Hyundai Elantra - Et l’hybride fut

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2021

L’année 2021 marque la transition entre les sixième et septième générations de la berline compacte de Hyundai, l’Elantra. Initialement, le dévoilement mondial de ce modèle devait avoir lieu à West Hollywood, mais ça, c’était avant la pandémie. Le constructeur a donc fait preuve d’agilité afin de se retourner sur un dix sous et ainsi présenter la voiture au globe entier par la voie d’Internet. Bienvenue en 2021!

Dès le premier coup d’œil jeté à cette nouvelle Elantra, on mesure le chemin parcouru depuis l’introduction du modèle en 1990. On remarque que son empattement est plus long (20 mm), que ses voies sont plus larges et que sa ligne de toit est abaissée (20 mm), ce qui lui confère une allure de coupé à quatre portes, comme le mentionne le manufacturier. Reprenant certains airs et éléments stylistiques de sa grande sœur, la Sonata, l’Elantra affiche une silhouette plus osée et plus affirmée que jamais. Que l’on aime ou pas, on ne peut assurément pas reprocher à Hyundai son audace en matière de design.

En plus d’être plus jolie, l’Elantra 2021 devrait également être plus fonctionnelle : on nous promet un meilleur dégagement pour les jambes autant à l’avant qu’à l’arrière et il en est de même pour les épaules. Quant à l'espace dévolu à la tête, il sera équivalent à l’arrière et amélioré à l’avant.

L'hybride arrive

Pour 2021, la nouveauté majeure de l’Elantra est assurée par l’introduction de la motorisation hybride. En effet, pour la première fois, la berline compacte de Hyundai sera livrable avec un groupe motopropulseur combinant un bloc atmosphérique à quatre cylindres de 1,6 L à un moteur électrique à aimant. Celui-ci travaillera main dans la main avec une batterie lithium-ion-polymère d’une capacité de 1,32 kWh. La puissance et le couple totaux s’élèvent à 139 chevaux et 195 livres-pied.

Cette motorisation sera jumelée à une boîte à double embrayage étagée sur six rapports. Il est encore trop tôt pour connaître le volume de diffusion de cette version qui a tout pour être populaire au Québec. En ce qui a trait à la consommation en conduite combinée, le constructeur s’avance avec une cote estimée de 4,7 L/100 kilomètres que nous serons en mesure de vérifier plus tard. Cela dit, force est de reconnaître l’effort de Hyundai avec cette version. Alors que certains pionniers de l’hybridation, comme Honda, dorment au gaz (!), Hyundai plonge afin de tenter de répondre à la demande.

Advenant que vous ne vouliez pas faire le saut vers l’hybride, un moteur traditionnel à combustion peut également animer l’Elantra de nouvelle génération. Il s’agit d’un moteur à quatre cylindres de 2 litres accouplé à une transmission à variation continue dite intelligente. Toutefois, nous avons nos réserves face à cette transmission qui n’a pas connu que du succès depuis son arrivée. Nous garderons un œil sur sa fiabilité.

Au moment de publier, Hyundai n’avait pas diffusé l’échelle de prix. En revanche, à titre indicatif, souvenons-nous que l’année-modèle 2020 était offerte à partir de 17 149 $. Il est d’ailleurs prévu que les premiers exemplaires arrivent chez les concessionnaires québécois à l’automne 2020. Puisque nous n’avons pas encore pris le volant de cette mouture, nous ne pouvons pas vous donner notre impression.

N Line

Parce que l’Elantra, c’est aussi l’Elantra N Line et que Hyundai ne l’a pas oubliée. Bien que cette rivale aux Volkswagen Jetta GLI et Mazda3 Turbo n’ait pas encore été dévoilée au moment de publier, certains aperçus nous laissent savoir qu’elle aura droit à un devant plus agressif que celui de l’Elantra ordinaire, en plus d’être montée sur des jantes de 18 pouces. On a aussi remarqué que bon nombre d’éléments extérieurs ont été noircis histoire d’être à la mode. Afin d’avoir un comportement à l’image de l’écusson apposé sur sa grille, on est en droit de s’attendre à ce que le châssis et les suspensions soient retravaillés. Sur le plan de la motorisation, personne ne risquera gros en affirmant que l’on retrouvera sous son capot un moteur turbocompressé à quatre cylindres de 1,6 L.

De série, la connectivité avec Apple CarPlay et Android Auto sans avoir recours à un fil, sera offerte. Il en sera de même pour une panoplie de technologies de sécurité comme l’assistance à l’évitement de collision frontale, l’assistance au maintien et suivi de voie ainsi que les phares à longue portée automatiques. Bien qu’elle soit livrée de série avec un système d’infodivertissement lié à un écran tactile de 8 pouces, un écran de 10,25 pouces est aussi proposé en option.

Feu vert

  • Ajout d’une version hybride
  • Apple CarPlay et Android Auto sans fil de série
  • Silhouette charmante

Feu rouge

  • Boîte IVT à surveiller
  • Prix encore inconnu

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires