Maserati Coupé GT / Spyder, la renaissance de la marque au trident

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2004

Plus ancienne que Ferrari mais certainement moins célèbre, Maserati est néanmoins aussi italienne que la grande marque de Modène. Victime d'une gestion défaillante pendant de longues années et de passations successives du pouvoir, Maserati renaît de ses cendres en devenant une division de Ferrari, sa grande rivale d'antan.

Plusieurs fois victorieuse en course, notamment aux mains du grand Juan Manuel Fangio (1957) et deux fois aux 500 Milles d'Indianapolis (1939 et 1949), Maserati est née en 1926, avec les voitures de course construites par les frères Carlo, Bindo, Alfieri et Ernesto Maserati. Passant tour à tour entre les mains de Citroën (1968), De Tomaso (1975), Chrysler (1984), puis Fiat, Maserati aboutit finalement chez Ferrari en 1997 à qui le grand patron Fiat confie le mandat de faire revivre la marque au trident.

De ce mariage de raison naît en 1998 la Maserati 3200 GT proposée aujourd'hui en deux versions : coupé GT et spyder. ?uvre de la maison ItalDesign du styliste Giugiaro, la Maserati du renouveau affiche une ligne intéressante, notamment de l'avant qui évoque les 3500 GT signées Touring dans les années 1960. À l'arrière, par contre, le dessin est moins heureux. Il a dû d'ailleurs être remanié pour éliminer les feux en forme de boomerang qui ont suscité pas mal de critiques lors du dévoilement du premier modèle. Plus classique mais sans éclat, l'arrière ressemble aujourd'hui au postérieur de l'ancienne Honda Prelude. Pas laid, mais rien de spécial non plus.

Le cuir italien à profusion

Quant à l'habitacle, il est digne de la renommée de Giugiaro et sa finition tout en cuir fait honneur au savoir-faire des artisans italiens du cuir. Bien calé dans les sièges baquets enveloppants, on ne peut qu'apprécier l'effet de ce tableau de bord aux nombreux instruments et commandes circulaires. L'équipement moderne comprend l'ordinateur de bord avec système audio et climatisation automatique intégrés, la navigation par satellite étant disponible moyennant supplément. Aussi en option, les sièges chauffants, les phares au xénon avec lave-phares escamotables et les détecteurs de recul. Évidemment, au prix de la belle, on pourrait penser que ce type d'équipement serait offert de série, mais ce n'est pas le cas?

Outre le style, une italienne, c'est aussi et surtout une mécanique. Et là, la Maserati ne déÇoit pas, car le V8 de 4,2 litres en alliage léger et quatre arbres à cames en tête est un bijou de mécanique qui livre la bagatelle de 390 chevaux et 333 lb-pi de couple. Doté d'une sonorité tout à fait apte à provoquer des frissons chez les amoureux de la chose, le superbe V8 vaut à lui seul le déplacement et autorise des chronos remarquables. Précisons à cet effet que ce moteur est une création Maserati que l'on retrouvera dans la future Ferrari Modena, tandis que la boîte Cambiocorsa à commande par palettes de type F1 provient, elle, de chez Ferrari? Pour les inconditionnels du traditionnel levier, la Maserati est évidemment livrable avec la boîte manuelle à 6 rapports qui, à bien y penser, est plus facile à vivre pour la conduite de « tous les jours ». En effet, la boîte Cambiocorsa, malgré ses perfectionnements et les performances qu'elle autorise ? sans compter l'effet sex-appeal ?, exige un certain doigté de la part du conducteur-pilote et fonctionne mieux à haut régime que lors d'une balade en ville. J'entends déjà ceux qui vont dire : prenez la Civic pour la balade en ville ! Mais Ça, c'est une autre histoire.

Un spyder à surveiller

Oublions donc la Civic et revenons à la Maserati et aux performances pour préciser que le freinage, confié of course à quatre gros disques Brembo, autorise des décélérations dignes de la belle italienne. Montée sur des roues de 18 pouces chaussées de pneus à taille ultrabasse, la Maserati vous gratifie aussi d'une tenue de route exceptionnelle. Mais attention aux cahots, Ça tape dur. Attention aussi au spyder qui a fait couler beaucoup d'encre lors de son dévoilement à cause du manque de rigidité de la caisse. N'ayant pu faire l'essai d'un spyder plus récent, nous sommes hélas ! incapables de vous dire si Maserati a réussi à renforcer le châssis de son cabriolet. Tout acheteur intéressé devrait donc se faire sa propre idée en exigeant un essai sur routes défoncées. Vous verrez, ce n'est pas difficile à trouver !

Un deux pour un

Toujours au sujet du spyder, précisons que ce modèle est monté sur un empattement plus court étant donné que les deux petits sièges arrière ont disparu pour faire place à la capote qui s'escamote en position ouverte sous un couvercle couleur de carrosserie, tandis que deux arceaux fixes protègent les occupants.

Mécanique noble, carrosserie signée, cuirs de qualité, marque au passé glorieux. Tout Ça, la Maserati vous l'offre pour un prix plus ou moins équivalent à celui d'une Porsche 911 ou d'une Mercedes SL500, et un nettement moins corsé que celui de la cousine autrefois rivale. En fait, pour le prix d'une Ferrari, vous pourriez presque vous payer un coupé GT et un spyder Maserati et épater la galerie sous le soleil et sous la pluie.

Partager sur Facebook
Commentaires