Lexus LX 2018: Coureurs des bois en complet-cravate

Un LX ou GX à moteur hybride serait hors de prix. Toutefois, ce virage permettrait aux gros VUS de Lexus de gagner une place au paradis!

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Lors du dévoilement de sa division de prestige Lexus, les ambitions de Toyota étaient de concurrencer les véhicules germaniques, et tout spécialement ceux de Mercedes-Benz. Trente ans plus tard, on peut dire que la marque de luxe nipponne a gagné son pari, du moins en partie. Si la berline IS et les multisegments NX et RX n'ont pas tardé à se faire une place au soleil, d'autres modèles comme les GX et LX ont plus de difficulté à s'imposer face aux meilleurs vendeurs allemands.

À leur défense, ces deux modèles Lexus sont demeurés des VUS purs et durs avec leur châssis en échelle tandis que la plupart de leurs rivaux reposent sur des plates-formes monocoques plus modernes. Or, le fait que les GX et LX aient conservé leurs attributs originels n'est pas mauvais en soi, puisque certains acheteurs ne jurent que par les capacités hors route et de remorquage de ces deux 4x4. En effet, ne perdons pas de vue que les GX et LX sont des variantes bon chic bon genre des réputés 4Runner et Land Cruiser de Toyota, ce dernier n’étant pas distribué au Canada.

Le LX connait plus de succès que le GX. D'ailleurs, les derniers changements esthétiques apportés au LX ont permis de doubler ses parts de marché. Les ventes sont loin d'être aussi reluisantes que celles des Audi Q7 et Infiniti QX60, mais tout porte à croire qu'il y a encore et toujours des acheteurs pour un VUS pure laine.

Le LX va-t-en-guerre

Il y a deux ans, les stylistes ont insufflé plus de caractère au LX en lui greffant une immense calandre en forme de sablier, dont l'apparence semble s'inspirer d'une armure de samouraï. Dans la même ligne de pensée, les phares bridés à DEL adoptent un regard menaçant. Qu'on aime ou pas, l'effet est saisissant. Sur le terrain, le LX s'attaque à des modèles comme les Cadillac Escalade, Infiniti QX80, Lincoln Navigator et Mercedes-Benz GLS. Même s'il est moins gros que ses rivaux, il est plus lourd qu'eux! Ce qui ne laisse planer aucun doute sur sa robustesse.

Le LX partage son châssis, son moteur V8 de 5,7 litres, sa boîte à huit rapports, son boîtier de transfert à deux gammes de vitesses (High/Low) et son différentiel central Torsen à glissement limité avec le légendaire Toyota Land Cruiser. Les aides à la conduite hors route incluent également un régulateur de traction, un système d'assistance en pente ainsi que des plaques de protection sous le moteur et le boîtier de transfert.

Cela dit, il serait surprenant qu'un propriétaire de LX ose s'aventurer en terrain accidenté avec un véhicule dont le prix dépasse les 100 000 dollars. Si l'envie lui vient, il n'aura aucune difficulté à grimper des pentes glissantes et à traverser des ornières ou un fossé. En plus de disposer des habiletés hors route du Land Cruiser, le LX dispose d'une suspension pneumatique réglable en hauteur et de multiples caméras de surveillance du périmètre pour se protéger des éraflures de rochers et de branches d'arbres.

Sur la grande route, le LX est un balourd qui ne craint pas les virages serrés grâce à ses pneus de 21 pouces et à sa suspension à commande active, qui règle automatiquement la fermeté des amortisseurs. Somme toute, il tire bien son épingle du jeu face à ses concurrents, dont plusieurs s'avèrent moins agiles et plus encombrants.

Dans l'habitacle, les stylistes n'ont pas lésiné sur la qualité du mobilier. La finition et l'éclairage d'ambiance mettent en valeur des appliques en bois véritable, une sellerie en cuir souple, des plastiques moelleux et une moquette luxuriante. S'il y a à redire, soulignons que le fonctionnement de l'interface Remote Touch servant à manipuler les menus sur l'écran de 12,3 pouces, au tableau de bord, est énervante et s'avère moins efficace qu'une bonne vieille molette!

Petit, mais costaud, le GX

Plus petit et presque aussi luxueux que le LX, le GX partage son châssis et plusieurs éléments mécaniques avec le Toyota 4Runner. Noblesse oblige, le GX est propulsé par un puissant V8 de 4,6 litres et une boîte automatique à six rapports tandis que son cousin, le 4Runner, se contente jusqu'à nouvel ordre d'un V6 de 4,0 litres et d'une boîte à cinq rapports.

Le V8 et la boîte automatique du GX fonctionnent en symbiose et les accélérations sont linéaires. Côté remorquage, la puissance du V8 permet au Lexus de tracter un poids de 2 948 kg (6 500 livres) alors que le V6 du Toyota de contente de tirer une charge maximale de 2 268 kg (5 000 livres). Si vous devez choisir entre le GX et le 4Runner, on ne peut passer sous silence le fait que le GX consomme plus d'essence et qu'il se vend presque 20 000 $ de plus que le 4Runner Limited. Un pensez-y-bien!

Feu vert

  • Fiabilité assurée
  • Aptitudes hors route
  • Silence de roulement
  • Finition impeccable
  • Capacité de remorquage

Feu rouge

  • Consommation importante
  • Conduite ennuyante
  • Commande Remote Touch frustrante
  • Vieilles technologies (V8)
  • Faible valeur de revente

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Nouveaux modèlesLexus lance le LX 570 Inspiration Series 2019
Aujourd’hui, Lexus lance une édition spéciale de son énorme VUS pleine grandeur, le LX 570 Inspiration Series. Cette version se distingue par de nouvelles technologies, et ne laisse personne indifférent tant sur le plan du look que du luxe. Jennifer Barron, directrice gestionnaire de Lexus au Canada, affirme par voie …
EssaisLexus LX 570 2019 : un VUS qui ne passe jamais inaperçu
Le LX 570 est l’utilitaire le plus luxueux de la gamme Lexus. Ce véhicule spacieux, puissant comme pas un, s’impose partout où il passe. Il est impossible de passer inaperçu lorsqu’on conduit un Lexus LX 570. Véritable incarnation du véhicule d’exception, il a tout pour s’imposer. Il est très long, …
Commentaires