Nissan Maxima 2019: Dans une position difficile

La Maxima n’est pas une voiture sport comme le prétend Nissan, mais possède tout de même de belles qualités dynamiques.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Il faut le dire, le segment des grandes berlines de marques populaires est en sursis. Les ventes chutent, et plus le temps passe, plus le choix s’amincit, mais la Nissan Maxima tient bon, se proposant comme une voiture sportive qui peut s’avérer plus intéressante que les vieillissantes Dodge Charger et Chrysler 300.

Malheureusement pour la berline de Nissan, voilà que la Toyota Avalon redessinée se pointe, dans une forme resplendissante en plus, alors que l’Altima est toute nouvelle et dispose d’un rouage intégral en option. La Maxima a-t-elle encore sa place? Nous croyons que oui, mais il faut convaincre les consommateurs qu’une voiture peut être dynamique et luxueuse sans devoir arborer l’écusson d’une marque de luxe. Et il faut avouer que le prix de la Maxima est quand même intéressant.

Le V6, maintenant une exclusivité

Maintenant que l’Altima a abandonné sa motorisation six cylindres au profit du nouveau moulinet turbocompressé à taux de compression variable, la Maxima peut dorénavant respirer un peu, sachant que les acheteurs de grandes voitures doivent se tourner vers elle pour obtenir un moteur V6. Du moins, chez Nissan.

Forte d’une écurie de 300 chevaux, la Maxima est rapide, avec des accélérations musclées accompagnées d’une belle mélodie. En conduite relaxe, ce moteur peut également démontrer sa douceur et son raffinement. Oui, c’est vrai, une boîte automatique à variation continue n’est pas une mécanique très bien adaptée à la conduite sportive, mais celle de cette berline est bien aboutie, et le couple généreux du moteur permet d’éviter les montées en régime lors des accélérations normales. Autrement dit, après un certain temps, on ne remarque même plus qu’il s’agit d’une boîte CVT.

La Maxima incite à exploiter sa puissance et son bon comportement routier, mais il faut tout de même calmer ses ardeurs lors des décollages ou lorsque l’on tourne un coin de rue avec un peu trop d’enthousiasme. La voiture étant une traction, il est très facile de faire crier les pneus avant, ce qui attirera des regards désapprobateurs. Il faut dire que la Toyota Avalon a exactement le même problème.

Évidemment, la Maxima profiterait bien de la transmission intégrale de l’Altima, mais on devra attendre à la prochaine refonte totale – s’il y en a une. Toutefois, un tel rouage ajoute du poids et de la complexité à la voiture, sans compter que l’économie d’essence en sera affectée. Puisque l’on en parle, celle de la Maxima est somme toute raisonnable, avec une cote mixte ville/route de 9,6 L/100 km. Dommage que l’on doive abreuver le moteur V6 d’essence super.

Habitacle chic

La Maxima revêt une carrosserie résolument dynamique, avec sa calandre V-motion, la signature visuelle du langage de design chez Nissan. La ligne de toit est basse et la fenestration mince, afin de bien définir la mission de la voiture, soit d’être la « voiture sport quatre portes » de la marque.

D’ailleurs, même si les designers de Nissan citent leur concept vMotion 2.0 comme inspiration de la nouvelle Altima, il faut avouer que l’on retrouve quelques ressemblances entre elle et la Maxima, qui entame sa quatrième année sur le marché dans sa forme actuelle. Ce n’est pas une mauvaise chose.

Par contre, l’habitacle de la Maxima est plus chic afin de justifier son prix plus élevé. La sellerie en cuir figure de série, alors que la version SR se pare d’insertions en alcantara avec motifs cousus en forme de losange, et la livrée Platinum, de losanges en cuir. L’effet est très joli.

La Maxima de base ne lésine pas côté équipement avec une clé intelligente, un démarreur à distance, des sièges avant et un volant chauffant, mais pour profiter d’un toit panoramique, d’un système de caméras à 360 degrés – pratique vu la visibilité limitée vers l’extérieur – et des sièges ventilés, et il faut évidemment ajouter quelques dollars à la mensualité.

De plus, on doit outrepasser la version de base pour obtenir l’excellente chaîne ambiophonique Bose à 11 haut-parleurs. En revanche, l’intégration Apple CarPlay et Android Auto figure de série, tout comme un écran de sept pouces et un système de navigation.

On s’y attend, cette ligne de toit dynamique limite le dégagement pour la tête des occupants, et la banquette arrière est sculptée pour le confort de deux passagers et non trois. Le volume du coffre est le plus petit parmi les berlines de son segment.

Belle, sportive et disposant d’un habitacle bien fini, la Maxima pèche toutefois par son manque d’habitabilité et une suspension somme toute un peu trop ferme. La nouvelle Avalon n’a pas ces défauts en plus d’être presque aussi dynamique. Si c’est une berline spacieuse et confortable que l’on cherche, la Maxima risque de ne pas être le choix idéal.

Feu vert

  • Belle carrosserie
  • Moteur fougueux
  • Design et exécution de l’habitacle
  • Prix intéressant

Feu rouge

  • Visibilité vers l’extérieur limitée
  • Manque de dégagement pour la tête
  • Coffre trop petit
  • Essence super exigée

Partager sur Facebook
Commentaires