Mazda RX-8, un jeune classique relancé

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Mazda nous a surpris et ravis en présentant sa nouvelle RX-8 il y a déjà six ans. En rompant avec la tradition telle que l’avait interprétée sa devancière, la RX-7, ce coupé sport à quatre places et quatre portières de conception unique, propulsé par un moteur qui l’est tout autant, s’est taillé une place spéciale au coeur du marché comme aux yeux des passionnés. Avec une série de retouches discrètes et l’ajout d’une version inédite, plus sportive encore, Mazda relance cette série exceptionnelle de belle manière.

Aucune autre voiture ne conjugue avec autant de grâce les exigences diamétralement opposées d’une tenue de route inspirée, de performances enthousiasmantes et d’une utilisation quotidienne agréable que la RX-8 de Mazda, à des prix somme toute fort raisonnables. Et certainement aucune autre sportive ne permet à quatre adultes de partager ces plaisirs en jouissant d’un confort parfaitement acceptable.

Trop spécialisée, trop pointue et visant un public trop limité, la dernière RX-7 était dans un cul-de-sac en termes d’évolution. C’est tout le contraire pour la RX-8. Bien née, conçue avec une ingéniosité, une originalité technique et un brio incontestables, elle possède tous les attraits d’un classique en devenir qui ne peut que se bonifier avec le temps, si Mazda le veut et en a les moyens. C’est heureusement ce que démontre le constructeur de Hiroshima depuis quelques années.

Retouches pertinentes et version R3

Après un succès critique et populaire considérable à son lancement, la RX-8 a connu quelques ratés de fiabilité qui étaient surtout reliés à une consommation d’huile élevée pour le moteur rotatif, dont la soif en carburant est également assez forte pour sa cylindrée. La cote officielle combinée est de 11,2 L/100 km avec la boîte manuelle et 11,3 L/ 100 km avec l’automatique. Mazda a essentiellement résolu les ennuis relevés depuis, selon des sondages sérieux, et souligne sa confiance en son moteur fétiche pour 2009 en prolongeant la garantie qui le couvre à 8 ans ou 160 000 km.

Toutes les RX-8 ont droit à une série de modifications et de mises à jour cette année, à l’extérieur comme dans l’habitacle. Discrètes et mineu res pour la plupart, elles sont néanmoins pertinentes et efficaces. Notre attention s’est toutefois portée sur la R3, un nouveau modèle plus sportif qui vient s’intercaler entre la GS et la GT au niveau du prix. En plus des retouches apportées à la carrosserie des deux autres, la R3 a droit à un becquet avant plus prononcé, à des bas de caisse accentués et à un aileron arrière. Ses roues d’alliage à cinq rayons fourchés évoquent le rotor de son moteur de type Wankel mais elles ont un diamètre de 19 pouces au lieu des 18 pouces de ses soeurs. Elles sont également chaussées de pneus de taille 225/40 R19.

Toutes les RX-8 affichent une structure plus rigide, grâce entre autres à de nouvelles barres antirapprochement en trapèze pour leurs tourelles de suspension avant, mais la R3 reçoit en plus des traverses de suspension avant gonflées d’uréthane qui réduisent le bruit et les vibrations tout en améliorant le roulement et la maîtrise. Toutes les RX-8 jouissent d’une suspension arrière à bras multiples bonifiée mais la R3 dispose de surcroît d’un jeu complet d’amortisseurs Bilstein, de systèmes antipatinage et antidérapage de série et d’authentiques sièges Recaro aux places avant en plus du nouveau volant à trois rayons qu’elle partage avec les GS et GT, gainé de cuir.

Le plaisir en continu

Le résultat de ce travail est un plaisir de conduite ininterrompu, rien de moins. Quel que soit le rythme, la direction vive et tactile, la boîte de vitesses manuelle précise, la position de conduite impeccable et la sonorité chantante du rotatif vous plaquent un sourire permanent au visage. En attaquant les virages, on note que les retouches à la suspension ont biffé l’excédent de souplesse et de roulis des versions antérieures. L’équilibre et l’agilité exceptionnels de la RX-8 demeurent, aiguisés par ses pneus plus mordants, à la faveur d’une répartition des masses idéale de 48 et 52 % entre l’avant et l’arrière. Nous n’avons pas constaté de gain en performance malgré une démultiplication finale un peu plus courte. La puissance du moteur est la même, ce qui nous fait souhaiter une version suralimentée du moteur rotatif, dont le couple supérieur permettrait d’explorer tout le potentiel sportif de cette voiture d’exception.

Comme Porsche avec sa précieuse 911, Mazda a la sagesse de faire évoluer la RX-8 sans compromettre ses vertus uniques et fondamentales. Grand bien nous fasse ! La nouvelle R3, surtout, est une belle réussite qui saura combler les passionnés de conduite également sensibles aux qualités pratiques de la RX-8. Et pourquoi pas ensuite une évolution de cette série qui soit parfaitement fidèle à son architecture et en pousse le raffinement et le design d’un cran ou deux ?! Plusieurs études de style et prototypes récents de Mazda laissent présager le meilleur côté style. Quant à la mécanique, le moteur rotatif se prête particulièrement bien à l’utilisation de l’hydrogène et Mazda a déjà présenté un groupe propulseur hybride construit autour du rotatif. Voilà des recettes intéressantes pour la sportive de l’avenir.

FEU VERT

Comportement exceptionnel
Coupé sport étonnamment pratique
Plaisir de conduite et moteur uniques

FEU ROUGE

Faible couple du moteur rotatif
Consommation un peu forte
Version automatique marginale

Partager sur Facebook
Commentaires