Ford F-150, la sagesse de l'expérience

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

L'année dernière, Ford dévoilait le véhicule le plus important de son histoire, la nouvelle camionnette F-150. Affligé par de sérieuses difficultés au chapitre des ventes, il était important que le véhicule le plus vendu au monde connaisse les succès anticipés afin de ne pas aggraver la situation. Inutile d'insister sur le fait que ce constructeur a fait appel à toutes ses ressources techniques afin de ne pas manquer la cible.

Le résultat de tous ces efforts est impressionnant sur le plan technique avec un châssis tout nouveau constitué de pièces formées par pression hydraulique, de longerons fermés et d'une suspension arrière redessinée. Dans le but d'améliorer la stabilité arrière, ressorts et amortisseurs ont été placés à l'extérieur du châssis tandis que la suspension avant des modèles 4X4 est maintenant à ressorts hélicoïdaux comme sur les versions 4X2.

Aucun effort n'a été épargné pour permettre à cette camionnette de ne céder en rien à la concurrence en fait de solidité, de rigidité et de raffinement technique. Le moteur V8 4,6 a été retenu. Ses 231 chevaux sont en mesure de satisfaire les besoins de bien des utilisateurs. Toutefois, puisqu'il s'agit d'un outil de travail pour plusieurs et d'un véhicule de remorquage pour d'autres, il est souvent nécessaire d'avoir plus de puissance. Dans ce cas, il suffit de choisir le moteur V8 5,4 litres dont les 300 chevaux et les 365 lb/pi de couple permettront de remorquer une charge de plus de 9 000 livres. Il faut cependant déplorer le fait que ces deux moteurs ne puissent être commandés avec une boîte automatique à cinq rapports. Parmi les autres limites sur le plan de la mécanique, cette camionnette est seulement équipée d'un rouage 4X4 à temps partiel. Il n'est donc pas possible de rouler sur une chaussée sèche en mode quatre roues motrices. Bonne nouvelle cependant, un moteur V6 est disponible en 2005.

Tous les changements apportés au châssis et à la carrosserie ont également des effets bénéfiques en fait de sécurité passive puisque cette camionnette s'est méritée de bonnes notes lors des tests de collision frontale et latérale.

Trois cabines

Toujours dans son désir d'améliorer et d'innover, l'équipe chargée du développement de la F-150 a décidé d'abandonner la cabine habituelle. En fait, ils l'ont allongée de 10 cm afin de pouvoir offrir un espace de rangement derrière la banquette avant. C'est pratique, ingénieux tout en ne réduisant pas la longueur de la boîte de chargement. Pour plusieurs qui n'ont que faire d'une cabine allongée, c'est une réponse intelligente.

Parmi les autres astuces, la porte de chargement à battant de la boîte est dotée d'une barre de torsion qui réduit de plus de 75 % la force nécessaire pour la soulever. Par contre, si le fait d'avoir augmenté la hauteur de la boîte de chargement de 5,8 cm permet d'augmenter le volume de charge, il représente par ailleurs un obstacle supplémentaire à l'air, ce qui doit avoir une certaine influence sur la consommation de carburant.

Place au design !

Le modèle de la génération précédente possédait une silhouette plutôt futuriste tandis que son habitacle était très classique en fait de design. Cette fois, les lignes de la carrosserie sont plus équarries, plus sages et moins stylisées. L'imposante grille de calandre en met plein la vue et accentue le caractère robuste de cette camionnette. La vraie nouvelle se trouve dans la cabine alors que la présentation surpasse de loin tout ce que la concurrence peut offrir. Vous me direz que le Nissan Titan se défend bien à ce chapitre, mais on n'y retrouve pas la diversité des trois tableaux de bord proposés par ce Ford. Sur la version Lariat du Super Cab, il est difficile de trouver à redire tant les éléments de la planche de bord sont stylisés et harmonisés l'un par rapport à l'autre. De plus, les matériaux choisis sont de première qualité. Même chose pour les sièges avant qui semblent empruntés à une berline de luxe. Et ils sont également confortables. Il faut aussi souligner la possibilité d'enclencher, sur le pavillon, un module de rangement pouvant être glissé de l'arrière vers l'avant.

Cette débauche de raffinements esthétiques et mécaniques se traduit par un véhicule qui nous donne l'impression d'être un dur de dur déguisé en habit de soirée. Malgré ces qualités, ses dimensions extérieures le rendent lourdaud dans la circulation urbaine tandis qu'il faut beaucoup de place pour le stationner. En comparaison, le gros Nissan Titan est plus agile. Par contre, pour les gros travaux, le F-150 est toujours à la hauteur de la tâche.

Somme toute, après un an sur le marché, le nouveau F-150 a démontré que Ford n'avait pas perdu sa touche magique lorsque vient le temps de développer une nouvelle camionnette.

Et si cette puissance et cette robustesse ne sont pas suffisantes pour vos besoins, en 2005, la gamme Super Duty est plus costaude que jamais. C'est ainsi que la capacité de remorquage du F-350 a été portée à 17 000 livres. Pour ce faire, le châssis a été renforcé tandis que le système de freinage est plus puissant avec des disques plus grands et des étriers plus costauds. Cette capacité est rendue possible grâce à la présence sous le capot du moteur V10 6,8 Triton dont les 355 chevaux permettent d'envisager des travaux lourds sans ennuis.

Finalement, Ford n'a rien ménagé pour que sa division des camionnettes soit un facteur important du retour de ce constructeur sur le chemin de la rentabilité.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires