Hyundai Elantra 2013: Lignée productive

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

L’an dernier, à pareille date, Hyundai surprenait le monde automobile avec une Elantra complètement redessinée. Dès lors, la beauté de ses courbes a charmé l’ensemble de la population et les ventes ont explosé de façon spectaculaire. Il n’en fallait pas plus pour qu’elle serve de base aux deux nouvelles venues de la lignée, la Coupé et la GT. Trois Elantra maintenant réunies afin de mater la dominance des Honda Civic, Mazda 3, Subaru Impreza, Toyota Matrix et Volkswagen Golf!

L’ainée de la famille

La refonte de la berline effectuée l’an dernier aura été bénéfique et profitable pour Hyundai. Bref, avec si peu de défauts et des ventes bien au-delà des attentes, il était normal de la reconduire dans son intégralité pour 2013. On retrouve donc la même berline, avec son style à la fois épuré, fluide et élégant mais également sportif, agressif et racé. Son intérieur reste soigné et léché malgré l’utilisation à quelques endroits de plastiques faisant bon marché. L’ergonomie des contrôles est pratiquement parfaite et la manipulation des commandes s’effectue aisément. L’espace disponible à l’avant s’avère généreux contrairement à celui à l’arrière qui est légèrement en deçà de ce qu’offrent certains concurrents de la catégorie. La ligne profilée du toit permet d’obtenir un Cx avantageux mais limite le dégagement au niveau de la tête pour les passagers arrière. Quant au coffre, il propose un volume étonnant pour une berline de ce gabarit.

Assis au volant de la berline, on constate une conduite douce et silencieuse. Malgré les apparences, ce n’est pas la plus sportive des berlines compactes sur le marché, néanmoins, elle se débrouille admirablement bien en ville avec sa direction électrique bien dosée et ses suspensions justement calibrées. On regrette toutefois la présence d’une poutre de torsion à l’arrière qui fait sautiller la voiture sur de mauvais revêtements. La transmission a 6 rapports, autant en version manuelle qu’automatique. Cette dernière opère efficacement et les changements se font tout en souplesse. Par contre, pour un peu plus de contrôle, et surtout pour se donner l’impression d’avoir une plus grande puissance, il faut assurément opter pour la boite manuelle qui permet de manœuvrer sur toute la plage du régime moteur. Par contre, son embrayage est capricieux.

2 portes en moins
Une des deux nouveautés pour 2013, c’est l’arrivée de la version coupé de l’Elantra. Basée sur le châssis de la berline, elle reprend pratiquement tout des éléments mécaniques de la version à 4 portes. Les designers ne se sont pas contentés de retrancher deux portières puisqu’ils ont réussi (encore une fois) à créer un produit agréable visuellement et dont les proportions sont habilement respectées. L’avant du véhicule présente des phares identiques à ceux de la berline, la même calandre hexagonale et un parechoc similaire, mettant même en évidence les phares antibrouillards. Les flancs profitent également des lignes épurées de la berline et les jantes, dotées d’insertions foncées, ajoutent un caractère sportif et furtif à ce véhicule destiné avant tout à la génération X adorant le design de l’Elantra berline mais ne voulant pas se montrer au volant d’une 4 portes. Pour la distinguer encore plus de la berline, on a muni la Coupé d’un béquet arrière intégré, d’un diffuseur arrière proéminent de couleur foncée et d’une sortie d’échappement double. À l’intérieur, on retrouve une disposition similaire à celle de la berline de même qu’un choix de matériaux identique. On note toutefois une différence au niveau des sièges qui sont nettement plus enveloppants et un peu plus fermes que ceux de la berline.

La conduite de la Coupé est légèrement plus sportive que celle de la berline puisqu’on a modifié la direction et la suspension afin de rendre la tenue de route plus incisive et réactive. La Coupé se décline en deux versions, la GLS, de nature plus confortable, et la SE, plus dynamique avec une suspension révisée et axée sur la performance. Sur la route, l’Elantra Coupé est silencieuse et très stable à grande vitesse. Nous avons cependant remarqué une suspension arrière un peu molle, ce qui nous a donné une légère impression de lourdeur au niveau du train arrière. Néanmoins, l’Elantra Coupé est agréable à conduire, surtout équipée de la transmission manuelle à 6 rapports qui permet des performances plus étoffées. On aurait toutefois apprécié un peu plus de puissance de la part du petit moteur de 1,8 litre, même s’il affiche théoriquement plus de chevaux que celui de la Civic Coupé.

La version Grand Tourisme

La grande nouveauté pour 2013, c’est l’arrivée de la version GT sur notre continent. Dérivant de la Hyundai i30 tout juste renouvelée en Europe, elle remplace la Touring qui arrivait heureusement en fin de carrière. On a donc droit à un véhicule aux lignes audacieuses et au caractère plus affirmé que la défunte Touring. La calandre et les feux arrière n’adoptent pas les mêmes formes que celles des modèles Coupé et berline, ce qui s’explique avant tout par ses origines européennes. La présentation intérieure de la GT diffère également de celle de la berline et du coupé, surtout au niveau de la console centrale qui affiche des lignes moins évasées mais tout autant stylisées. La position de conduite se trouve rapidement grâce aux nombreux ajustements et les sièges sont d’un étonnant confort, encore plus enveloppants que ceux de la Coupé. L’habitacle est aussi généreux que celui de la berline puisque les dimensions des deux véhicules sont similaires. Le volume du coffre est dans la moyenne.

Toutes les versions de la GT proposent un sélecteur d’assistance de direction. Il permet de régler la fermeté de la direction selon trois modes : Confort, Normal et Sport. La plupart du temps, on le fera basculer du mode Confort au mode Sport, en fonction de l’humeur ou de la témérité du conducteur. Il faut toutefois comprendre que le mode sport ne transformera pas la GT en bête de piste. Toutefois, le gadget le plus intéressant revient à la version SE avec l’ensemble technologie qui propose une caméra de recul dissimulée sous l’écusson du constructeur dans le hayon arrière. Lorsque l’on engage la marche arrière, l’écusson bascule et dévoile la lentille de la caméra. L’idée est géniale puisqu’on s’assure ainsi de garder la lentille propre en tout temps.

La version 5 portes de l’Elantra arbore l’acronyme GT. Son comportement est cependant loin des pures GT (Gran Turismo) de ce monde malgré son excellent confort sur l’autoroute et son style accrocheur. La transmission automatique à 6 rapports fait un travail remarquable afin de livrer efficacement les 148 chevaux mais c’est avec la boite manuelle que les prestations sont les plus convaincantes. D’ailleurs, la GT est la compacte qui affiche le plus de chevaux par litre dans sa catégorie, surpassant même les motorisations 2,0 et 2,5 litres de la concurrence. La GT bénéficie également d’une suspension plus ferme à l’arrière qui permet une tenue de route solide et qui limite le roulis tout en offrant un confort appréciable sur l’autoroute. D’après les ingénieurs, la rigidité du châssis de la GT est de 37 % supérieure à ce qu’elle était sur l’ancienne Touring, ce qui permet à la fois de réduire les bruits de caisse et d’améliorer la tenue de route lors des virages serrés. Le freinage est assuré par 4 disques qui ralentissent efficacement le petit bolide.

Hyundai ne planifie actuellement pas de doter la Coupé et la GT d’une motorisation turbocompressée qui irait confronter directement les Civic Si, MazdaSpeed3 ou Subaru Impreza WRX. Le constructeur coréen propose déjà les superbes Veloster turbo et Genesis Coupe 2,0T afin d’assouvir le désir des âmes plus sportives. Il serait par contre intéressant de voir une Elantra GT turbocompressée venir semer la pagaille dans la catégorie des compactes hautes performances.

La plupart des créations qui émanent de chez Hyundai visent juste et redéfinissent souvent les barèmes de leur catégorie respective. L’arrivée des Elantra GT et Coupé vient bonifier l’offre dans le segment des compactes. La GT trouvera certainement de nombreux preneurs au Québec puisqu’il s’agit d’une voiture compacte, abordable et amusante à conduire. Quant à la Coupé, elle jouera assurément les trouble-fêtes devant une Civic Coupé laissée trop longtemps seule dans sa catégorie.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires