Mercedes-Benz Classe S 2017: Le luxe pléthorique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Véritable vitrine technologique du constructeur allemand, la Classe S compte aujourd’hui quatorze modèles déclinés en berlines, coupés et cabriolets, ainsi qu’une version Mercedes-Maybach, qui propose le summum du luxe et qui a été réintégrée à la gamme l’an dernier. Pour l’étoile de Stuttgart, les variations sur thème abondent et touchent même sa gamme la plus exclusive.

Le modèle de base, si l’on peut s’exprimer ainsi dans le cas de la berline de Classe S, est le S400 4Matic, qui est animé par un V6 biturbo de 3,0 litres, partagé avec la S550e à motorisation hybride rechargeable. Fort de ses 329 chevaux et 354 livres-pied de couple, ce moteur n’a aucun mal à abattre le 0-100 kilomètres/heure en 6,1 secondes, un chrono tout à fait respectable pour une berline de plus de deux tonnes métriques. On gagne plus de 100 chevaux et plus de 150 livres-pied de couple en passant à la S550 4Matic, disponible en versions à empattement régulier et allongé. La S600 à empattement régulier, disponible comme propulsion seulement, pose un autre jalon avec son V12 biturbo, moins puissant cependant que le V8 biturbo de la S63 AMG, qui elle dispose du rouage intégral 4MATIC. Avec la S65 AMG, le V12 biturbo reprend ses droits avec ses 621 chevaux et ses 737 livres-pied de couple.

Chez les cabriolets et les coupés, le V6 est absent du catalogue, ces modèles se déclinant en S550, S63 AMG et S65 AMG. On note cependant une distinction importante, en ce qui a trait au rouage, puisque le S550 Cabriolet est de type propulsion seulement, alors que le même modèle S550 Coupé dispose du rouage intégral 4MATIC, partagé avec les modèles S63 AMG.

Les cabriolets sont les plus récents et partagent environ soixante pour cent des pièces de carrosserie avec les coupés exception faite, bien sûr, de la capote en toile souple, remarquablement bien isolée, qui se replie ou qui se déploie en 17 secondes. La filiation entre les coupés et les cabriolets s’exprime aussi par l’ajout, en option ou de série, selon les modèles, de cristaux Swarovski aux blocs optiques, une touche bling-bling, qui leur permet de se démarquer. Avec un look plus ravageur et des performances inspirées, les coupés et cabriolets permettent à Mercedes-Benz de reprendre contact avec une partie de la richissime clientèle qui avait déserté la marque à l’étoile, pour flirter avec les coupés et cabriolets de grand luxe, commercialisés par des marques rivales comme Aston Martin, Bentley et quelques autres. La présentation intérieure et la disposition de la planche de bord sont semblables pour tous les modèles, y compris la somptueuse Mercedes-Maybach S 600, qui se distingue toutefois par ses places arrière plus spacieuses, composées de sièges individuels séparés par une console.

La S550e

Signe des temps, la Classe S propose un modèle à motorisation hybride, rechargeable de surcroît, avec la S550e, dont le coefficient aérodynamique est chiffré à 0,24, un exploit remarquable pour une berline de cette taille, qui n’est cependant offerte qu’avec la propulsion. Notons également que l’autonomie en mode électrique est inférieure aux 33 kilomètres annoncés par la marque, mais que la S550e est capable de performances en accélération semblables à celles de la S550 et son moteur V8 biturbo. C’est en virages que ça se gâte, la dynamique de cette version hybride étant affectée par le poids des batteries qui ajoutent 155 kilos à la pesée.

Cet hybride rechargeable sera revu l’an prochain, alors que la Classe S fera l’objet d’un lifting, et que sa batterie passera à une puissance 13,5 kWh, tout en conservant les mêmes dimensions physiques que le pack actuel. En augmentant la puissance de la batterie, l’autonomie, en mode électrique, devrait être portée à 50 kilomètres et il est également possible que cette batterie puisse être rechargée par induction, ce qui éviterait à son propriétaire d’avoir à brancher un câble d’alimentation.

La conduite autonome complète en 2018?

On s’attend également à ce que Mercedes-Benz profite du Salon de l’auto de Francfort, en septembre 2017, pour dévoiler la première Classe S dotée d’une conduite autonome complète, en tant que modèle 2018. Le constructeur a réussi l’exploit de faire rouler une Classe S, de façon entièrement autonome, en août 2013, sur le même parcours de Il est donc clair qu’il est maintenant possible de commercialiser un tel modèle.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsMercedes-Benz Classe S 2018 : à la recherche de la perfection
Mercedes-Benz, ainsi que plusieurs autres constructeurs de voitures de luxe, doit, pour assurer sa survie, proposer des voitures accessibles à la masse. En même temps, elle ne doit pas perdre de vue sa clientèle traditionnelle, celle qui ne jure que par les modèles les plus exclusifs. C’est la raison pour …
TechnologieMercedes-Benz Classe S 2018 : ambiance
Pour pouvoir se démarquer dans un monde où le luxe ne se mesure plus en matière de vitres électriques ou de sièges chauffants, où la puissance a depuis longtemps dépassé les bornes de la logique et où la connectivité est devenue banale, il faut aux constructeurs d’automobiles de luxe trouver …
Commentaires