Lexus GX 2019: La croisade des pachydermes

Vieillissants, mais solides comme le roc, les GX 460 et LX 570 sont de véritables chars d’assaut, avec un habitacle somptueux et confortable.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

La population a beau se lamenter de l’impertinence des VUS grand format, maladroits et énergivores, il faut avouer qu’il existe encore une clientèle pour eux. Et du côté des marques de luxe, la marge de profits sur ces véhicules est drôlement intéressante, alors imaginez à quel point Lexus récolte du fric avec ses préhistoriques modèles GX et LX.

La génération actuelle du GX date de 2010, alors que dans le cas du LX, il est apparu en 2007 comme année-modèle 2008. On a apporté des retouches esthétiques et quelques nouveautés techniques depuis ce temps, mais ils sont demeurés pratiquement inchangés depuis. Cependant, leur design n’est qu’un inconvénient comparativement à leurs multiples qualités, dont une solidité à toute épreuve et une valeur de revente impressionnante.

GX 460, alias le p’tit gros

Aussi bizarre que cela puisse paraître, le GX se vend deux fois moins que le LX, malgré ses dimensions à peine plus petites et son prix moins exorbitant. Signe que sur le marché des véhicules de luxe, plus c’est gros et cher, plus on affiche un sentiment de supériorité. Il faut préciser que la concurrence du GX est plus nombreuse..

Son V8 de 4,6 litres n’est guère surpuissant à 301 chevaux, géré par une boîte automatique à six rapports des plus conventionnelles. Cette motorisation parvient toutefois sans peine à déplacer cette masse de plus de 2 300 kg, non sans consommer une quantité assez impressionnante d’essence. En effet, on se félicitera si l’on parvient à conserver une moyenne en dessous de 14,0 L/100 km.

Le design extérieur du GX a été rehaussé d’un décor plus sportif en 2017, lui conférant surtout des pare-chocs d’apparence dynamique. Un bel ajout qui peine, par contre, à cacher l’âge du VUS et son style typiquement japonais d’une époque révolue. Dans l’habitacle, le design est également très classique, mais la qualité de finition est sans reproche. L’étroitesse de la carrosserie se traduit par un manque d’espace pour les épaules et les hanches, autrement, les occupants voyagent dans un grand confort. Le système multimédia n’est pas des plus conviviaux; il fonctionne tout de même bien.

Son châssis sur cadre lui procurant une grande robustesse, le GX 460 est capable de se permettre de belles aptitudes hors route et une capacité de remorquage de près de 3 000 kg, ce qui en fait un véhicule très polyvalent. Vieillot, mais polyvalent quand même. Toutefois, le nouveau RX à sept passagers pourrait sonner le glas du GX très bientôt.

LX 570, alias le lutteur sumo

Cousin du légendaire Toyota Land Cruiser, mais habillé plus proprement pour les sorties en ville, le LX prend de l’âge lui aussi. À l’instar du GX, son look peu flatteur, gâché par des marchepieds intégrés, des pare-boue surdimensionnés et des proportions déséquilibrées lui confèrent une apparence résolument baroque contrairement à ses adversaires, surtout le Lincoln Navigator et le Mercedes-Benz GLS.

Néanmoins, cela importe peu quand on sait ce que ce mastodonte de près de 2 700 kg peut accomplir. Son système à quatre roues motrices avec gamme basse permet au LX 570 de s’aventurer loin des sentiers battus, au même titre qu’un Range Rover. Même si la majorité des propriétaires de ces imposants VUS n’oseront jamais poser une roue sur l’accotement, encore moins dans le bois. Ici, pas de motorisations turbocompressées, mais un bon vieux V8, d’une cylindrée de 5,7 litres et d’une puissance de 383 chevaux, qui procure une belle sonorité tout en consommant comme un pétrolier avec une moyenne mixte ville/route de 15,8 L/100 km.

Si son appétit en carburant est déraisonnable, son prix frisant les 110 000 $ l’est tout autant. Il faut dire qu’un Lexus LX arrive en concession tout équipé, incluant une suspension à réglage et hauteur variable, une chaîne audio ambiophonique, un système de divertissement aux places arrière ainsi que des sièges chauffants et ventilés dans les deux premières rangées, entre autres. En revanche, l’interface Remote Touch du système multimédia, fonctionnant comme une souris d’ordinateur, est d’une imprécision alarmante et distrayante en conduite.

Le défaut majeur du LX 570, c’est son manque d’espace intérieur. Malgré ses dimensions extérieures et sa capacité de huit passagers, les occupants assis à l’arrière ne bénéficieront pas de l’espace offert dans un Navigator ou un Escalade, et la capacité de chargement ne peut même pas surpasser celle d’un VUS sous-compact.

En somme, les GX et LX sont deux gros véhicules, dépassés en matière de sophistication, de style et de consommation d’essence. De meilleurs choix sont disponibles chez la concurrence, mais si le progrès technologique nous importe peu, et que l’on prévoit de garder notre VUS de luxe sur une longue période, ces pachydermes risquent fort bien de nous satisfaire, malgré leurs défauts.

Feu vert

  • Robustesse indéniable
  • Confort de roulement
  • Capacités hors route étonnantes

Feu rouge

  • Consommation importante
  • Design et technologies d’une autre époque
  • Capacité de chargement ridicule (LX)

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLe Lexus GX change de gueule pour 2020
Les gros VUS ont la cote ces temps-ci, mais le Lexus GX reste plutôt dans l’ombre. La division de luxe de Toyota se charge de le ramener à l’attention des consommateurs avec une série de mises à jour pour l’année-modèle 2020. Esthétiquement, la calandre en sablier adopte un nouveau motif …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires