Mazda 6, de figurante à superstar

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2003

Connue jusqu'ici sous le nom de 626, la berline de taille moyenne de Mazda change cette année de dénomination et profite de la circonstance pour faire peau neuve. Après s'être contentée d'un rôle obscur de figurant dans la catégorie des intermédiaires, Mazda compte sur la nouvelle 6 pour se hisser au haut de l'affiche. Compte tenu qu'elle aura à lutter contre des vedettes solidement établies comme la Honda Accord, la Nissan Altima et la Toyota Camry, la 6 n'aura pas la tâche facile. En revanche, elle nous arrive précédée d'un concert de louanges que lui a décernées la presse européenne qui la considère comme une Alfa Romeo? en mieux.

Le compliment est de taille quand on sait que la marque italienne jouit d'une excellente réputation sur le vieux continent et qu'elle propose des voitures esthétiquement très soignées et d'un agrément de conduite indéniable. Ce n'est peut-être pas un hasard si Mazda avait choisi l'Italie et la ville de Rome comme site de l'avant-première de la nouvelle 6. Pourtant, on a surtout fait référence à des voitures allemandes (la Passat et la Série 3 de BMW, notamment) dans la nomenclature des modèles concurrents. Quoi qu'il en soit, il est clair que l'on a voulu s'inspirer de ce que l'Europe a de mieux à offrir dans la conception de la Mazda 6 qui fait carrière au Japon sous le nom d'Atenza. Comme GM l'a fait avec sa récente Cadillac CTS, les ingénieurs de la firme japonaise ont d'ailleurs procédé à sa mise au point en sol européen.

La 6 est nouvelle de A à Z. Elle bénéficie d'une plate-forme inédite et d'une toute nouvelle famille de moteurs incluant un 4 cylindres de 2,3 litres à allumage séquentiel développant 160 chevaux et un V6 3 litres de 220 chevaux.

Un retour aux sources

Cette nouvelle Mazda est d'une importance capitale pour la firme d'Hiroshima qui doit pouvoir compter sur un modèle de grande diffusion dans la catégorie la plus importante du marché nord-américain. Mazda a besoin d'une voiture qui sera en mesure de lui assurer un plus haut taux de loyauté lorsque les très nombreux utilisateurs d'une Protegé seront prêts à faire le saut vers la catégorie supérieure. Pour atteindre cet objectif, Mazda a d'abord fait un petit examen de conscience qui lui a permis de constater que la marque avait dévié de sa trajectoire originale au cours des dernières années en n'accordant pas suffisamment d'importance à l'agrément de conduite. « Nous avions perdu notre identité et nous avons payé pour nos erreurs », a admis Mark Fields, le président de Mazda, lors de l'avant-première de la 6. La Protegé et maintenant la Mazda 6 constituent une sorte de retour aux sources pour une compagnie qui aimerait bien être reconnue comme l'équivalent japonais de BMW. Si bien que, par ses dimensions, la 6 se rapproche davantage de ses rivales européennes que japonaises. Légèrement plus court qu'une Camry, une Altima ou la récente Honda Accord, son format est l'équivalent de celui d'une Volkswagen Passat.

La carrosserie s'en remet au même type d'architecture que la Protegé avec une structure appelée Triple H qui se compose de longerons et de poutrelles en forme de H incorporé au plancher, au pavillon et aux côtés du véhicule. En plus d'offrir une protection optimale des occupants en cas d'accident, cette structure contribue à la rigidité du châssis et, conséquemment, à un meilleur comportement routier.

Le châssis ne lésine pas non plus sur les moyens. La suspension avant mise sur une paire de leviers triangulaires transversaux tandis que le train arrière est contrôlé par un essieu multibras à roues indépendantes assisté d'une barre antiroulis. Quant au freinage, il est assuré par des disques, ventilés à l'avant et pleins à l'arrière.

Deux moteurs, trois carrosseries

La première Mazda 6 à faire son apparition sur le marché nord-américain en janvier 2003 et comme modèle 2004 sera la berline quatre portes qui sera suivie, quelques mois plus tard, de la version hatchback et de la familiale. Ces lancements décalés sont d'autant plus étonnants que tous les journalistes présents à l'avant-première ont trouvé que la hatchback et la familiale démontraient une plus grande originalité que la berline. Avec sa ligne impersonnelle, cette dernière passe facilement inaperÇue, bien que le dessin de la partie arrière soit particulièrement réussi.

Des deux moteurs proposés, Mazda affirme que le 4 cylindres sera le choix de 70 % de la clientèle tandis que l'autre 30 % optera pour le V6. Même s'il concède 60 chevaux au V6, le 4 cylindres de 2,3 litres a fait l'objet d'une attention particulière et il a été conÇu afin d'offrir la majeure partie de sa puissance et de son couple à bas régime. Les ingénieurs de Mazda se sont aussi particulièrement attardés à son insonorisation. La réduction du bruit passe notamment par l'utilisation d'un carter d'huile et d'un couvercle d'arbres à cames en aluminium. En plus, ce 4 cylindres a été doté d'arbres d'équilibrage visant à lui assurer une plus grande douceur de fonctionnement. Une boîte manuelle à 5 rapports est offerte avec les deux moteurs tandis que la transmission automatique possède 5 rapports avec le V6 et 4 seulement avec le 4 cylindres.

Prise 1 : Un 4 cylindres à l'italienne

Mon premier essai de la Mazda 6 s'est déroulé au volant de la version à moteur 4 cylindres lors de son lancement dans la région de Rome, à travers le petit village de Talfa et autour du lac de Bracciano. J'ai surtout été impressionné par le faible niveau sonore de la voiture qui, même aux environs de 200 km/h, reste d'une remarquable discrétion. À une telle allure, la 6 étonne aussi par sa grande stabilité. Chaussée d'énormes pneus de 17 pouces, elle est littéralement rivée à la route et il m'a fallu pousser très fort pour que l'arrière consente à décrocher un brin, au grand plaisir de mon photographe. En tout temps, la voiture démontre une belle maniabilité et elle ne succombe jamais à un roulis exagéré en virage. Malgré ses 160 chevaux, le moteur manque un peu de souffle, surtout quand vient le temps de doubler un autre véhicule. On devine que le châssis a été fignolé pour une plus grande puissance et j'étais impatient de prendre le volant de la version à moteur V6.

À l'intérieur, la Mazda 6 est particulièrement spacieuse et les places arrière offrent un dégagement exceptionnel, que ce soit au niveau des jambes ou de la tête. On trouve pas moins de sept espaces de rangement dans l'habitacle et le coffre à bagages est l'un des plus volumineux dans les voitures de ce format. Une belle astuce est la présence de leviers à l'intérieur du coffre qu'il suffit de tirer pour voir se rabattre chacune des deux parties (60-40) du dossier de la banquette arrière.

Les sièges, en dépit d'un rembourrage ferme, sont confortables et on trouve rapidement la position de conduite idéale. Précisons que les appuie-tête d'un type nouveau ont été rapprochés pour diminuer les dangers de coup de lapin en cas de collision par l'arrière. Grâce à un pare-brise quasi panoramique, la visibilité est exceptionnelle vers l'avant et ne souffre pas d'angle mort gênant vers l'arrière.

Prise 2 : Un V6 au Québec

Un deuxième essai d'une Mazda 6 à moteur V6 et boîte manuelle 5 rapports réalisé au Québec m'a permis de découvrir la vraie nature de cette nouvelle venue. Encore une fois, le châssis s'est mis en évidence par son impeccable rigidité et l'absence totale de petits bruits agaÇants sur nos routes en piètre état. Ces mêmes revêtements n'ont jamais non plus perturbé le confort et cela en dépit de la présence de pneus à profil relativement bas. Une belle surprise aussi est l'absence quasi totale d'effet de couple dans la direction : il n'y a pas de rappel brutal du volant en forte accélération. À la fois douce et précise, cette direction est à l'origine d'une grande maniabilité et la voiture se montre particulièrement agile dans des man?uvres de slalom. Phénomène rare pour une traction, le sous-virage est quasi inexistant et s'il a eu l'occasion de se manifester, il suffit de relâcher un peu l'accélérateur pour que la voiture retrouve la trajectoire idéale en courbe.

Par son excellent châssis, son freinage rassurant et sa direction bien dosée, la 6 ne demande qu'à jouer les berlines sport. Son moteur ne lui permet pas toutefois d'assumer parfaitement une telle vocation. Le V6 n'est pas dépourvu de qualités et l'on appréciera notamment que la puissance et le couple se situent à l'intérieur de la plage d'utilisation la plus couramment utilisée par l'usager moyen. À bas et moyen régime, il se défend honorablement mais semble moins expressif à haut régime, disons passé les 5 500 tr/min. En somme, une vingtaine de chevaux de plus lui feraient grand bien et permettraient d'améliorer les reprises. Le V6 se distingue par ailleurs par sa souplesse, sa douceur de fonctionnement et, surtout, par son très faible niveau sonore. Quant à la boîte manuelle, notons que même les débutants n'auront aucun mal à déplacer le levier de vitesses tellement son guidage est précis.

À l'intérieur, ajoutons aux commentaires déjà formulés la présence d'un joli petit volant à trois branches à double réglage aussi agréable au regard qu'au toucher. Sans être d'une grande originalité, le tableau de bord fait de petits efforts pour se faire remarquer avec ses deux cadrans cerclés de chrome et, surtout, une console centrale peinte en gris pour évoquer le titane. Les aérateurs circulaires à volets orientables de type persiennes rehaussent une présentation qui, dans l'ensemble, aurait gagné à être un peu plus relevée.

Ainsi, la petite bande style fibre de carbone au-dessus du coffre à gant passe totalement inaperÇue. Un peu de bois (vrai ou simili) ici et là aurait contribué à rendre l'habitacle plus chaleureux. Et je me serais passé de la maudite béquille qui tient le capot avant ouvert.

Avec la nouvelle 6, Mazda s'est donné une voiture qui est incontestablement l'une des tractions les mieux réussies sur le marché, principalement sur le plan du comportement routier. Chose certaine, elle permettra à la marque japonaise de jouer autre chose qu'un rôle de figurant dans la catégorie des berlines de format moyen et de conserver la clientèle satisfaite qui a fait confiance à la Protegé5. Qui sait si elle ne deviendra pas la superstar de sa catégorie ?

Partager sur Facebook
Commentaires