Chrysler PT Cruiser, non, ce n'est pas fini !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2008

Malgré une vente de feu l’an dernier et les changements somme toute très limités apportés au PT Cruiser cette année, le petit bolide n’est pas en voie d’extinction. On aurait pu croire sa fin approcher avec tous les incitatifs à l’achat, mais il est toujours parmi nous et continue son petit bonhomme de chemin. La mode rétro des années 2000 lui ayant donné naissance semble pourtant s’estomper et certains modèles nés à cette époque ont maintenant disparu. Le PT Cruiser est devenu une légende et on le sait tous, une légende, on ne touche pas à ça aussi facilement !

C’est que le PT Cruiser a un design bien à lui et il ne peut pratiquement plus vraiment en changer. Son aspect distinctif permet aux gens de le reconnaître partout où il passe et, un peu à la manière de la New Beetle ou de la Mini, il ne peut bénéficier que de très minimes modifications à défaut de remettre en question sa nature même. Le PT Cruiser se contente donc de suivre la compétition en matière de sécurité et de mécanique, deux éléments n’altérant pas son apparence extérieure. Sa silhouette reste par conséquent la même depuis ses tous débuts alors que la partie avant affiche encore un museau proéminent, de petits phares et un capot du genre hot rod. La partie arrière, bien que toujours aussi controversée, présente la même forme du début avec son hayon vertical faisant office de porte arrière. Évidemment, les avis seront partagés quant à la beauté du véhicule. Il n’est d’ailleurs pas difficile de savoir ce que les gens pensent du PT Cruiser. Soit ils l’adorent à l’extrême ou ils le détestent à en renier leur mère !

Le design rétro se poursuit à l’intérieur avec un tableau de bord à l’inspiration ancienne. Un volant à quatre branche et trois gros compteurs rappellent les bolides du temps. Quant à la console centrale, elle reprend les éléments de la marque avec la radio au centre et les commandes au bas. Les sièges sont très confortables et maintiennent bien en virage, à condition d’y aller sans excès. Les places arrière sont généreuses et facilement accessibles, ce qui n’est malheureusement pas le cas lorsqu’on désire s’asseoir à l’arrière de la version cabriolet. L’emplacement des ceintures avant et la présence de l’arceau de sécurité nous obligent à user de stratégies audacieuses avant de tenter la manœuvre d’accès. Une fois assis, on constate cependant que l’espace est suffisant et que les dossiers des sièges ne sont pas trop positionnés à la verticale si on les compare avec certains autres modèles cabriolets.

C’est au choix

Le PT Cruiser se présente sous différentes versions. Au bas de l’échelle, la version de base avec son moteur 4 cylindres de 2,4 litres procure 150 faibles chevaux au conducteur. Dans ce cas, on préconise la consommation de carburant, mais soyez assuré que les performances ne sont pas ce qui caractérise ce modèle. Il est alors plus sage d’opter pour la transmission automatique qui effectue un travail admirable avec le peu de chevaux disponibles. Au milieu du peloton se classe la version Touring qui propose plusieurs options standard, dont le choix d’un moteur turbo de 180 chevaux. Cette mécanique semble la plus adaptée au PT Cruiser et tout particulièrement en lui fournissant la transmission manuelle. Les performances sont alors très acceptables et la consommation affiche tout de même un léger avantage sur le moteur turbo de 230 chevaux. Ce moteur équipe d’ailleurs la version GT du PT Cruiser. Les performances sont évidemment beaucoup plus dynamiques mais la facture est assez salée. Outre la version dite familiale, il est possible de commander un modèle cabriolet du PT Cruiser qui donne droit à un toit souple en cuir présentant une lunette arrière en verre et dotée d’éléments chauffants.

Et c’est bien plaisant

Au volant du PT Cruiser, on retombe quelque peu en enfance. Outre son cachet hot rod nous rappelant les petites voitures Matchbox du temps, les nombreux éléments rétro présents à l’intérieur de l’habitacle nous font constamment penser à l’exclusivité du modèle. Remarquez que la sensation est la même que celle ressentie au volant du Chevrolet HHR. L’assise haute et la ceinture de caisse importante procurent une impression de sécurité élevée au volant de la voiture. Le roulis s’avère minime malgré la hauteur du véhicule et l’absence de pneus à profil bas. Toutes les tranches d’âges et tous les types de conducteurs trouveront chaussure à leur pied dans la gamme de moteurs disponibles. La version de base, économique et tout de même bien équipée plaira davantage à celui cherchant un véhicule ayant une faible consommation de carburant et l’amenant du point A au point B. Quant à la version turbo de 180 chevaux, elle permettra d’obtenir un peu de performances tout en restant abordable tant à l’achat qu’à la consommation. La version turbo de 230 chevaux profitera cependant plus à celui qui recherche la puissance mais pas nécessairement une tenue de route sportive. Le véhicule affiche un important effet de couple. Les pneus ne sont également pas adaptés à l’esprit dynamique de la machine. D’autre part, le prix commence à se faire sérieux... Puis vient la version cabriolet qui plaira à ceux qui affectionnent les balades sous le soleil d’un beau samedi après-midi. Inutile de mentionner que l’agrément de conduite devient secondaire! En fait, l’idéal serait la version cabriolet turbo de 230 chevaux.

Le PT Cruiser demeure un véhicule tout à fait de son temps. Il continue de séduire avec son style rétro qui semble toutefois s’être estompé il y a quelques années déjà. Le véhicule est fiable, le comportement honnête et le prix abordable. Certains l’aiment, d’autres pas, il reste que le PT Cruiser mérite d’être essayé.

Feu vert

Silhouette rétro équilibrée,
choix de versions intéressant, prix compétitifs,
tenue de route agréable, volume de l'habitacle généreux

Feu rouge

Moteur de base bruyant,
présence abondante de plastique à l'intérieur,
finition inégale, freinage manque de puissance

Partager sur Facebook
Commentaires