Mitsubishi Galant, un rôle déterminant

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2004

La compagnie Mitsubishi est présente au Canada depuis plusieurs mois maintenant, mais les chances que vous ayez croisé une Galant sur la route restent rares. Malgré la popularité de la catégorie, cette berline intermédiaire est passée pratiquement inaperÇue. Et pour réussir en Amérique, il faut connaître du succès dans ce créneau, le plus animé du marché. À l'exception bien entendu du Québec où les compactes dominent. Quoi qu'il en soit, la direction de Mitsubishi fonde beaucoup d'espoirs sur l'arrivée de cette nouvelle génération de la Galant. D'autant plus que celle-ci est spécifiquement conÇue pour répondre aux attentes des automobilistes d'ici.

Comme Honda, Nissan et Toyota, Mitsubishi ne tente plus d'adapter un modèle japonais aux attentes des Nord-Américains. La nouvelle génération est spécifiquement destinée à notre marché avec ses dimensions adaptées à nos besoins. Ce qui explique sans doute pourquoi la Galant 2004 est plus longue de 7 cm et plus large de 9 cm tandis que son empattement a été allongé de 11 cm. Pas besoin d'être un ingénieur chevronné pour conclure que le niveau de confort sera haussé sous tous les aspects tandis que le fait d'allonger l'empattement assure des places arrière plus confortables.

Toujours au chapitre du confort, il a été démontré plus d'une fois qu'une plate-forme très rigide permet d'utiliser des amortisseurs plus souples sans nuire pour autant à la tenue de route. Celle de la Galant est sensiblement la même que celle de l'Endeavor et se révèle au moins deux fois plus rigide en torsion et en flexion que le modèle précédent. La suspension avant est à jambes de force MacPherson qui sont reliées à la carrosserie par des membres transversaux en acier très rigide. Cela a pour but de réduire considérablement le sautillement du train avant sur mauvaise route et les déflections latérales dans les virages.

Comme il se doit, la suspension arrière est indépendante et de type à leviers multiples. Cette suspension est très compacte et basse afin d'optimiser la capacité de chargement du coffre à bagages. Bien entendu, un sous-châssis à l'avant permet de mieux isoler le moteur et de réduire les vibrations et le bruit.

Des lacunes corrigées

L'ancienne Galant montrait des déficiences sous plusieurs aspects, mais sa principale faiblesse était son moteur quatre cylindres de 2,4 litres qui était essoufflé, même avant de démarrer. Pour remédier à cela, les ingénieurs ont complètement redessiné ce moteur tout en lui greffant un système de calage des soupapes continuellement variable et de multiples améliorations aux éléments internes. À part la cylindrée, tout a été remplacé ou presque et la puissance est dorénavant de 160 chevaux, un gain de 20 chevaux par rapport à l'édition 2003. Soulignons que cette version du moteur 2,4 litres sera également utilisée cette année dans l'Outlander, ce qui viendra, là aussi, corriger la plus importante lacune de ce modèle.

Ce moteur 2,4 litres ne peut être commandé avec une boîte manuelle, tout comme le moteur V6 3,8 litres. Mais ce dernier est associé à une boîte automatique à quatre rapports de type Sportronic qui permet de passer les rapports en mode manumatique. Plusieurs auraient sans doute préféré une boîte automatique à cinq rapports, mais il faudra patienter encore. Selon un porte-parole de Mitsubishi, cela pourrait être possible en 2006. Ce moteur V6 a également été modifié. Sa puissance est maintenant de 230 chevaux, un bond de 40 chevaux par rapport à l'édition 2003.

L'une des autres faiblesses de cette Mitsubishi était une silhouette anonyme et un habitacle trop générique. Les stylistes ont planché fort pour donner à cette nouvelle Galant une allure plus moderne et ils ont réussi dans l'ensemble. Les passages de roues en relief, les phares de route très stylisés et une partie arrière rehaussée par des feux imposants lui permettent de sortir de l'anonymat. Par contre, je m'érige en faux contre la calandre à deux naseaux qui ressemble à celle des Pontiac et qui vient enlever quelque peu d'originalité à la présentation.

Jusqu'à cette année, l'habitacle était « drabe à mort ». Cette nouvelle génération innove avec sa console centrale verticale de couleur titane, parsemée de gros boutons de commandes faciles à identifier et à manipuler. La partie supérieure de cette console abrite un petit écran LCD affichant graphiquement les réglages de la climatisation. Enfin, les cadrans indicateurs sont à fond blanc et lettres noires. Jadis le talon d'Achille de cette Mitsubishi, les sièges avant sont confortables et assurent un bon support latéral tandis que les places arrière conviendront à toutes les tailles.

Sur la route, la nouvelle Galant est une voiture bien équilibrée, possédant une suspension confortable et une bonne tenue de route. Les dizaines de kilomètres parcourus Sur le tracé sinueux utilisé lors de la présentation de la voiture sur la côte ouest américaine nous ont convaincus de ses qualités en virage. Sa stabilité en ligne droite est bonne tandis que la direction n'est pas trop assistée. De plus, le moteur V6 est fort bien adapté à cette voiture et il permet de boucler le 0-100 km/h en moins de 9 secondes. Ce n'est rien d'exceptionnel, mais c'est quand même acceptable pour la catégorie. Par contre, le moteur quatre cylindres est toujours un peu juste en dépit d'une augmentation de sa puissance cette année. Dans certaines côtes, il semblait peiner à la tâche.

Malgré quelques bémols, la nouvelle Mitsubishi Galant est une voiture nettement plus moderne et plus confortable tout en offrant un agrément de conduite digne de la catégorie dans laquelle elle évolue.

Partager sur Facebook
Commentaires