Porsche Boxster / Boxster S, 95 %

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2003

Il est très mal vu, pour un journaliste automobile, d'attribuer une note parfaite à une voiture. Tout simplement parce que la voiture parfaite n'existe pas. Donc, 95 % me semble raisonnable pour la nouvelle Porsche Boxster. C'est aussi le pourcentage de propriétaires de Boxster qui n'exploiteront jamais tout le potentiel de leur monture. Mais, bon, aucune loi n'empêche quiconque d'acheter un véhicule trop grand pour lui. Sinon, on ne verrait que des Kia, Toyota et Buick sur nos routes !

Quoi qu'il en soit, Porsche a renouvelé sa Boxster 2003. Mais sortez votre loupe pour différencier une 2002 d'une 2003. Pourtant, les phares avant, les feux arrière, la partie inférieure des pare-chocs, le déflecteur rétractable ainsi que les entrées d'air placées derrière chaque portière ont subi de très légères modifications esthétiques et aérodynamiques. Le toit souple redessiné reÇoit désormais une vitre en véritable verre. Ça semble une petite innovation pour l'humanité, mais il s'agit d'un grand pas pour Porsche ! Lorsqu'il est fermé, ce toit ne dépare pas vraiment la jolie ligne de la Boxster et il ne s'avère pas trop bruyant. Par contre, si la voiture est à l'arrêt et que le soleil se pointe le moindrement, il n'est pas long que la suffocation fasse son ?uvre.

À l'intérieur, quelques changements esthétiques dont, autre grand pas pour Porsche, un porte-verres à l'allure fragile et un coffre à gants, éclairé et verrouillable s'il vous plaît ! Les commandes de la climatisation ont été déplacées et un système de navigation est désormais offert moyennant la bagatelle de 3 690 $. À ce prix-là, j'aime mieux me perdre à l'occasion !

Davantage de modifications esthétiques auraient été bénéfiques pour distancer la Boxster de son éternelle rivale, la BMW Z4. Mais les ingénieurs de Porsche ont préféré consacrer leurs efforts à améliorer ce qui se trouve sous la carrosserie. Comment leur en vouloir ? Les deux moteurs ont gagné en puissance et en couple, eux qui en possédaient déjà pas mal ! Le 6 cylindres à plat 2,7 litres de la Porsche Boxster « de base » (une dénomination qui fait sourire !) développe 228 chevaux pour un couple (le « torque », comme on dit) de 192 lb-pi. L'engin de la Boxster S, pour une cylindrée de 3,2 litres, offre 258 chevaux et un couple de 229 lb-pi à 4 500 tr/min dont 80 % disponible dès 2 000 tr/min. Ça, c'est du couple ! Plusieurs changements internes, particulièrement en ce qui concerne le système de gestion des soupapes, ont permis ces améliorations et une légère diminution de la consommation d'essence.

Le moteur de la Boxster est accouplé à une transmission manuelle à 5 rapports tandis que la S a droit à 6 rapports. Dans les deux versions, une transmission automatique avec Tiptronic est offerte en option à 4 500 $. Et même à ce prix-là, on la dit frustrante à utiliser ! Dans les deux cas, les suspensions se ressemblent mais, puissance et noblesse obligent, les éléments de la S sont un peu plus robustes. Même remarque pour les freins qui, peu importe le modèle, s'avèrent d'une exceptionnelle efficacité. Quant aux pneus, seule la « de base » peut être équipée de vulgaires petites semelles de 16 pouces. Heureusement, des jantes de 17 pouces ou 18 pouces sont offertes. Pour 2003, les gens de Michelin ont étroitement travaillé avec ceux de Porsche pour présenter un Pilot nouveau, plus efficace et moins bruyant malgré un design assez banal. La durabilité d'un pneu dans ce créneau ultrasportif semble le dernier souci des ingénieurs et, sans doute, des propriétaires? qu'on peut, sans trop se tromper, diviser en deux parties. Les purs et les riches : 5 % contre 95 %

Chers 5 %

Ô puristes qui avez suivi avec succès un cours de pilotage et qui pouvez compter sur un compte de banque à l'avenant, sachez que, poussée à ses limites dans une longue courbe, la Boxster roulant sur des pneus de 18 pouces affiche un léger sous-virage. Bien entendu, votre potentiel vous aura permis de déconnecter l'antipatinage, cet inutile accessoire (pour vous). Les freins font preuve d'une extraordinaire efficacité et après un freinage extrême, vérifiez si vous avez encore toutes vos dents.

Aussi, quelle que soit la violence de la décélération, la voiture demeure d'une stabilité extraordinaire. La direction hyperprécise permet de placer la Boxster au iota près et la puissance et le couple de la S (quoi d'autre pour un « vrai » ?) sont toujours là que ce soit pour vous aider à négocier une sortie de courbe ou pour dépasser un véhicule plus lent (vous verrez, ils le sont tous). La position de conduite ne cause vraiment aucun problème et les sièges en cuir vous maintiennent bien en place. Quelques tours de piste du nouveau circuit Mont-Tremblant réalisés aux côtés d'un instructeur de pilotage lors du lancement de la Boxster 2003 à la fin d'août me permettent d'attester de ces informations. Chers 95 % Bon. Vous êtes mortel, possédez de l'argent et aimez l'automobile. Vous optez pour une Boxster, ce qui est tout à votre avantage. Vous aurez droit à une superbe voiture, étonnamment confortable, même chaussée d'immenses pneus de 18 pouces. La finition intérieure est digne des meilleures allemandes et seul le fonctionnement de l'appareil radio m'est apparu trop complexe. Il est toutefois possible d'opter pour un système Bose que l'on dit performant à souhait. Les deux coffres (un à l'avant, l'autre à l'arrière) s'avèrent assez coopératifs quoiqu'il puisse être difficile de déménager un réfrigérateur? Si vous êtes un nouveau riche, voici quelques conseils. Ne cherchez pas le moteur : on y accède par le dessous du véhicule. Ne mettez pas votre doigt dans votre nez lorsque vous attendez le feu vert. Ça peut toujours passer inaperÇu dans une Malibu mais pas au volant d'une Boxster, surtout si le toit est baissé !

Des deux Boxster, la S s'avère indéniablement la plus intéressante pour l'amateur de performances. Mais la Boxster « de base » n'est pas à dédaigner non plus. En particulier pour les 13 000 $ d'économie à l'achat !

Partager sur Facebook
Commentaires