plus rapidement qu'avec une « ancienne » 911 ! Cela veut tout dire à propos de cette nouvelle génération.

Enfin, malgré l'arrivée de ces nouveaux produits, la plupart des autres modèles Carrera 4, Carrera4S et les versions turbo des coupés et cabriolets demeurent au catalogue ainsi que les GT2 et GT3.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires