Aston Martin DB9, de timides changements

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Depuis l’arrivée de son premier modèle au début des années 20, le constructeur anglais Aston Martin s’est bâti une renommée en matière de voitures exotiques. Le constructeur n’aurait fort probablement pas obtenu la même reconnaissance si plusieurs de ses modèles n’avaient pas été mis en vedette dans nombre de films, notamment ceux du célèbre agent secret James Bond. Voilà toute une tribune pour établir l’auréole d’un constructeur de prestige. Son passage du groupe Ford à Prodrive en 2007 aura fait jaser et aura surtout créé plusieurs spéculations sur l’avenir de la marque.

Introduite en 2003, la DB9 succède à la DB7 et se veut un modèle plus abordable, destiné à rendre les véhicules du célèbre constructeur plus accessibles à la masse. Histoire de ne pas être en reste au chapitre des performances, cette GT dispose sous le capot d’une puissance révisée pour 2009, tant pour le coupé que pour le cabriolet Volante. On retrouve donc cette année un moteur V12 de 6,0 litres, dérivé de celui de la Vanquish, développant 470 chevaux, soit 20 de plus que le modèle 2008. Combinée à une boîte automatique à six rapports ZF de type Touchtronic ou à la boîte manuelle Graziano également à six rapports, la DB9 peut franchir le 0-100 km/h en 4,6 secondes pour atteindre une vitesse maximale d’un peu plus de 300 km/h. Voilà tout de même des performances honorables pour un modèle d’entrée de gamme, tout étant relatif.

Des lignes exquises

À l’extérieur, cette voiture de grand tourisme offre des lignes fluides repre nant le style traditionnel des autres modèles. L’oeil averti aura remarqué quelques changements subtils pour 2009, notamment une grille avant révisée, de nouveaux miroirs latéraux ainsi que l’ajout de jantes de 19 pouces à dix rayons. Difficile de ne pas tomber sous le charme des lignes exotiques et classiques de ce bolide qui, par surcroît, demeure construit à la main. Cependant, plusieurs puristes de la marque anglaise ont déploré le fait que le styliste Ian Cullum ait calqué plusieurs éléments de style de la Aston Martin pour les appliquer à la Jaguar XK.

Si la DB9 attire l’oeil au premier regard, c’est lorsque l’on monte à bord qu’on apprécie l’exclusivité d’un tel modèle. L’assemblage est d’une qualité irréprochable alors que les cuirs et autres matériaux utilisés reflètent le souci de luxe du constructeur. La DB9 se présente sous la forme d’un 2 + 2, vous permettant donc de profiter de deux places arri ère, certes plus qu’étriquées, mais tout de même pratiques dans certaines occasions. Ce n’est pas tant l’espace qu’elles offrent qui est important, mais le fait de les posséder. D’ailleurs, le construc teur devrait nous proposer sous peu la Aston Martin Rapide, une version quatre portes destinée à rivaliser notamment avec la nouvelle Porsche Panamera.

Le comportement d'une voiture de Grand Tourisme

Grâce à sa carrosserie en aluminium, la DB9 affiche un ratio poids/ puissance plus que favorable, ce qui lui assure des performances relevées. Histoire de maximiser ces performances, le constructeur a ap porté pour 2009 quelques modifications au châssis, tant pour le coupé que pour le cabriolet. On note l’utilisation d’amortisseurs Bilstein ainsi que des bras de suspension reconfigurés, le tout afin d’optimiser la tenue de route et le confort. Sans être dépourvue de capacités sur piste, la DB9 se comporte beaucoup plus comme une voiture de grand tourisme que comme un véritable bolide. Voilà certes la sportivité à l’anglaise versus la sportivité italienne ! Quant au cabriolet, il hérite des mêmes composantes mécaniques, mais son poids légèrement supérieur ampute quelque peu ses performances. Bref, encore une fois, la DB9 sera beaucoup plus à l’aise sur route que sur piste et le constructeur ne prétend pas rivaliser avec les gros canons italiens à ce chapitre.

Sécurité signée Volvo

Puisque le constructeur faisait partie du Premier Automotive Group de Ford, il s’est donc naturellement tourné vers Volvo, également membre du groupe, afin d’assurer la gestion des éléments de sécurité du véhicule. De la cellule protégeant les occupants aux coussins gonflables, tout a été supervisé par la firme suédoise, ce qui garantie à la DB9 une sécurité reconnue.

Tout comme les autres modèles du constructeur, la DB9 se veut une voiture d’exception qui vous assurera une reconnaissance certaine. Difficile de ne pas tomber en admiration devant les lignes exquises de ces voitures ou d’être indifférent envers la sonorité du moteur V12. Cependant, la fiabilité ne semble toujours pas au rendezvous. J’ai connu quelques propriétaires qui, déçus de la piètre fiabilité des modèles, se sont tournés vers des modèles concurrents certes moins exclusifs, mais plus constants et moins problématiques. Parfois, le service est aussi un élément important. De plus, la faible diffusion des modèles et un réseau de concessionnaires restreint ne facilitent pas l’expérience des propriétaires. Quoi qu’il en soit, il est permis de croire à un bel avenir pour la célèbre marque, puisque son acquisition pourrait bien lui redonner un nouvel élan.

FEU VERT

Lignes exquises et uniques
Boîte ZF réputée
Finition intérieure Voiture exclusive

FEU ROUGE

Valeur de revente peu enviable
Fiabilité à établir
Réseau de concessionnaires limité
Diffusion limitée

Partager sur Facebook
Commentaires