Acura MDX 2010, des détails font la différence

Points forts
  • Excellent rouage intégral
  • Habitacle confortable
  • Bonne tenue de route
  • Finition exemplaire
Points faibles
  • Esthétique controversée
  • Troisième ranmge de sièges
  • Essence Super requise
Évaluation complète

Dans le monde très compétitif de l'automobile, les constructeurs qui ne prennent pas la peine d'améliorer continuellement leurs véhicules se retrouvent dans des situations difficiles. Il faut toujours progresser, raffiner et consolider si on veut connaître du succès. C'est justement ce que fait la division Acura de Honda et la MDX 2010 en est la preuve.

Même si la version de 2009 de ce modèle figurait parmi les meilleures de sa catégorie, elle possédait quand même certaines déficiences au chapitre de la mécanique, notamment une transmission automatique à cinq rapports qui avait de plus en plus de difficultés à faire le poids  face à des modèles concurrents dotés d'une transmission possédant un rapport de plus. En outre, plusieurs chroniqueurs avaient souligné que le calibrage de la suspension était nettement perfectible alors que, face à certaines conditions routières, la MDX se comportait un peu trop comme un camion. Finalement, l'insonorisation n'était pas la meilleure de sa catégorie.

Les ingénieurs se sont mis au travail et ont apporté les correctifs qui s'imposaient. C'est ainsi que la MDX propose cette année une nouvelle boîte automatique à six rapports avec les commandes au volant, tandis que les suspensions ont été améliorées afin d'en assurer un débattement un peu moins brutal et relever le niveau de luxe et de confort de ce véhicule. Finalement, l'insonorisation a également été revue. Mais dans ses efforts de révision la suspension et de la tenue de route, on s'est assuré d'apporter des modifications à la caisse afin de la rendre plus rigide tandis que certains  éléments de suspension ont été remplacés.

Plus de pep, plus de plaisir

Bien entendu, un produit provenant de chez Honda et qui a bénéficié de plusieurs retouches a nécessairement connu une amélioration de son groupe propulseur. En effet, ce constructeur est capable de fignoler de belles bagnoles, mais sa force est certainement  les groupes propulseurs. C'est ainsi que le moteur bénéficie d’un couple plus généreux  tandis que la courbe de puissance a été changée. En outre, de multiples éléments mécaniques ont été révisés afin d'assurer une plus  grande fiabilité et une plus  grande douceur. Et cette nouvelle transmission automatique à six rapports nous propose cinq premières vitesses passablement courtes afin d'optimiser les accélérations et leur linéarité. Quant à la sixième vitesse, c'est une surmultipliée qui a pour mission de réduire le niveau sonore, le régime du moteur et naturellement la consommation de carburant.

En fait ce sont toutes des petites améliorations qui ont un effet fort important quant à l'agrément de conduite et les performances de cette Acura. Même si la consommation de carburant a été réduite par rapport à celle de l'an dernier, les performances sont plus nerveuses et l'agrément de conduite est amélioré en partie à cause d'une servo-direction qui a été revue et qui donne un meilleur feed-back de la route au pilote. Et puisque la suspension est davantage en mesure de gérer les irrégularités de la chaussée et de contrôler le roulis de la caisse en virage, le pilote s’amuse au volant tout en étant en plein contrôle du véhicule.

Il faut souligner que cette tenue de route améliorée n'est pas le fruit du hasard car les ingénieurs de cette compagnie ont passé des heures à parcourir des kilomètres et des kilomètres sur le célèbre circuit du Nürburgring  en Allemagne. Dorénavant, il est possible d'associer les épithètes utilitaires et sport à propos de la MDX. Et il ne faut pas oublier non plus de souligner l'efficacité toutes saison du rouage intégral SH-AWD qui optimise la traction lorsque l'adhérence est moindre et qui sert en même temps de système de stabilité latérale en gérant le couple de façon intelligente.

Elle justifie son prix

Malgré toutes ses qualités techniques et dynamiques, il n'en demeure pas moins que cette Acura n'est pas donnée. Son prix oscille entre 55 000$ et 65 000$ en moyenne et elle doit offrir davantage que de bonnes performances, un temps d'accélération inférieur à huit secondes ainsi qu'une tenue de route prévisible. L'habitacle doit être à la hauteur de la facture. À ce sujet, pas de problème, les matériaux sont de première qualité, la finition sans reproche tandis que les sièges avant avec sellerie en cuir sont confortables et  réglables de toutes les façons possibles ou presque… De plus, ces sièges ne sont pas uniquement confortables, ils permettent d'obtenir une excellente position de conduite grâce à ses réglages multiples. À cela s’associe un volant réglable en hauteur et en profondeur. Détail en passant, le réglage du volant se fait à l'aide de petits moteurs électriques gérés par un bouton placé sur la colonne de direction. Cela ajoute un peu plus au caractère luxueux de cette japonaise à tout faire. Parlant de boutons, cette Acura en est garnie à l'excès. En effet, la console verticale centrale placée sous l'écran de navigation est parsemée de dizaines de boutons et commandes qui ne sont pas toujours placés de façon logique ou ergonomique, et il faut vraiment faire des efforts pour trouver la bonne commande ou le bon bouton, au début tout au moins.

Somme toute, ces multiples retouches et améliorations ont rendu cette Acura plus homogène et plus agréable à conduire. En outre, ses occupants, qu’ils soient assis à l'avant ou sur le siège central arrière jouissent d'un niveau de confort plus qu'acceptable. En fait trois personnes peuvent prendre place sur la banquette arrière sans que la personne qui occupe la position centrale ne soit inconfortable. On ne peut dire la même chose des occupants de la troisième rangée de sièges, puisque c'est un minimum de confort qui les attend.

En terminant, je n'ai pas encore osé parler de l'esthétique de ce véhicule. C'est un sujet délicat car nombreuses sont les personnes qui ne peuvent blairer la partie avant et surtout la calandre avec son appendice central qui est fortement en évidence. Certains la comparent à un décapsuleur, rien de moins. Pour ma part, plus j'en vois, plus je trouve ça correct. Vous allez dire que je n'ai pas de goût, que ma vue n'est plus ce qu'elle était, vous pouvez dire ce que vous voulez mais c’est ce que j'en pense. Et si vous réussissez à passer outre cette présentation avant quelque peu hors normes, vous allez apprécier la MDX.

Partager sur Facebook
Commentaires