Lexus LX 2016: Une grosse pointure

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

En tant que premier constructeur mondial, Toyota se doit de proposer au moins un véhicule dans toutes les catégories et cela n’exclut pas Lexus, sa division de luxe. Afin de contrer les offres de Cadillac, Infiniti et Land Rover, sans oublier Lincoln et Mercedes-Benz, il lui faut donc commercialiser un gros VUS costaud à souhait et capable de combiner une robustesse à toute épreuve à un habitacle fastueux. Bien entendu, ses dimensions se doivent d’être hors normes. 

Sans vouloir vendre le punch, de par sa configuration mécanique, le gros LX est sans doute le plus pataud de la catégorie. Pour concocter ce modèle, les ingénieurs ont utilisé une recette éprouvée, soit prendre un véhicule Toyota et le modifier à la sauce Lexus. Cette fois, on a fait appel au Land Cruiser, le plus gros tout-terrain fabriqué par Toyota. 

Que d’espace!

Il faut lever la jambe assez haut pour prendre place à bord, mais une fois qu’on est assis, on réalise immédiatement que l’espace ne fait pas défaut. En effet, le dégagement pour les jambes, les coudes et la tête est nettement supérieur à la moyenne, tandis que les places avant sont ultraconfortables avec des sièges moelleux offrant toutefois peu de support latéral. La seconde rangée est presque aussi douillette, néanmoins, la troisième rangée de sièges vient faire baisser la moyenne en matière de confort. Il faut également préciser que ces sièges se divisent en deux sections qui se rabattent de chaque côté des parois. Cette configuration est empruntée au Toyota Land Cruiser et, lorsque les sièges sont repliés sur les côtés, ils viennent réduire quelque peu la capacité du coffre à bagages.

Comme il s’agit d’un produit Lexus, la finition est irréprochable, la qualité des matériaux est superlative et la présentation est sérieuse à défaut d’être innovatrice. L’écran d’affichage de huit pouces est encadré par des buses de ventilation de format géant. Détail à souligner, le volant est chauffant, le contraire aurait été surprenant, mais seulement sur la partie gainée de cuir, le demi-cercle du haut est en matière ligneuse et se prête assez mal à la présence d’un élément chauffant. L’hiver, on se retrouve donc avec une partie chaude et une autre froide!

Un V8, bien entendu

Pour propulser un véhicule de 2 tonnes et demie, une seule solution : un gros moteur. Celui du LX est un V8 de 5,7 litres d’une puissance de 383 chevaux et d’un couple de 403 lb-pied. Compte tenu du poids du véhicule et de la cylindrée de ce moteur, il n’est pas surprenant que la consommation dépasse allègrement les 16 l/100 km, et ce, lorsque le véhicule est peu chargé. La bonne nouvelle c’est que sa capacité de remorquage est de près de 7 000 lb. La mauvaise, c’est qu’avec une telle charge, la consommation de carburant augmente spectaculairement.

Cependant, quand on sait que la clientèle ciblée est plus que bien nantie sur le plan financier, ces considérations de consommation de carburant n’entrent certainement pas en ligne de compte. Curieusement, une personne intéressée par le LX sera attirée par ses capacités hors route, ce qui est loin d’être la norme dans le créneau des VUS pleine grandeur de luxe. La plate-forme du LX, d’une extrême rigidité, est associée à un rouage intégral fort sophistiqué avec la gestion par électronique de la traction et à une suspension réglable en hauteur. Comme il se doit, la vitesse de pente est gérée automatiquement, tout comme l’aide au départ sur un plan incliné. Et tout cela s’effectue en douceur. Pas besoin d’un cours en physique pour comprendre que son poids élevé et ses dimensions éléphantesques ne font pas bon ménage lorsque vient le temps de négocier un sentier boueux et étroit. D’ailleurs, on a de la difficulté à s’imaginer un tel véhicule tentant de se faufiler dans la forêt au risque d’érafler la peinture.

Quant à ses capacités routières, mieux vaut être un conducteur patient qui se contente des limites de vitesse affichées et qui apprécie le confort et l’insonorisation de l’habitacle. En effet, avec une direction plus ou moins précise, une tenue de route correcte sans plus, sans oublier un centre de gravité élevé, il est plus sage d’y aller tranquillement. Bref, c’est un véhicule parfait pour un gentleman farmer.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires