BMW Série 7, la puissance et la gloire

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Il n'y a pas à dire, la résistance au changement est une réaction incontournable, même de la part de personnes qui se targuent d'avoir l'esprit ouvert, et d'être réceptifs aux nouveautés technologiques. À preuve, les manifestation du public, et même (sinon surtout) des inconditionnels de la marque lors du lancement de la dernière Série 7, qui, loin de se porter à sa défense, criaient presqu'à l'hérésie.

Il faut dire que si on la compare à sa devancière, elle dérange, autant extérieurement avec sa ligne de coffre qui semble mal intégrée, que techniquement, avec son complexe système iDrive. Si vous voulez, faisons tout de suite le point sur ce dernier; ceux qui sont incapables de le comprendre ne s'en donnent pas vraiment la peine, et devraient tout simplement cesser d'en faire un plat. Peu de systèmes permettent de faire autant de réglages sur une voiture, et il ne faut pas s'attendre à ce qu'on y arrive avec deux ou trois « pitons ». Quant à sa ligne, sans vouloir alimenter davantage la controverse, disons qu'elle pourrait être aussi différente, mais plus réussie. Personnellement, j'oublie vite le couvercle de malle, lorsque je la vois rouler des épaules sur ses impressionnantes jantes de 19 pouces, du calibre de celles qui équipaient en option ma monture, une 745Li.

Un airbus roulant

Car, chaussée de compétents Michelin Pilot Premacy, cette grosse berline peut donner des leçons de comportement à tout ce qui roule, ou presque. Un peu paresseuse en mode normal, - on dirait que le moteur monte lentement en régime et que la boîte est un peu lymphatique - elle s'ébroue en mode sport (activé par le iDrive) et vous surprend par son agilité, sans que le confort des suspensions ne se dégrade outre mesure. Avec toutes les aides à la conduite, particulièrement le contrôle électronique de stabilité DSC III unifiant les effets de l'antipatinage, du freinage sélectif en virage, et de la répartition du freinage, le conducteur a l'impression d'être aux commandes d'un Airbus. Il devra surveiller assidûment le compteur s'il veut conserver son permis de conduire. Pour l'anecdote, mon frère qui croyait rouler à 110 km/h au volant d'une 760Li réalisa avec stupéfaction qu'il faisait du rase-mottes à 160 km/h. C'est magique ! Surtout que les limites de l'adhérence semblent s'estomper progressivement avec la vitesse, sauf l'hiver, où rien ne remplace une bonne traction intégrale. Elle se laisse bien distraire parfois par les profondes ornières, mais conserve la plupart du temps sa trajectoire.

Dans un silence de chambre acoustique, lorsque les lourdes portières à la fermeture assistée (en option dans les 745) s'appuient contre leur cadre, les occupants se retrouvent entourés de matériaux extrêmement valorisants, parfaitement accostés, dégageant une atmosphère où la fantaisie semble absente, sévère même, malgré la présence de quelques appliques de bois précieux. On se cale pour prendre appui dans de magnifiques fauteuils à l'avant, ajustables vraiment dans tous les sens,(le dossier s'articule horizontalement en son milieu !) mais les commandes situées sur les côtés de la console centrale sont inutilement compliquées.

La main de dieu
La banquette postérieure de la 745i au châssis court (belle antinomie) offre déjà amplement d'espace aux occupants, et ceux qui ont le bonheur de monter dans une des « L » profitent de son empattement allongé de 14 centimètres. En dépit de ces gigantesques cotes, le passager du milieu voudra rapidement tirer à la courte paille pour tenter d'imposer la dure assise à ses compagnons de route. La liste des équipements pourrait noircir quelques pages du Guide, particulièrement celle de la 760Li qui vous donne un peu le vertige. Pensez à tout ce que vous pouvez imaginer, et elle vous surprendra encore. En fait, les seules options concernent la climatisation indépendante derrière, avec « l'indispensable » petite glacière dans l'appuie-bras central du dossier (pour aller à la pêche sans doute), et le régulateur de vitesse avec sonar, qui tient compte de la circulation environnante. Pour les versions 745, il faut verser un supplément pour avoir droit à l'ensemble « Sport » comprenant entre autres les roues de 19 pouces et la suspension plus ferme, l'ensemble « Multimédia » avec l'écran DVD à l'arrière, ou l'ensemble « Exécutif » avec ses sièges chauffants, ventilés, masseurs, tendus d'un cuir presque vivant, et d'autres équipements dont la plupart d'entre nous ne penseraient même pas retrouver dans une voiture.

La Série 7 intimide son pilote par l'originalité et l'inutile complexité de certaines de ses commandes. Par exemple, pour le démarrage, il faut impérativement, et selon cette séquence, introduire l'espèce de clef magnétique dans son petit réceptacle, appuyer sur la pédale de frein, et presser le bouton « Start ». Aussi, le petit levier pour sélectionner électriquement les vitesses semble bien fragile, et son maniement demande concentration. Ce n'est pas ce que j'appelle « le progrès ». Mais les performances des moteurs, particulièrement le glorieux V12, vous font rapidement occulter ces détails. Quel merveilleux sentiment de puissance lorsqu'on appuie à fond sur l'accélérateur, et qu'on ressent la « main de Dieu » vous donnant une immense poussée dans le dos !

J'avoue éprouver une certaine fascination envers une telle machine, capable de performances hors du commun en tout confort, sans jamais donner l'impression de « transpirer ». En dépit des critiques souvent légitimes, je suis d'avis que les ingénieurs de Munich peuvent être fiers de leur oeuvre, même si des rumeurs de changements assez substantiels alimentent l'actualité automobile.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires