Honda Odyssey 2013: Le produit parfait ou presque

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Dans la catégorie des fourgonnettes pleine grandeur (oublions les Mazda 5, Kia Rondo et Ford C-Max qui n’offrent pas autant d’espace), il ne reste qu’une poignée de joueurs. D’un côté, la filiale d’origine américaine, qui propose les Dodge Grand Caravan, Chrysler Town & Country et Volkswagen Routan, et de l’autre, la famille japonaise, représentée par la Honda Odyssey, la Nissan Quest et la Toyota Sienna. Bref, avec si peu de modèles, chaque fourgonnette trouve sa fidèle clientèle, sans vraiment de concurrence.

Effectivement, les fervents de Toyota opteront sans hésiter pour la Sienna alors que les adeptes de modèles Honda choisiront l’Odyssey, il n’en fait aucun doute. Quelques audacieux pencheront pour la Quest de Nissan mais en grande majorité, la famille moyenne et les entreprises craqueront pour l’abordable Dodge Grand Caravan. Mais outre ces critères bien établis, y a-t-il une fourgonnette qui se démarque nettement du lot? Difficile à dire puisque chacune comble des besoins bien définis. Toutefois, pour l’instant, c’est l’Odyssey qui offre le meilleur produit. Il ne faut cependant pas croire que ce modèle affiche des A+ dans toutes les disciplines.

Mécanique douée

Tous les propriétaires d’Odyssey, passés et présents, le confirmeront, la fourgonnette de Honda propose un excellent moteur, une fiabilité légendaire, une fabrication de qualité, et une tenue de route rassurante. Équipant le modèle 2013, on trouve un V6 de 3,5 litres capable de livrer près de 250 chevaux. Malgré un poids au-dessus des 2 000 kg et un imposant gabarit, cette fourgonnette réussit tout de même à livrer un comportement routier légèrement sportif lorsque l’on enfonce la pédale d’accélération. Les prestations offertes par la mécanique s’avèrent surprenantes et l’Odyssey peut se vanter d’offrir le meilleur comportement routier de la catégorie. Le meilleur ne voulant évidemment pas dire que l’on puisse s’aventurer sur une piste de course! On pourra donc apprécier son agilité sur l’autoroute ou sur de belles routes de campagne sinueuses où les courbes permettront également de constater l’excellente calibration des suspensions et l’assistance bien dosée de la direction, malgré un temps de réaction plutôt lent.

Ce V6 a l’avantage de pouvoir désactiver trois de ses cylindres afin de le rendre plus économique sur la route. Le fonctionnement du système est totalement transparent pour le conducteur et la réactivation des cylindres endormis est instantanée quand on appuie fermement sur l’accélérateur. Ce système permet d’obtenir une consommation de 7 litres aux 100 km sur la route alors que la Quest et la Sienna affichent respectivement des consommations sur route de 8 litres aux 100 km et 9 litres aux 100 km.

L’Odyssey peut également se vanter d’offrir une excellente insonorisation (ce qui n’a pas toujours été le cas) de même qu’un châssis beaucoup plus rigide que par le passé. Ces deux éléments réunis permettent d’éliminer de nombreux bruits de craquements, ce que l’on retrouve habituellement sur ce type de véhicule. Et même après plusieurs années de service, ces Honda ne bronchent pas et offrent toujours une caisse exempte de bruits de craquement.

Présentation sobre et discrète

Les produits japonais n’ont jamais été reconnus pour montrer un style audacieux, et ce modèle n’échappe pas à la règle malgré une nette amélioration au niveau des lignes de la carrosserie. De toute évidence, on a voulu donner plus de dynamisme et de fluidité au véhicule en ajoutant divers éléments à la carrosserie, dont cette discutable troisième vitre latérale qui semble avoir été conçue à la dernière minute et dont le découpage ne suit pas la ligne de caisse.

Honda mérite cependant des éloges pour la présentation et l’aménagement intérieur. Rien de tape-à-l’œil, on mise surtout sur une présentation simple. D’ailleurs, toutes les commandes sont regroupées logiquement sur le tableau de bord sans y être éparpillées. Leur utilisation est aisée mais demande tout de même une certaine acclimatation étant donné les diverses fonctionnalités disponibles. Entre les sièges avant se trouve un volumineux module de rangement qui peut être enlevé pour permettre d’accéder aux sièges arrière. Les sièges de deuxième rangée sont modulables mais ne peuvent pas être camouflés sous le plancher alors que ceux de la troisième rangée sont très confortables et facilement escamotables au plancher. L’accès à bord est facilité par un seuil de plancher bas qui est d’ailleurs très apprécié des enfants. Tout l’attirail nécessaire au divertissement des occupants se trouve à bord de la version Touring, notamment un système DVD avec un immense écran et des prises RCA, auxiliaires et USB pour les accessoires des enfants.

L’Odyssey de Honda n’est pas la fourgonnette la plus abordable du lot. Elle a cependant l’avantage de bien vieillir. Et face à ses compatriotes japonaises, elle obtient la cote grâce à un produit bien conçu qui répond aux réels besoins familiaux. Bref, elle a tout de bien et c’est pourquoi il faut en payer le prix, voilà son seul défaut!

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires