BMW Série 6 2011: En attendant la relève

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Pour BMW, la Série 6 désigne une voiture de niche, les ventes mondiales de ce modèle ne s’élevant qu’aux alentours de 20 000 unités par année. Mais la Série 6 représente également une très belle opportunité de réaliser des marges de profits plus qu’intéressantes pour le constructeur bavarois qui peut développer à peu de frais ce qui est essentiellement un modèle dérivé de la berline de Série 5 pour ensuite le vendre à un prix nettement supérieur.

La Série 6 est proposée en deux versions : rapide et très rapide… Nous faisons évidemment référence ici à la 650i dont le moteur déballe 360 chevaux et à la M6 qui en livre 500. Incidemment, ces deux versions sont livrables en coupé ou en cabriolet qui est cependant équipé d’un simple toit souple à commande électrique, plutôt que d’un toit rigide-rétractable, ce qui étonne un peu compte tenu du prix de plus de 105 000 dollars demandé pour la 650i Cabriolet, sans parler du prix supérieur à 133 000 de la M6 Cabriolet. De plus, le modèle Cabriolet avec le toit en place n’est pas aussi élégant que le Coupé, en plus de présenter une lacune très prononcée au niveau de la visibilité vers l’arrière. Ce qui est particulièrement frappant avec la Série 6, c’est de constater jusqu’à quel point le gabarit de la voiture est imposant et l’espace intérieur est limité, surtout aux places arrière où des adultes se retrouvent avec un dégagement très serré pour les jambes.

Vocation Grand Tourisme

Peu importe qu’il s’agisse de la 650i ou de la M6, la vocation première de la Série 6 est celle d’une voiture Grand Tourisme plutôt que d’une authentique sportive. Oui, les moteurs sont performants à souhait et les boîtes de vitesse sont bien adaptées, mais la Série 6 demeure une voiture au gabarit imposant et dont le poids est très élevé, et ces deux éléments doivent être pris en compte lors de la conduite sportive.

Lorsque la M6 est poussée à la limite sur circuit, il est relativement facile de la mettre en dérive et de faire s’évaporer en fumée les pneus Pirelli P Zero Corsa, grâce à la puissance élevée livrée par le V10 qui ne demande qu’à atteindre sa limite de révolutions de 8 250 tours-minute.

Sur circuit, la performance de toute voiture se réduit essentiellement à son rapport poids-puissance et, dans le cas de la M6, celui-ci est plus favorable que celui de la berline M5, le coupé étant plus léger de 45 kilogrammes. Cette réduction de poids s’explique notamment par le toit fixe en plastique renforcé de fibre de carbone qui permet également d’abaisser le centre de gravité de la voiture. Par ailleurs, le coupé M6 fait aussi un grand usage de matériaux légers comme l’aluminium pour la réalisation de la partie avant, du capot et des portières, ainsi que pour les suspensions. De plus, les panneaux de carrosserie latéraux et le couvercle du coffre sont en plastique renforcé de fibre de verre. Le résultat, c’est que la M6 dispose ainsi d’un rapport poids- puissance phénoménal de 3,37 kilos par cheval-vapeur (3,5 pour la berline M5). Malgré tous ces efforts, il faut tenir compte des dimensions généreuses de la voiture dont le poids atteint tout de même les 1 710 kilos, ce qui fait que la M6 a tendance à adopter un comportement sous-vireur lorsque ses limites sont atteintes sur circuit et lorsque le système de contrôle de la stabilité est désactivé.

Inspiration Concept Gran Coupe

Au moment d’écrire ces lignes, il appert que la nouvelle génération de la Série 6 sera présentée en grande première au Mondial de l’Automobile de Paris. 2011 marquera donc une transition importante pour ces coupés et cabriolets de prestige à quatre places qui arriveront au pays en cours d’année, possiblement en tant que modèles 2012. Dans le cas de la nouvelle génération de la Série 6, tout indique que BMW retiendra l’approche qui a fait ses preuves dans le passé, c’est-à-dire que le nouveau modèle empruntera plusieurs éléments importants à la berline de Série 5, et que la nouvelle Série 6 poursuivra la récente tradition en étant déclinée à la fois en coupé ainsi qu’en cabriolet à toit souple.

Par la suite, BMW pourrait poursuivre sur sa lancée et en décliner d’autres variantes comme un coupé à quatre portes, qui pourrait s’appeler Série 6 GT comme la récente variante Grand Turismo de la Série 5, et qui émulerait le style de la CLS de Mercedes-Benz ou la prochaine A7 d’Audi, un scénario évoqué par la présentation du Concept Gran Coupe de BMW au récent Salon de l’auto de Pékin.

À en juger par les photos de cette plus récente voiture-concept et celles prises sur le vif lors de tests de prototypes de la Série 6, il devient assez clair que l’ère Bangle est bel et bien révolue chez le constructeur bavarois puisque les lignes adoptées par ces modèles révèlent une nouvelle approche avec un style nettement plus typé. Ainsi, la partie arrière plutôt ronde de la Série 6 qui a vu le jour en 2005 sera remplacée par des lignes plus athlétiques, et le nouveau modèle sera également doté d’un empattement allongé (tout comme celui de la récente Série 5) et de porte-à- faux réduits par rapport au modèle antérieur. Il y a fort à parier qu’une nouvelle M6 fera son entrée suite à l’arrivée de la 6 de nouvelle génération.

Feu vert

Version M6 très performante
Style distinctif
Confort relevé
Offert aussi en
version cabriolet
Disponibilité de la
boîte manuelle

Feu rouge

Gabarit imposant
Habitacle restreint
Prix élevés
Coût des options
Visibilité réduite (cabriolet)

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires